Justification au premier euro

 

Éléments transversaux au programme

 

 

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Numéro et intitulé de l’action
 / sous-action

Titre 2
Dépenses
de personnel

Autres titres

Total

Titre 2
Dépenses
de personnel

Autres titres

Total

06 – Dissuasion

 

2 868 696 187

2 868 696 187

 

3 246 340 506

3 246 340 506

06-14 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion M51

 

180 757 191

180 757 191

 

645 268 828

645 268 828

06-15 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion SNLE NG : adaptation M51

 

 

 

 

69 171 782

69 171 782

06-17 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion - Air sol moyenne portée amélioré (ASMPA)

 

33 093 480

33 093 480

 

77 757 029

77 757 029

06-18 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion Simulation

 

504 237 342

504 237 342

 

493 922 829

493 922 829

06-19 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion - Autres opérations

 

730 478 234

730 478 234

 

746 980 767

746 980 767

06-22 – Assurer la crédibilité opérationnelle de la dissuasion - soutien et mise en oeuvre des forces - toutes opérations

 

964 696 562

964 696 562

 

745 931 907

745 931 907

06-23 – Assurer la crédibilité technique de la posture - toutes opérations

 

455 433 378

455 433 378

 

291 250 387

291 250 387

06-24 – Assurer la crédibilité technique de la dissuasion – SNLE 3G

 

 

 

 

176 056 977

176 056 977

07 – Commandement et maîtrise de l'information

 

3 328 097 515

3 328 097 515

 

1 593 714 784

1 593 714 784

07-24 – Commander et conduire - Système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA)

 

39 900 000

39 900 000

 

183 525 884

183 525 884

07-25 – Commander et conduire - Système d'information TERRE

 

171 000 000

171 000 000

 

39 003 061

39 003 061

07-27 – Commander et conduire - Géographie numérique

 

222 000 000

222 000 000

 

58 928 895

58 928 895

07-28 – Commander et conduire - Autres opérations

 

283 225 913

283 225 913

 

40 617 218

40 617 218

07-29 – Commander et conduire - Système d'information des armées (SIA)

 

 

 

 

94 533 905

94 533 905

07-32 – Communiquer - Moyens de communication satellitaire

 

582 380 000

582 380 000

 

217 662 796

217 662 796

07-35 – Communiquer - Autres opérations

 

254 780 000

254 780 000

 

248 905 630

248 905 630

07-36 – Communiquer - CONTACT

 

1 032 200 000

1 032 200 000

 

148 242 445

148 242 445

07-39 – Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - Autres opérations

 

742 611 602

742 611 602

 

364 092 999

364 092 999

07-40 – Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - MUSIS

 

 

 

 

77 684 523

77 684 523

07-41 – Communiquer - DESCARTES

 

 

 

 

60 391 736

60 391 736

07-42 – Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - CERES

 

 

 

 

60 125 692

60 125 692

08 – Projection - mobilité - soutien

 

1 120 993 921

1 120 993 921

 

1 399 203 829

1 399 203 829

08-42 – Projeter les forces - Avion de transport futur (A400M)

 

49 190 456

49 190 456

 

190 802 077

190 802 077

08-43 – Projeter les forces - Autres opérations

 

178 418 312

178 418 312

 

268 171 373

268 171 373

08-46 – Assurer la mobilité - Rénovation Cougar

 

 

 

 

11 161 407

11 161 407

08-47 – Assurer la mobilité - Hélicoptère NH 90

 

32 300 000

32 300 000

 

445 710 515

445 710 515

08-48 – Assurer la mobilité - Autres opérations

 

182 447 025

182 447 025

 

125 768 595

125 768 595

08-51 – Maintenir le potentiel ami et autre - Porteur polyvalent terrestre (PPT)

 

 

 

 

18 694 784

18 694 784

08-53 – Maintenir le potentiel ami et autre - Autres opérations

 

28 638 128

28 638 128

 

59 526 610

59 526 610

08-55 – Maintenir le potentiel ami et autre - MRTT

 

650 000 000

650 000 000

 

279 368 468

279 368 468

09 – Engagement et combat

 

4 817 198 333

4 817 198 333

 

3 508 491 552

3 508 491 552

09-56 – Frapper à distance - Missile de croisière naval (MDCN)

 

 

 

 

63 007 824

63 007 824

09-59 – Frapper à distance - RAFALE

 

1 178 969 959

1 178 969 959

 

585 099 441

585 099 441

09-61 – Frapper à distance - Autres opérations

 

54 947 146

54 947 146

 

426 111 278

426 111 278

09-66 – Opérer en milieu hostile - Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI)

 

 

 

 

45 883 531

45 883 531

09-68 – Opérer en milieu hostile - Hélicoptère HAP/HAD TIGRE

 

47 270 000

47 270 000

 

216 667 986

216 667 986

09-69 – Opérer en milieu hostile - Future torpille lourde (FTL)

 

106 730 000

106 730 000

 

51 695 542

51 695 542

09-71 – Opérer en milieu hostile - Evolution Exocet

 

130 300 000

130 300 000

 

47 049 683

47 049 683

09-73 – Opérer en milieu hostile - Frégates multi-missions (FREMM)

 

358 530 000

358 530 000

 

297 899 315

297 899 315

09-74 – Opérer en milieu hostile - SNA Barracuda

 

1 140 000 000

1 140 000 000

 

563 977 397

563 977 397

09-75 – Opérer en milieu hostile - Autres opérations et conduire des opérations spéciales

 

608 444 147

608 444 147

 

587 244 744

587 244 744

09-77 – Opérer en milieu hostile - SCORPION

 

1 001 432 625

1 001 432 625

 

274 318 262

274 318 262

09-78 – Frapper à distance - Mirage 2000

 

190 574 456

190 574 456

 

125 613 014

125 613 014

09-88 – Opérer en milieu hostile - missile moyenne portée MMP

 

 

 

 

98 707 086

98 707 086

09-89 – Opérer en milieu hostile - Frégates de taille intermédiaire (nouveau)

 

 

 

 

125 216 449

125 216 449

10 – Protection et sauvegarde

 

1 310 973 904

1 310 973 904

 

290 055 001

290 055 001

10-79 – Assurer la sûreté des approches - Autres opérations et assurer la sécurité de l'Etat, de la nation et des citoyens

 

1 217 121 095

1 217 121 095

 

147 481 248

147 481 248

10-80 – Assurer la sûreté des approches - Alerte avancée

 

 

 

 

 

 

10-82 – Assurer la protection des forces et des sites - Famille de systèmes sol-air futurs (FSAF)

 

 

 

 

45 486 745

45 486 745

10-86 – Assurer la protection des forces et des sites - Autres opérations et assurer la protection de l'homme

 

93 852 809

93 852 809

 

97 087 008

97 087 008

11 – Préparation et conduite des opérations d'armement

 

215 033 590

215 033 590

 

205 439 470

205 439 470

11-89 – Fonctionnement et soutien DGA

 

72 033 590

72 033 590

 

89 134 625

89 134 625

11-90 – Investissements pour les opérations d'armement

 

143 000 000

143 000 000

 

116 304 845

116 304 845

12 – Parts étrangères et programmes civils

 

 

 

 

 

 

12-96 – Parts étrangères

 

 

 

 

 

 

12-97 – Programmes civils

 

 

 

 

 

 

Total

 

13 660 993 450

13 660 993 450

 

10 243 245 142

10 243 245 142

 

 

 

Éléments de synthèse du programme

 

SYNTHESE PAR OS ET PAR TITRE (en M€)

 

Répartition des crédits par OS - AE 2018

Répartition des crédits par OS - CP 2018

Opérations stratégiques

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

Activités opérationnelles

17,56

-

-

-

17,56

16,63

-

-

-

16,63

AOA

653,91

861,82

15,84

-

1 531,57

579,61

707,55

20,41

-

1 307,57

Dissuasion

707,22

2 161,47

-

-

2 868,70

672,86

2 573,48

-

-

3 246,34

Environnement des programmes d’armement

100,73

42,13

0,14

-

143,00

63,73

52,47

0,11

-

116,30

Fonctionnement et activités spécifiques

51,71

0,56

2,20

-

54,47

70,44

0,00

2,07

-

72,50

PEM

 

9 045,69

-

-

9 045,69

783,02

4 693,38

7,49

-

5 483,90

TOTAL

1 531,13

12 111,69

18,17

-

13 660,99

2 186,29

8 026,88

30,08

-

10 243,25

 

Conformément à la loi organique relative aux lois de finances, les opérations stratégiques (OS) « Programmes à effet majeur » (PEM) et « Dissuasion » (DIS) comportent des tranches fonctionnelles.

Les affectations sur ces opérations permettent de couvrir en partie le contenu physique de tranches fonctionnelles créées antérieurement à 2018 en cohérence avec les besoins d’engagement 2018.

Ces tranches fonctionnelles pourront faire l’objet de compléments d’affectation ultérieurs en particulier lorsque le devis des opérations concernées sera stabilisé.

 

 

TABLEAU DES AUTORISATIONS D’ENGAGEMENTS SUR TF (EN M€)

OS

AEANE fin 2017

AE affectées 2018

Total AE

Engagement 2018

Dissuasion

1 022,80

393,93

1 416,73

586,26

PEM

9 571,78

9 038,69

18 610,47

6 524,81

Total

10 594,58

9 432,62

20 027,20

7 111,07

 

 

Suivi des crédits de paiement associés

à la consommation des autorisations d’engagement (hors titre 2)

 

ESTIMATION DES RESTES À PAYER AU 31/12/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Engagements sur années antérieures non couverts
par des paiements
au 31/12/2016
(RAP 2016)

 

Engagements sur années antérieures non couverts par des paiements au 31/12/2016
y.c. travaux de fin de gestion postérieurs au RAP 2016

 

AE LFI 2017
+ reports 2016 vers 2017 + DAV et DANN du 20/07/2017
+ prévision de FDC et ADP

 

CP LFI 2017
+ reports 2016 vers 2017 + DAV et DANN du 20/07/2017
+ prévision de FDC et ADP

 

Évaluation des
engagements non couverts par des paiements
au 31/12/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

35 972 664 889

 

 

 

23 000 610 785

 

9 949 520 082

 

35 708 549 566

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÉCHÉANCIER DES CP À OUVRIR

AE

 

CP 2018

 

CP 2019

 

CP 2020

 

CP au-delà de 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évaluation des engagements non couverts par des paiements
au 31/12/2017

 

CP demandés
sur AE antérieures à 2018

CP PLF / CP FDC et ADP

 

Estimation des CP 2019
sur AE antérieures à 2018

 

Estimation des CP 2020
sur AE antérieures à 2018

 

Estimation des CP
au-delà de 2020
sur AE antérieures à 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

35 708 549 566

 

8 664 518 316

0

 

6 232 022 791

 

4 716 345 785

 

16 095 662 674

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AE nouvelles
pour 2018

AE PLF / AE FDC et ADP

 

CP demandés
sur AE nouvelles en 2018

CP PLF / CP FDC et ADP

 

Estimation des CP 2019
sur AE nouvelles en 2018

 

Estimation des CP 2020
sur AE nouvelles en 2018

 

Estimation des CP
au-delà de 2020
sur AE nouvelles en 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 660 993 450

66 701 743

 

1 578 726 826

66 701 743

 

2 616 884 720

 

1 809 748 814

 

7 655 633 090

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Totaux

 

10 309 946 885

 

8 848 907 511

 

6 526 094 599

 

23 751 295 764

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CLÉS D'OUVERTURE DES CRÉDITS DE PAIEMENTS SUR AE 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CP 2018 demandés sur AE nouvelles en 2018 / AE 2018

 

CP 2019 sur AE nouvelles
en 2018 / AE 2018

 

CP 2020 sur AE nouvelles
en 2018 / AE 2018

 

CP au-delà de 2020 sur AE nouvelles en 2018 / AE 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 %

 

19,1 %

 

13,2 %

 

55,8 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Justification par action

 

ACTION N° 06                                                                                                                                                            21,0 %

Dissuasion

 

 

Titre 2

Hors titre 2

Total

FDC et ADP
attendus

Autorisations d’engagement

 

2 868 696 187

2 868 696 187

 

Crédits de paiement

 

3 246 340 506

3 246 340 506

 

 

 

SYNTHESE PAR OS ET PAR TITRE

 

 

AE (M€)

CP (M€)

OS

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

DIS

707,22

2 161,47

-

-

2 868,70

672,86

2 573,48

-

-

3 246,34

Total

707,22

2 161,47

-

-

2 868,70

672,86

2 573,48

-

-

3 246,34

 

TABLEAU DES AUTORISATIONS D’ENGAGEMENT SUR TRANCHES FONCTIONNELLES (EN M€)

 

OS

AEANE fin 2017

AE affectées 2018

Total AE

Engagement 2018

AEANE fin 2018

DIS

1 022,80

393,93

1 416,73

586,26

830,47

Total

1 022,80

393,93

1 416,73

586,26

830,47

 

ECHEANCIER DES PAIEMENTS ASSOCIES AUX ENGAGEMENTS PAR OPERATION STRATEGIQUE (EN M€)

 

Opérations stratégiques

Engagements

Paiements

RàP à fin 2016

Eng 2017

Eng 2018

2017

2018

2019

2020

>2020

Total

DIS

6 012,69

 

 

2 244,39

1 225,53

865,73

595,90

1 081,13

6 012,69

 

3 274,32

 

1 195,65

893,24

414,33

193,14

577,96

3 274,32

 

 

3 061,03

 

1 127,57

478,33

324,93

1 130,20

3 061,03

Total

6 012,69

3 274,32

3 061,03

3 440,04

3 246,34

1 758,39

1 113,97

2 789,29

12 348,03

 

Somme des engts

12 348,03

Somme des paiements

12 348,03

 

 

éléments de la dépense par nature

 

Titre et catégorie

Autorisations
d’engagement

Crédits
 de paiement

Dépenses de fonctionnement

707 224 098

672 862 513

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

707 224 098

672 862 513

Dépenses d'investissement

2 161 472 089

2 573 477 993

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

2 161 472 089

2 573 477 993

Total

2 868 696 187

3 246 340 506

 

 

SOUS-ACTION N° 06-14

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion M51

 

 

OPÉRATION : M51

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

La sous-action comprend le programme de missile M51 ainsi que le développement et la production de sa charge utile. Le M51 est un missile nucléaire stratégique à têtes multiples, à capacité intercontinentale, emporté sur les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Ce missile évolue par incréments pour assurer le maintien à long terme de l’efficacité de la composante océanique de dissuasion. Cette évolution assure en outre le maintien des compétences industrielles de conception et de production.

Le missile M51 se décline actuellement en deux versions M51.1 et M51.2. Les travaux portant sur la troisième version (M51.3) ont été lancés en 2014.

 

II - Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Lots de missiles

3

3

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Maître d’œuvre industriel du programme missile : ArianeGroup (ex Airbus Safran Launchers, issu de la fusion des activités lanceurs d’Airbus Defence and Space et Herakles).

Sur le plan industriel, ce programme a des liens avec l’activité lanceurs spatiaux de la famille Ariane, ces derniers étant aussi fabriqués par ArianeGroup.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLÉS - ÉCHÉANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

M51

Mise en service du M51.1

septembre 2010

2010

Lancement des travaux de développement du M51.2

juillet 2010

2010

Lancement de la production du M51.2

mai 2012

2012

Lancement des travaux de développement du M51.3

août 2014

2014

 

4.2 - Échéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

M51

Commandes

3 lots

 

 

 

3 lots

Livraisons

3 lots

 

 

 

3 lots

 

Dans sa logique incrémentale, le programme M51 prévoit que les lots livrés fassent l’objet d’évolutions pour disposer de missiles dans différentes versions.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 

niveau

Libellé

Affectation sur TF

Engagement HTF

Total d’AE

CP

OB

Dissuasion : composante océanique

 -   

 180 757 191   

 180 757 191   

 645 268 828   

 

Total

 -   

 180 757 191   

 180 757 191   

 645 268 828   

 

5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 

niveau

Opérations

AEANE fin 2017

AE affectées 2018

Total AE

Engagement 2018

AEANE fin 2018

OB

Dissuasion : composante océanique

 105,57   

 -   

 105,57   

 71,36   

 34,22   

Total

 105,57   

 -    

 105,57   

 71,36   

 34,22   

 

5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent la poursuite des travaux de développement et de production du missile M51 dans ses différentes versions.

 

SOUS-ACTION N° 06-15

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion SNLE NG : adaptation M51

 

 

OPÉRATION : snle ng : ADAPTATION M51 DES SNLE NG                                                               

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le programme « Adaptation M51 des SNLE » consiste à adapter les sous-marins lanceurs d’engins (SNLE) de type Le Triomphant (SNLE NG) au missile M51. Ce programme concerne trois des quatre SNLE en service (le SNLE Le Terrible a été construit directement en version M51). Il comprend :

-    le développement de la composante embarquée du système d’armes de dissuasion M51 (CESAD M51) avec notamment la construction puis l’exploitation des moyens d’essais afférents ;

-    l’approvisionnement et la mise en place de cette CESAD M51 à bord des SNLE NG Le Triomphant, Le Téméraire et Le Vigilant, ainsi que la fourniture de la logistique initiale à terre ;

-    l’adaptation au M51 du centre d’entraînement des forces sous-marines.

 

II - Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Adaptation M51 des SNLE NG

3

3

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

La maîtrise d’œuvre est assurée par Naval Group (ex DCNS) avec une sous-traitance à la société CNIM.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLÉS - ÉCHÉANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

Adaptation M51

Dossier de lancement de la réalisation du programme Adaptation M51 approuvé par le ministre de la défense

2000

2000

Commande de la réalisation de la première adaptation (le « Vigilant »)

juillet 2010

2010

Commande de la réalisation de l’adaptation du « Triomphant »

juillet 2012

2012

Livraison de l’adaptation du « Vigilant »

juin 2013

2013

Commande de l’adaptation du « Téméraire »

août 2015

2015

Livraison de l’adaptation du « Triomphant »

mars 2016

2016

 

4.2 - Échéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

Adaptation M51

Commandes

3

 

 

 

3

Livraisons

2

 

 

1

3

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent la poursuite des travaux liés à l’adaptation au M51 du Téméraire réalisés lors de son indisponibilité pour entretien et réparation (IPER).

 

SOUS-ACTION N° 06-17

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion - Air sol moyenne portée amélioré (ASMPA)

 

 

OPÉRATION : ASMPA

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le système d’armes ASMPA (air sol moyenne portée amélioré) est entré en service en 2009 sur Mirage 2000N K3 et en 2010 sur Rafale. Le missile ASMPA emporte la charge nucléaire de nouvelle génération TNA (tête nucléaire aéroportée).

Le programme est clos depuis 2012.

 

La réalisation de sa rénovation à mi-vie a été lancée en 2016.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

ASMPA RMV - lots de missiles

3

3

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Le maître d’œuvre industriel est MBDA France.

Les principaux sous-traitants et coopérants sont Dassault Aviation, Roxel, Thales, IN SNEC, ASB et Daher Lhotellier.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLÉS - ÉCHÉANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 – Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

ASMPA RMV

Lancement du stade d’orientation

août 2012

juillet 2012

Lancement du stade d’élaboration

juillet 2014

juillet 2014

Lancement du stade de réalisation

novembre 2016

décembre 2016

 

4.2 - Échéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

ASMPA RMV

Commandes

3 lots

 

 

 

3 lots

Livraisons

 

 

 

3 lots

3 lots

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent la poursuite des développements du vecteur rénové.

 

SOUS-ACTION N° 06-18

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion Simulation

 

 

OPÉRATION : SIMULATION

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

La sous-action couvre l’acquisition et le maintien en condition opérationnelle de l’ensemble des moyens (outils numériques et expérimentaux) et les études concourant à la garantie de la fiabilité de fonctionnement et de la sûreté des charges nucléaires suite à l’arrêt des essais nucléaires. Cette activité est indispensable au maintien sur le long terme de la capacité nationale de dissuasion nucléaire.

 

Les travaux comprennent notamment la réalisation du laser mégajoule (LMJ), des installations radiographiques et hydrodynamiques franco-britanniques (programme TEUTATES) et l’acquisition de supercalculateurs.

 

II - Aspects industriels et commerciaux

 

Les travaux sont confiés à la direction des applications militaires (DAM) du CEA.

 

III - ASPECTS FINANCIERS

 

3.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


 

3.2 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la montée en puissance progressive de l’installation LMJ suite à sa mise en service en 2014 ;

-    la construction des installations radiographiques et hydrodynamiques dans le cadre du programme franco-britannique TEUTATES ;

-    l’acquisition et la mise en service des futurs supercalculateurs ;

-    la poursuite des études scientifiques et technologiques, des modélisations et intégrations dans des codes de calcul et des expérimentations contribuant à améliorer les standards de simulation numérique nécessaires à la garantie de la dissuasion.

 

SOUS-ACTION N° 06-19

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion - Autres opérations

 

 

OPÉRATION : DISSUASION – AUTRES OPERATIONS

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action regroupe les travaux et opérations visant à :

-    maintenir la crédibilité technique de la dissuasion des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins type « Le Triomphant » en service ;

-    fournir aux composantes aérienne et océanique des forces stratégiques les moyens nécessaires à la mission de dissuasion ;

-    maintenir sur le long terme la capacité nationale de dissuasion.

 

Elle comprend notamment :

Pour la composante océanique :

-    les opérations nécessaires à l’adaptation opérationnelle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engin (SNLE) depuis l’admission au service actif du Triomphant, premier SNLE de nouvelle génération de la série ;

-    le démantèlement nucléaire et la déconstruction des SNLE type « Le Redoutable M4 » ;

-    le démantèlement du système d’armes M45 (dont la mise en place d’un moyen de destruction biologique des propergols) et des installations associées ;

-    les opérations de mise à hauteur et de maintien à niveau des infrastructures et équipements de Cherbourg nécessaires aux sous-marins nucléaires en construction ou en démantèlement et déconstruction (SNLE type « Le Redoutable M4 ») ;

-    l’entretien et l’adaptation des moyens d’essai à terre de la propulsion nucléaire navale.

Pour la composante aéroportée :

-    les travaux et opérations visant à renouveler le missile ASMPA au-delà de l’horizon 2030 pour assurer la crédibilité technique de la dissuasion ;

-    des travaux sur les infrastructures dédiées à la composante aéroportée ;

-    la fin des travaux d’amélioration des contre-mesures du Mirage 2000N ;

-    les rénovations de l’avionique des ravitailleurs C-135FR et KC-135R (conformité à la réglementation de la circulation aérienne générale), ainsi que l’application à ces appareils de diverses modifications nécessaires pour la réalisation des missions ou la sécurité des vols.

Pour les deux composantes :

-    les opérations de modernisation du bâtiment d’expérimentation et de mesure (BEM) Monge ;

-    la production et le recyclage des matières nucléaires pour les armes nucléaires et les chaufferies.

 

II - Aspects industriels et commerciaux

 

Pour le domaine de la composante océanique, les industriels concernés sont principalement les sociétés ArianeGroup (ex Airbus Safran Launchers), Naval Group (ex DCNS), Safran, Technicatome et Thales.

Pour le domaine de la composante aéroportée, les travaux concernant le successeur de l’ASMPA sont réalisés sous maîtrise d’œuvre MBDA.

Pour les infrastructures dédiées à la composante aéroportée, les travaux sont réalisés sous maîtrise d’ouvrage du service d’infrastructure de la défense (SID).

Les chaufferies nucléaires et armes nucléaires sont réalisées sous maîtrise d’ouvrage déléguée de la direction des applications militaires (DAM) du CEA.

Les travaux relatifs au Mirage 2000N sont conduits essentiellement par Dassault Aviation et Thales Systèmes Aéroportés.

Le dernier des 11 avions C-135FR est sorti en novembre 2015 de son chantier de rénovation avionique, confié à la société Air France Industries. Le dernier des 3 avions KC-135R est sorti en juillet 2015 de son chantier de rénovation avionique, confié à Rockwell-Collins USA dans le cadre d’une procédure FMS (foreign military sale) avec l’armée de l’air américaine.

 

III - ASPECTS FINANCIERS

 

3.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


3.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)


 

3.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    les évolutions techniques sur les SNLE en service, les travaux de démantèlement des missiles M45 et les investissements et mises à hauteur des installations du port de Cherbourg destinées aux sous-marins nucléaires ;

-    les études scientifiques et technologiques dans le domaine de la propulsion nucléaire ;

-    l’exploitation et la rénovation des installations du CEA (centre de Cadarache) qui assurent les missions au service de la propulsion nucléaire (dont la poursuite de la réalisation du réacteur d’essai RES) ;

-    l’exploitation et la modernisation de l’outil industriel de la direction des applications militaires (DAM) du CEA, pour répondre notamment aux besoins futurs de production et de recyclage des matières nucléaires ;

-    la poursuite des études du successeur de l’ASMPA ;

-    des travaux d’infrastructure dédiée à la composante aéroportée.

 

SOUS-ACTION N° 06-22

Assurer la crédibilité opérationnelle de la dissuasion - soutien et mise en oeuvre des forces - toutes opérations

 

 

OPÉRATION : DISSUASION - SOUTIEN                                     

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action regroupe les travaux et opérations visant à assurer l’entretien et le soutien des moyens des forces aériennes et navales nécessaires à la réalisation de la mission de dissuasion.

 

La sous-action comprend :

-    le maintien en condition opérationnelle des missiles M51 (têtes nucléaires comprises), réalisés au titre de la sous-action 14 ;

-    le maintien en condition opérationnelle du système d’armes ASMPA (air sol moyenne portée amélioré) ;

-    le maintien en condition opérationnelle des moyens de transport spéciaux (VSRE).

 

Les performances concernent essentiellement la disponibilité opérationnelle des systèmes.

 

II - Aspects industriels et commerciaux

 

Pour le M51, le maître d’œuvre est ArianeGroup (ex Airbus Safran Launchers).

Pour l’ASMPA, les travaux sont réalisés sous maîtrise d’œuvre MBDA France (hors charges nucléaires).

Pour les VSRE, les travaux sont réalisés sous maîtrise d’œuvre d’Ineo Defense (groupe Suez).

 

III - ASPECTS FINANCIERS

 

3.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


3.2 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    pour la composante océanique, la poursuite des travaux de révision générale systématique (RGS) des sous-ensembles de missiles M51 et le maintien en condition opérationnelle des missiles M51 ;

-    pour la composante aéroportée, le maintien en condition opérationnelle de l’ASMPA.

 

SOUS-ACTION N° 06-23

Assurer la crédibilité technique de la posture - toutes opérations

 

 

OPÉRATION : DISSUASION - POSTURE

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action assure :

-    le suivi en service des systèmes de transmissions nucléaires actuels et leur renouvellement ;

-    la contribution au plan national à la lutte contre la prolifération et le terrorisme nucléaire, dans le respect des engagements internationaux de la France.

 

Pour cela elle recouvre :

-    le maintien en condition opérationnelle du réseau maillé durci « RAMSES », le traitement des obsolescences du réseau et des principaux équipements de commutation (RAMSES IV) ;

-    le maintien en condition opérationnelle du système de dernier recours (SYDEREC) et la réalisation du programme successeur (SYDEREC NG) ;

-    le maintien en condition opérationnelle et la modernisation des centres de transmissions de la marine nationale mis en œuvre principalement au profit des forces nucléaires océaniques (TRANSOUM) ;

-    la modernisation des moyens de communication propres à la composante aéroportée (TRANSAERO) ;

-    la réalisation d’expertise en matière de techniques ou des systèmes proliférants et la participation aux travaux des organisations internationales.

 

Cette sous action contribue également à la modernisation des moyens de télécommunications fixes permettant le fonctionnement des chaînes critiques nécessaires à la permanence du commandement (service de communication résilient du programme DESCARTES), en complément de la sous-action n° 41 de l’action 7 : Communiquer – DESCARTES.

 

II - Aspects industriels et commerciaux

 

Pour les systèmes RAMSES, SYDEREC et TRANSOUM, le maître d’œuvre est Thales Communications & Security.

Les travaux relevant des techniques nucléaires sont confiés au CEA.

 

III - CALENDRIER - DATES CLÉS

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

TRANSOUM

Lancement du stade de réalisation

avril 2013

avril 2013

SYDEREC NG

Lancement du stade d’orientation

août 2012

août 2012

Lancement du stade d’élaboration

août 2015

décembre 2014

TRANSAERO

Lancement du stade d’orientation

août 2015

août 2014

Lancement du stade d’élaboration

4ème trimestre 2017

4ème trimestre 2017

 

IV - ASPECTS FINANCIERS

 

4.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


4.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


4.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    le développement et la qualification du système SYDEREC NG ;

-    le maintien en condition opérationnelle et la gestion d’obsolescence des systèmes de transmission stratégique ;

-    la poursuite des travaux de modernisation des centres de transmissions (TRANSOUM) ;

-    la poursuite de la préparation de TRANSAERO ;

-    la poursuite du réaménagement et de la modernisation du réseau résilient SOCRATE (volet DESCARTES SCR).

 

SOUS-ACTION N° 06-24

Assurer la crédibilité technique de la dissuasion – SNLE 3G

 

 

OPÉRATION : SNLE 3G

I - BESOINS OPÉRATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

La sous-action regroupe les travaux et opérations visant à renouveler les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) en service pour maintenir sur le long terme les capacités de dissuasion.

 

Le programme SNLE 3G vise à remplacer les 4 SNLE type « Le Triomphant » au-delà de l’horizon 2030. Le nouveau SNLE sera conçu pour pouvoir embarquer les incréments futurs du missile M51 et répondre à l’évolution à venir de la menace, en particulier en matière d’invulnérabilité.

 

II - CIBLE

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

SNLE 3G

4

4

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Les principaux industriels concernés sont Naval Group et Technicatome.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLÉS

 

Le calendrier sera défini lors du lancement de la réalisation.

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

SNLE 3G

Passage au stade d’élaboration

novembre 2016

4ème trimestre 2016

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

4.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


4.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


4.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les engagements prévus en 2018 couvrent la poursuite des travaux de développement du SNLE 3G.

 

ACTION N° 07                                                                                                                                                            24,4 %

Commandement et maîtrise de l'information

 

 

Titre 2

Hors titre 2

Total

FDC et ADP
attendus

Autorisations d’engagement

 

3 328 097 515

3 328 097 515

7 060 919

Crédits de paiement

 

1 593 714 784

1 593 714 784

7 060 919

 

 

SYNTHESE PAR OS ET PAR TITRE

 

OS

AE (M€)

CP (M€)

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

Titre 3

Titre 5

Titre 6

Titre 7

Total

AOA

295,00

118,26

-

-

413,26

250,02

121,34

-

-

371,36

PEM

-

2 914,84

-

-

2 914,84

125,66

1 094,79

1,92

-

1 222,36

Total

295,00

3 033,10

-

-

3 328,10

375,68

1 216,12

1,92

-

1 593,71

 

TABLEAU DES AUTORISATIONS D’ENGAGEMENT SUR TRANCHES FONCTIONNELLES (EN M€)

 

OS

AEANE fin 2017

AE affectées 2018

Total AE

Engagement 2018

AEANE fin 2018

PEM

3 977,73

2 915,03

6 892,76

1 731,74

5 161,02

Total

3 977,73

2 915,03

6 892,76

1 731,74

5 161,02

 

ECHEANCIER DES PAIEMENTS ASSOCIES AUX ENGAGEMENTS PAR OPERATION STRATEGIQUE (EN M€)

 

Opérations stratégiques

Engagements

Paiements

RàP à fin 2016

Eng 2017

Eng 2018

2017

2018

2019

2020

>2020

Total

AOA

688,12

 

 

375,94

130,14

72,63

18,62

90,79

688,12

 

400,47

 

96,21

185,44

78,26

34,82

5,74

400,47

 

 

417,78

 

73,75

206,83

86,39

50,80

417,78

PEM

3 941,95

 

 

1 231,25

778,74

617,64

370,35

943,97

3 941,95

 

1 517,51

 

262,33

417,38

303,13

207,71

326,97

1 517,51

 

 

1 731,74

 

185,11

523,80

412,78

610,05

1 731,74

Total

4 630,07

1 917,98

2 149,53

1 965,73

1 770,57

1 802,28

1 130,66

2 028,33

8 697,57

Somme des engts

8 697,57

Somme des paiements

8 697,57

 

 

éléments de la dépense par nature

 

Titre et catégorie

Autorisations
d’engagement

Crédits
 de paiement

Dépenses de fonctionnement

294 997 517

375 676 178

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

294 997 517

375 676 178

Dépenses d'investissement

3 033 099 998

1 216 121 989

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

3 033 099 998

1 216 121 989

Dépenses d'intervention

 

1 916 617

Transferts aux autres collectivités

 

1 916 617

Total

3 328 097 515

1 593 714 784

 

 

SOUS-ACTION N° 07-24

Commander et conduire - Système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA)

 

 

OPERATION : SCCOA

Nom dES PEM : SCCOA3, SCCOA4           

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA) permet de remplir les missions de surveillance et de contrôle de l’espace aérien, de coordination de la défense sol-air, de préparation et de conduite des opérations aériennes sur le territoire national ainsi qu’en opérations extérieures. Il comprend un ensemble de capteurs (radars), de centres d’opérations et de moyens de transmissions formant un réseau fortement automatisé et interopérable avec les alliés (OTAN). Les systèmes développés sont compatibles avec les systèmes civils de la circulation aérienne et concourent à la posture permanente de sûreté (PPS).

Les évolutions du SCCOA sont gérées par étapes, chacune constituant un programme d’armement. L’étape 3 est close depuis 2015. L’étape 4 est en cours de réalisation.

 

SCCOA 3 comprend :

-     la conception du système d’ensemble et de coordination des opérations du programme ;

-     l’acquisition des moyens de contrôle d’aérodromes (CLA 2000) ;

-     la rénovation des moyens de simulation et de formation ;

-     l’acquisition d’un deuxième centre ACCS (air command and control system, programme OTAN) ;

-     la modernisation et fédération des systèmes d’informations des bases aériennes ;

-     les évolutions du système de tenue de situation aérienne STRIDA pour le passage à 4 CDC (centres de détection et de contrôle);

-     l’acquisition du système radio sol air futur (SRSA) ;

-     le développement de la version 3 du système de préparation et de restitution de missions (SLPRM) ;

-     l’acquisition de radars d’aide à l’atterrissage (PAR NG) ;

-     les centres de coordination et centres de la chaîne de commandement.

 

SCCOA 4 phase 1 comprend :

-    la pérennisation de la couverture radar en métropole (rénovation de radars existants et nouvelles acquisitions) ;

-    la bascule des centres de commandement et de contrôle vers une structure intégrée ACCS OTAN ;

-    la mise à niveau de la composante mobile du centre de commandement et de contrôle ;

-    l’acquisition de radars d’aide à l’atterrissage.

 

SCCOA 4 phase 2 comprend, en complément des étapes précédentes :

-    la poursuite de l’acquisition de nouveaux radars pour la couverture de l’espace aérien de la métropole ;

-    l’acquisition d’un 3ème centre ACCS de type multi-missions et la fin de basculement du dispositif de surveillance et de contrôle en tout ACCS (3 centres) ;

-    la mise en place des 5 CMCC (centre militaire de coordination et de contrôle) au niveau type 2 ;

-    l’acquisition de la partie « base aérienne » du SCCA (système de télécommunication des contrôleurs aériens) ;

-    la prise en compte des grandes évolutions touchant les communications et les systèmes d’information (passage sous IP, évolutions SSI et interfaçage avec le système ACCS) ;

-    la poursuite de la mise à niveau de la composante mobile dans un format resserré ;

-    la rénovation du radar de surveillance spatiale GRAVES ;

-    la poursuite de la coordination des opérations du programme.

 

Les performances principales de SCCOA 3 et de la phase 1 de SCCOA 4 concernent la disponibilité d’une couverture radar et radio sol-air 24H/24-7J/7, la tenue de la situation aérienne et le contrôle des aéronefs militaires sur le territoire national, la capacité de commandement et de contrôle des opérations aériennes ainsi que la coordination des feux sol-air. En outre, les systèmes doivent être adaptés aux évolutions liées à l’environnement aéronautique (sécurité des vols, évolutions réglementaires ou technologiques, etc.).

La phase 2 de SCCOA 4 vise à pérenniser et à faire évoluer les capacités du système de systèmes SCCOA et permettra de maintenir les capacités opérationnelles actuelles avec quelques améliorations : homogénéisation des planchers de détection sur l’ensemble de la France, nouveaux radars basse altitude pour la PPS disposant d’une détection 3D, renforcement de la sécurité informatique et mise en place de passerelles multiniveaux sécurisées.

 

Par ailleurs, au titre des autres opérations, cette sous-action comprend également l’acquisition de premiers moyens de lutte contre le survol de mini drones conformément à l’actualisation de la LPM.

 

II – Cible

 

Étape 3

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Radars d’atterrissage

30

15

Réactualisation 2003

ARS (centre ACCS)

3

1

Réactualisation 2003

Radar de secours Nice

1

0

Prolongation de vie du radar actuel

Contrôles locaux d’aérodromes (CLA)

31

26

Mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2014 – 2019

 

Étape 4 phase 1

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Rénovation de radars haute et moyenne altitudes

10

10

 

Radars d’atterrissage

6

2

Adaptation du périmètre en cohérence avec les travaux de programmation.

Radars fixes (Nice et Lyon)

1

2

Remplacement anticipé du radar de Lyon du fait de l’impossibilité de prolonger la vie du radar actuel

 

Étape 4 phase 2

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Radars fixes moyenne et basse altitude 3D

12

12

 

Radars fixes d’approche 2D

3

3

 

Radars tactiques 3D

4

4

 

3ème Centre ACCS

1

1

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Maîtrise d’œuvre système SCCOA : Thales (radars, systèmes de surveillance, composante mobile, systèmes d’information), CS-SI (contrôle d’aérodromes, systèmes de télécommunication sol - air), MOSS SAS (société filiale à parité d’Airbus Defence and Space et de Thales Air Systems, réalisant des travaux d’architecture et de systèmes d’information).

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

SCCOA3

Début déploiement du CLA 2000

septembre 2006

2004

Début déploiement SRSA

décembre 2006

2005

Mise en service des derniers sites du CLA 2000

2022

2008

Mise en service des derniers sites SRSA

2019

2009

SCCOA4 phase 1

Début de rénovation des radars haute et moyenne altitude

décembre 2009

2009

Commande des travaux de migration des centres de commandement et de contrôle vers une structure intégrée ACCS OTAN

décembre 2010

2010

Livraison du radar HMA 3D de Nice

mars 2017

2015

Livraison du radar HMA 3D de Lyon

2019

2016

SCCOA4 phase 2

Notification contrat radars fixes M/BA 3D et tactique 3D

décembre 2014

septembre 2014

Livraison du 1er radar fixe M/BA 3D

2019

2017

Livraison du 1er radar tactique 3D

décembre 2018

2018

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

SCCOA3 (ARS de Tours)

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

SCCOA3 (PAR NG)

Commandes

15

 

 

 

15

Livraisons

15

 

 

 

15

SCCOA 4.1 (rénovation

radars HMA)

Commandes

10

 

 

 

10

Livraisons

4

2

3

1

10

SCCOA 4.1 (radars fixes pour Nice et Lyon)

Commandes

2

 

 

 

2

Livraisons

 

1

 

1

2

SCCOA4.1 (radars d’atterrissage)

Commandes

2

 

 

 

2

Livraisons

 

2

 

 

2

SCCOA4.2 (radars fixes moyenne et basse altitude 3D)

Commandes

12

 

 

 

12

Livraisons

 

 

 

12

12

SCCOA4.2 (radars fixes d’approche 2D)

Commandes

 

 

 

3

3

Livraisons

 

 

 

3

3

SCCOA4.2 (radars tactiques 3D)

Commandes

4

 

 

 

4

Livraisons

 

 

1

3

4

SCCOA4.2 (3ème centre ACCS)

Commandes

 

 

1

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

 

Le report de livraison de l’ARS de Tours résulte de l’ajournement des opérations de vérification de l’ARS de Lyon Mont Verdun suite à des faits techniques bloquants.

 

Les difficultés techniques rencontrées sur le produit ACCS conduisent à reporter sa qualification. Par conséquent, la commande du 3ème centre ACCS avec ses équipements intégrés est repoussée en 2018 pour une livraison en 2023.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements pour 2018 couvrent :

-    l’acquisition et installation d’un centre-multi-missions ACCS ;

-    le marché SCCA (système de communication des contrôleurs aériens) ;

-    les évolutions des systèmes CLA 2000 ;

-    le remplacement des modules de commandement projetables (MC2P) ;

-    la prolongation des prestations ONERA (AMOA ACCS) ;

-    les déploiements et acquisitions complémentaires pour la passerelle applicative en temps réel multi-niveaux  PATRUS ;

-    l’évolution du système SRSA (système radio sol-air) ;

-    la commande d’un radar fixe d’approche 2D ;

-    la reprise des missions CDC ;

-    la commande de travaux de MCO et de rénovations au titre des autres opérations d’armement, ainsi que la commande de systèmes de lutte anti-drone ;

-    le montant des hausses économiques.

 

À titre indicatif, la répartition des fonds de concours attendue est la suivante :


 

SOUS-ACTION N° 07-25

Commander et conduire - Système d'information TERRE

 

 

OPERATION : système d’infoRmation de l’armee de terre

Nom du PEM : SI Terre

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

L’opération SI TERRE a pour finalité de poursuivre la numérisation des forces terrestres et comporte deux volets : l’évolution des systèmes d’information opérationnels de l’armée de terre et le renouvellement des équipements informatiques de ces systèmes.

 

Ainsi, cette opération regroupe, d’une part, les différents systèmes d’information opérationnels et de communication (SIOC) de l’armée de terre afin d’assurer leur cohérence et leur coordination, notamment dans les domaines de l’interopérabilité (opérationnelle, procédurale et technique) et de la sécurité des systèmes d’information (SSI) dans l’attente de la réalisation des opérations SIA (système d’information des armées) et Scorpion (modernisation des groupements tactiques interarmes (GTIA)). Les travaux menés dans le cadre de l’opération SI TERRE visent à fournir un niveau capacitaire (NCi+) reposant sur une amélioration de l’ergonomie des applications informatiques et le partage de la situation tactique à tous les niveaux de commandement des forces terrestres. Elle concourt, d’autre part, au déploiement en opération de 5 brigades interarmes (BIA) numérisées. À ce titre, elle assure le complément d’équipements, le rétrofit et le renouvellement des matériels informatiques des postes de commandement des unités numérisées de l’armée de terre.

 

Cette sous-action comprend également :

-    la numérisation de l’ALAT (aviation légère de l’armée de terre), principalement avec le système SIT-ALAT ;

-    le système d’information de l’artillerie sol-sol ATLAS et ses évolutions tant dans le cadre de l’interopérabilité (fédération NCi+ puis NC1) que dans celui des adaptations aux pièces d’artillerie et aux nouvelles munitions ;

-    la réalisation des évolutions relatives au premier niveau de capacité NC1 (réalisées au profit de l’armée de terre et fédérées par le programme SIA) pour les aspects temps réfléchi et temps réflexe ;

-    la réalisation d’une 1ère version de SICS (système d’information et de communication Scorpion) en cohérence avec le calendrier du programme Scorpion (SICS V0) ;

-    le maintien en condition opérationnelle des SIOC de l’armée de terre (système d’information et de commandement des forces SICF, système d’information régimentaire SIR, ATLAS, système d’information terminal élémentaire SITEL).

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Brigades Interarmes (BIA) numérisées

5

(dont 1 496 kits)

5

(dont 1 342 kits)

Mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2014 – 2019 (impact estimé à 344 kits). Puis en 2015, décision de réalisation de 300 kits de numérisation allégés à la place de 110 kits lourds.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Dans cette sous action interviennent la plupart des industriels français du domaine des SIC terre : Thales Communications &Security, Airbus Defence and Space, Safran Electronics & Defense, Cap Gemini, Miccavionics Defense Systems, BULL SAS (groupe Atos) et Nexter Systems.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

SI TERRE

Livraison du niveau de capacité initial amélioré (NCi+)

mars 2013

2012

Fin de l’équipement de 5 brigades interarmes (BIA)

mi-2018

2015

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

SI TERRE (kits de numérisation)

Commandes

1 342

 

 

 

1 342

Livraisons

1 032

10

300

0

1 342

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    l’achat d’équipements informatiques ;

-    la commande de licences SICS ;

-    le maintien en condition opérationnelle des SIOC de l’armée de terre dont ATLAS et SIT-ALAT, des moyens de préparation de mission et les systèmes d’information embarqués sur hélicoptères, des kits des postes de commandement pour hélicoptère de manœuvre ;

-    des évolutions logicielles et matérielles du module de préparation de mission pour équipages d’hélicoptère ;

-    la production de kits de numérisation simplifiés au profit de l’ALAT.

 

SOUS-ACTION N° 07-27

Commander et conduire - Géographie numérique

 

 

OPERATION : GeOGRAPHIe numerique

Nom du PEM : GeOGRAPHIe numerique

 

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action comprend le programme DNG3D (données numériques de géographie et en 3 dimensions), des opérations liées à la capacité de production de données géographiques, dont les équipements de la chaîne géographique projetable (CGP), et le programme GEODE 4D.

 

Le programme DNG3D vise à élaborer des données géographiques et des modèles numériques de cibles en trois dimensions. Ces données sont essentielles à la mise en œuvre de l’ensemble des systèmes d’armes et des systèmes d’information et de commandement.

Les performances du programme DNG3D permettent de produire des modèles numériques ayant la précision requise pour mettre en œuvre les missiles de croisière SCALP.

Le programme DNG3D est clos depuis mai 2015.

 

L’opération GEODE 4D vise à renforcer les capacités d’élaboration des données géographiques et les capacités d’exploitation combinées des différentes données d’environnement géophysique (géographie, hydrographie, océanographie et météorologie : GHOM). Il prévoit le développement d’un système d’information d’environnement géophysique et la production de données géographiques.

 

La sous-action comprend également les opérations qui permettent d’assurer la collecte de sources d’information brutes (images satellitaires) et leur transformation en données géographiques exploitables par les systèmes d’armes et les systèmes d’information opérationnels. Elle comprend également l’acquisition, au profit des unités spécialisées de la défense, des moyens informatiques de production, de stockage et de distribution des données géographiques.

La capacité de production de données cartographiques est de l’ordre de 1,5 millions de km²/an.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Système d’environnement géophysique GEODE 4D

1er niveau de capacité GHOM
en 2015

1er niveau de capacité GHOM
en 2019

Consolidation du calendrier GEODE 4D effectuée lors du lancement en réalisation du programme en 2016

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

La réalisation du cœur du système d’environnement géophysique GEODE 4D est confiée à Airbus Defence and Space. Le reste des activités s’appuie sur un tissu de PME françaises, en particulier pour ce qui concerne la production des données cartographiques.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

GEODE 4D

Commande des travaux d’ingénierie système

décembre 2010

2010

Lancement du stade d’orientation

août 2011

2010

Lancement du stade d’élaboration

avril 2014

avril 2014

Lancement du stade de réalisation

novembre 2016

septembre 2015

 

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

SI Environnement géophysique (incrément)

Commandes

1

 

 

1

2

Livraisons

 

 

 

2

2

 

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la production de données géographiques au profit des forces ;

-    l’adaptation de moyens existants et le maintien en condition opérationnelle associé.

 

SOUS-ACTION N° 07-28

Commander et conduire - Autres opérations

 

 

OPERATION : commander et conduire – autres operations

Nom des PEM : SIC 21, CERBERE, OMEGA

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

En complément aux systèmes du domaine « commander et conduire » identifiés par ailleurs, cette sous-action comprend les systèmes de commandement et de conduite des opérations interarmées ou d’armées, les outils de simulation ou d’entraînement liés à ces systèmes, et les systèmes de géolocalisation. Les principaux programmes ou opérations d’armements financés au titre de la sous-action comprennent :

-    les opérations ayant donné lieu à des systèmes déjà en service comme le système d’information et de commandement du pôle stratégique de Paris (SIC PSP) pour le commandement interarmées et les systèmes SCIPIO et CENTAURE pour l’entraînement interarmes des forces terrestres ;

-    l’opération SIC 21 qui a permis de doter la marine nationale d’une capacité opérationnelle de commandement et de conduite des opérations dans un contexte interarmées et international, en garantissant notamment l’interopérabilité avec les systèmes d’information des autres armées et des alliés. Le programme SIC 21 est clos depuis 2011. Les évolutions et le MCO du système sont suivis dans le cadre de SIA ;

-    l’opération CERBERE (centres d’entrainement représentatifs des espaces de bataille et de restitution des engagements) vise à remplacer les systèmes CENTAURE (centre d’entrainement au combat et de restitution des engagements) et SYMULZUB (système pilote pour la simulation instrumentée du CENZUB). Elle offrira la possibilité d’entraîner sur des terrains ouverts, boisés et urbanisés les unités lors des rotations au CENTAC (centre d’entrainement au combat) et au CENZUB (centre d’entrainement en zone urbaine), notamment les unités Scorpion avec leurs nouveaux modes d’action, aux côtés des intervenants 3D. Elle permettra également de mener une analyse après action et de contrôler le niveau opérationnel des unités avant leur projection ; l’opération a été introduite par l’actualisation de la LPM en 2015 ;

-    l’opération OMEGA (opération de modernisation des équipements GNSS des armées) qui a pour objet le développement d’une capacité autonome de géolocalisation pour les systèmes d’armes prenant en compte les futurs systèmes de navigation par satellites (Galileo, nouvelles constellations GPS). Galileo est un système européen de navigation par satellite qui offrira un service gouvernemental sécurisé. Le stade d’orientation d’OMEGA a été lancé en septembre 2014. L’opération est entrée au stade d’élaboration en avril 2017 le passage au stade de réalisation est prévu en 2018.

 

II – Cible

 

La cible de l’opération OMEGA sera définie au lancement de la réalisation.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

La maîtrise d’œuvre industrielle du marché initial CERBERE est assurée par le groupement Thales Training & Simulation et Ruag Defence France avec comme principaux sous-traitants Thales Communications & Security en charge du sous-système de communications et Diginext en charge du logiciel du système central (supervision et analyse après action).

 

L’organisation industrielle de l’opération OMEGA sera définie lors du lancement de la réalisation.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

CERBERE

Lancement du stade de réalisation

décembre 2016

décembre 2016

1ère capacité au CENZUB permettant d’entraîner 1 SGTIA sur 1/3 du camp

2019

2019

Composante CENZUB

2023

2023

Composante CENTAC

2021

2021

 

Pour l’opération OMEGA, le calendrier et les échéanciers seront consolidés ultérieurement.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

L’échéancier de l’opération OMEGA sera défini au lancement de la réalisation.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)


 

5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    au titre de CERBERE :

-    la réalisation de la 1ère capacité de simulation au CENZUB ;

-    le développement du système de simulation partagée et des applications réutilisables pour la tactique et l’entraînement SPARTE ;

-    la poursuite des travaux d’élaboration sur l’opération OMEGA ;

-    au titre des autres opérations d’armement, le soutien des systèmes d’information et de commandement SIR, SITEL, SAER, MAESTRO et l’acquisition de stations légères de topographie, et l’intégration de nouveaux entrants dans le système CENTAURE.

 

À titre indicatif, la répartition des fonds de concours attendue est la suivante :


 

SOUS-ACTION N° 07-29

Commander et conduire - Système d'information des armées (SIA)

 

 

OPERATION : Système d’information des Armées (SIA)

Nom du PEM : SIA

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le système d’information des armées (SIA) vise à fournir à l’ensemble des acteurs (décideurs et utilisateurs) les informations issues des capteurs et systèmes d’armes d’un théâtre d’opération et les outils leur permettant de traiter ces informations. Ce système dote la France des moyens correspondant à ses engagements vis-à-vis de l’OTAN et de ses alliés (NRF, nation cadre, etc.).

La première phase du programme SIA, en privilégiant le recours à des systèmes existants, prévoit de :

-    développer un socle technique commun interarmées (STC IA) rassemblant les applications logicielles communes et sur lequel viennent s’implanter les applications métier ;

-    développer des fonctions métier « commande-contrôle (C2) et obtention des effets », « renseignement » et « logistique » ;

-    déployer les premiers modules de série au profit de la flotte et des théâtres puis fournitures des moyens matériels (serveurs, postes utilisateurs, constituants les modules projetables, etc.) et logiciels pour déploiement de la série par les opérateurs ;

-    assurer la mise en cohérence des SIOC participant aux capacités opérationnelles assignées au SIA (architecture, rationalisation et convergence par inflexion des SIOC existants, qualification d’ensemble, appui aux structures de gouvernance, etc.).

Inscrit dans une logique à la fois incrémentale et interarmées, le SIA permet d’atteindre un niveau capacitaire équivalent à celui des systèmes qu’il remplace (SIC 21, SICF, SCCOA hors temps réel, SIC PSP, INTRACED) tout en réduisant le coût de possession, et en améliorant l’interopérabilité au sein de chaque armée, entre armées et en interalliés.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

SIA

273 modules projetables

229 modules projetables

La cible de 247 fixée lors des travaux de LPM 2014 – 2019 a été réduite à 229 en conformité avec les nouveaux contrats opérationnels (juin 2014)

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Les tâches industrielles de niveau système sont assurées par SOPRA-STERIA, architecte intégrateur, qui est garant de l’architecture globale.

La réalisation des composants logiciels du SIA fait l’objet de processus compétitifs et d’appel aux maîtres d’œuvre historiques permettant ainsi d’accéder aux meilleures compétences du domaine des systèmes d’information de la défense et du monde civil.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

SIA

Lancement du stade de réalisation

avril 2012

2012

Livraison du STC IA

décembre 2013

septembre 2013

Livraison d’un premier niveau de capacité (SIA TERRE NC1)

décembre 2018

2015

Livraison du SIA V1

décembre 2018

2017

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

SIA (Modules projetables)

Commandes

45

25

79

80

229

Livraisons

28

20

35

146

229

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la poursuite de la réalisation de la première version du système ;

-    l’acquisition et la fourniture des matériels et logiciels pour la production des configurations attendues et des 79 modules projetables ;

-    le soutien et l’évolution des intranets : socles STCIA et STCE (socle technique commun d’échange), MC3S (MCO et MCS des socles du SIA), fédérateur intraced et passerelles de sécurité ;

-    la poursuite de la réalisation des nouveaux modules métiers pour les packages SIA C2 V2 terre, marine et air et des prestations d’assistance complémentaire au déploiement de la fonction SG3A (système de gestion de l’activité aérienne des armées);

-    le renforcement des plate-formes et des moyens de qualification et d’évaluation ;

-    la poursuite de la réalisation d’un nouvel afficheur cartographique du SIA (SIA Maps NG) ;

-    le soutien et les évolutions du module métier lié au renseignement de théâtre (SORIA/FCR-T) ainsi que le soutien, les évolutions et le ralliement du renseignement de métropole (SORIA/FCR-M) ;

-    le soutien et les évolutions de SILRIA (module métier assurant le suivi de la ressource en transit) ;

-    le maintien en condition opérationnelle des systèmes remplacés par le SIA ;

-    la suite de la mise en cohérence des SIOC participant aux capacités opérationnelles assignées au SIA.

 

SOUS-ACTION N° 07-32

Communiquer - Moyens de communication satellitaire

 

 

OPERATION : COMMUNIQUER – MOYENS DE COMMUNICATION SATELLITAIRE

Nom du PEM : COMCEPT, SYRACUSE III, SYRACUSE IV

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

La maîtrise de l’information constitue une clé de la supériorité des forces armées. Du niveau stratégique jusqu’à la plate-forme de combat, elle permet d’apprécier la situation et de conduire l’action. Elle repose sur des capacités de télécommunication à longue distance principalement fondées sur les communications par satellite (SATCOM). Les opérations récentes confirment le besoin de déploiements rapides de forces, sur des distances importantes et dans un environnement où les réseaux de communication d’infrastructure sont inexistants, détruits ou inutilisables et où la morphologie du terrain complique les communications tactiques. Essentiels à notre autonomie de décision et d’action militaire, les systèmes de télécommunications satellitaires permettent un déploiement rapide en s’affranchissant d’infrastructures terrestres sur les zones d’opérations, offrent des débits de transmissions élevés avec, si nécessaire, la capacité à résister à des agressions et opèrent dans un milieu libre - l’espace - où les contraintes de souveraineté des États ne s’exercent pas. Ces capacités permettent d’interconnecter les réseaux tactiques, opératifs et stratégiques.

 

Le besoin militaire en liaisons satellite se caractérise par un besoin d’adaptation aux circonstances des opérations, notamment une forte flexibilité dans l’affectation des ressources. Il se décompose en deux parties :

-    les liaisons durcies, dites de « noyau dur », essentielles à la conduite des opérations qui ont des exigences de robustesse, de résilience et de sécurité fortes ;

-    les liaisons non-durcies (télégestion, télémédecine, correspondances numériques, etc.) n’ayant pas les mêmes niveaux d’exigence en termes de disponibilité, confidentialité et intégrité.

 

SYRACUSE III (système de radiocommunications utilisant un satellite) est le système de radiocommunications satellitaires dit « noyau dur », visant à satisfaire les besoins opérationnels des armées en matière de communications longues distances, sécurisées et résistantes à la menace de guerre électronique. Il est constitué de satellites, de stations sol fixes, de terminaux déployables (terrestres et navals) et de modems assurant la protection des communications contre le brouillage. Les principales performances portent sur la durée contractuelle du service (12 ans), un débit total d’environ 200 Mbit/s (selon brouillage), une couverture globale du golfe du Mexique à l’Indonésie et la couverture simultanée minimum de 3 théâtres opérationnels

Les satellites SYRACUSE 3A et 3B, lancés en 2005 et 2006, permettent à la France de remplir un rôle majeur au profit de l’OTAN en tant que fournisseur de capacités de télécommunications par satellites. Ces deux satellites de la constellation SYRACUSE sont complétés par un satellite construit en coopération avec l’Italie (SICRAL 2).

 

COMCEPT (besoins complémentaires en communications d’élongation de projection et de théâtre), réalisée en coopération avec l’Italie, vise à apporter aux forces un système de communication satellitaire non durci, à haut débit et à garantie d’accès, venant compléter les capacités satellitaires à moyen débit du « noyau dur » (SYRACUSE et SICRAL 2) pour satisfaire les besoins des opérations en réseau. Le système COMCEPT (durée du service : de 2014 à 2029) est constitué d’un satellite ATHENA-FIDUS comportant une charge utile italienne et une charge utile française en bande Ka/EHF, des moyens sol de contrôle associés, de stations sol fixes et de terminaux utilisateurs déployables. La composante sol utilisateur est issue du marché commercial de la bande Ka et intègre également des stations visant à équiper de moyens de communications par satellites civils de nouveaux bâtiments de la marine nationale.

 

SYRACUSE IV, anciennement COMSAT NG (communications par satellite de nouvelle génération) est le programme successeur de SYRACUSE III Il vise à renouveler les satellites SYRACUSE 3A et 3B tout en modernisant et complétant les stations sol. Il répond aux besoins des forces en capacités de télécommunications par satellites nécessaires à l’engagement des armées et au commandement des forces déployées, sur le territoire national et dans les zones prioritaires d’intérêt définies par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013, étendues à l’Atlantique jusqu’aux Antilles. Il assurera la cohérence avec l’existant et répondra à l’évolution du besoin et de la menace, en particulier en termes de débits, d’utilisations tactiques des stations (encombrement réduit, robustesse, facilité d’emploi, etc.), de capacité à communiquer en mouvement (drones, porteurs terrestres et aéronautiques, etc.) et d’interopérabilité avec l’OTAN.

 

Le maintien en condition opérationnelle des moyens de communications par satellite comprend le maintien à poste des satellites en orbite sur lesquels la France a acquis des ressources et le maintien en condition opérationnelle de l’ensemble des systèmes et équipements acquis dans le cadre des opérations décrites ci-dessus.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Satellites SYRACUSE III

3

2+1

Mise en place d’une coopération franco-italienne

Stations métropolitaines et mobiles SYRACUSE III

390

368

(45 stations navales et 323 stations terrestres)

Adaptation de la cible au besoin entre 2004 et 2016

COMCEPT - Satellite ATHENA-FIDUS

1

1

 

COMCEPT – Stations sol utilisateur

660

423

Mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2014 – 2019 (retrait de stations terrestres, ajout de stations navales).

SYRACUSE IV (ex COMSAT NG)

1 capacité

2 satellites

Lancement de la réalisation pour le segment spatial de 2 satellites

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

SYRACUSE III

Segment spatial : maîtrise d’œuvre industrielle assurée par Thales Alenia Space France / sous-traitant : Thales Communications & Security.

Segment sol : maîtrise d’œuvre industrielle assurée par Thales Communications & Security France.

Cette opération génère une activité pour des PME comme ACTIA TELECOM, IN-SNEC et Ineo Defense.

Pour honorer des accords bilatéraux, le programme national SYRACUSE III a été complété par des coopérations, notamment avec l’Italie (satellite SICRAL 2 dont la maîtrise d’œuvre est assurée par Thales Alenia Space France et Telespazio Italie), le Royaume-Uni et l’OTAN.

 

COMCEPT

Suite à une compétition nationale, la maîtrise d’œuvre de la composante spatiale ATHENA-FIDUS a été attribuée à Thales Alenia Space et celle du segment sol utilisateur, au groupement constitué de la société Airbus Defence and Space et de l’entreprise de taille intermédiaire ACTIA TELECOM.

 

SYRACUSE IV

Le segment spatial est réalisé par Thales Alenia Space et Airbus Defence and Space. Arianespace intervient en sous-traitance pour le lancement.

Les segments sols seront réalisés dans une étape ultérieure, dont l’organisation industrielle reste à déterminer.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

SYRACUSE III

Première capacité opérationnelle SYRACUSE 3A

2005

2004

Mise en service de SYRACUSE 3B

2006

2006

Livraison version système SV 3.1

2009

2009

Livraison version système SV 3.2

2010

2010

Fin de livraison stations

décembre 2015

2015

COMCEPT

Mise en service du satellite ATHENA-FIDUS

mars 2014

2014

Fin de livraison des stations du segment sol COMCEPT

2019

décembre 2018

SYRACUSE IV

Lancement du stade de réalisation de la première étape

décembre 2015

2015

Lancement du premier satellite

2020

2020

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

SYRACUSE III (segment spatial)

Commandes

3

 

 

 

3

Livraisons

3

 

 

 

3

SYRACUSE III (segment sol)

Commandes

368

 

 

 

368

Livraisons

367

 

 

1*

368

COMCEPT Segment spatial

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

1

 

 

 

1

COMCEPT Segment sol utilisateur

Commandes

423

 

 

 

423

Livraisons

335

76

9

3

423

SYRACUSE IV (segment spatial)

Commandes

2

 

 

 

 

Livraisons

 

 

 

2

 

* : Suite à une évolution du besoin, il a été demandé en 2016 de ne pas livrer le dernier segment sol SYRACUSE III. Les travaux contractuels de résiliation associés sont en cours en 2017.

 

L’échéancier commandes/livraisons de l’opération SYRACUSE IV pour le segment sol sera consolidé lors du lancement de la deuxième étape du stade de réalisation de l’opération.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    pour SYRACUSE III : la poursuite des adaptations du système suite à la livraison de la version SV4 et la poursuite des installations sur les porteurs des dernières stations livrées par le programme ;

-    pour SYRACUSE IV : les premiers travaux de réalisation de la composante sol ;

-    pour les autres opérations, le soutien de l’ensemble du système (segments sol et spatiaux) ;

-    des hausses économiques pour l’ensemble des opérations.

 

SOUS-ACTION N° 07-35

Communiquer - Autres opérations

 

 

OPERATION : COMMUNIQUER - AUTRES OPERATIONS

Nom dES PEM : ASTRIDE, CYBER, INTRACED, MELCHIOR, PR4G VS4-IP, RADIO HF Future, RDIP, RIFAN, SELTIC, TELCOMARSAT

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

Cette sous-action regroupe l’ensemble des opérations du domaine « communication » complémentaires à celles des sous-actions identifiées par ailleurs. Elle concerne aussi bien les moyens de communication d’infrastructure et de théâtre que les moyens d’élongation et de desserte. Elle traite également des produits de sécurité nécessaires à la protection des informations et des échanges.

 

ASTRIDE (accès par satellite et par transmission hertzienne au réseau de zone et de l’intranet de l’espace de bataille)

ASTRIDE est un moyen de télécommunications (phonie et données) et de services complémentaires du réseau intégré de transmissions automatisées (RITA Valorisé). La phase 1 est achevée. La phase 2 permettra notamment le raccordement des postes de commandement (PC) et d’abonnés fixes et mobiles. Les moyens ASTRIDE phase 2 fonctionneront avec l’ensemble des réseaux tactiques et permettront d’étendre ces capacités aux niveaux des PC de groupements tactiques interarmes (GTIA), en augmentant les élongations et les débits utilisables.

 

INTRACED (intranet classifié de défense)

INTRACED répond aux besoins opérationnels d’échange d’informations classifiées de défense dans un contexte exclusivement national (« Confidentiel Défense ») ou dans un contexte interconnecté avec les réseaux de l’OTAN (jusqu’au niveau « Secret OTAN »). Chacun des deux fédérateurs comprend environ 60 serveurs informatiques. Ce système doit pouvoir être utilisé en permanence (temps de paix, de crise et de guerre), sur le territoire métropolitain comme sur les théâtres d’opérations.

L’opération est terminée.

 

RDIP (réseau de desserte IP)

L’opération RDIP vise à fournir une offre de service de réseaux de desserte informatique rénovés, au standard IP, sur les emprises métropolitaines du ministère des armées principalement affectées aux activités de l’armée de l’air. Le réseau fournira une disponibilité contractuelle garantie allant de 5 minutes d’indisponibilité maximale par an, pour les systèmes les plus critiques, à des garanties de temps de rétablissement équivalentes à celles des opérateurs privés pour les systèmes non critiques.

 

CYBER

L’opération incrémentale CYBER regroupe :

-    le développement, la production et le soutien initial de produits de cybersécurité pour répondre aux besoins de protection d’informations sensibles et classifiées de défense (chiffreurs…) ;

-    l’acquisition des moyens techniques nécessaires à la cyberdéfense des systèmes du ministère, dont les moyens techniques de lutte informatique défensive (MTLID).

 

L’opération incrémentale CYBER a été complétée des travaux de l’incrément 2 lancé en 2014. Cet incrément couvre l’acquisition de chiffreurs de nouvelle génération et d’équipements informatiques sécurisés (tablettes TEOTAB). L’incrément 2 inclut également le développement d’un composant cryptographique qui sera utilisé dans de futures générations de produits de sécurité. En termes de cyberdéfense, l’incrément 2 prévoit l’acquisition d’une capacité de surveillance projetable.

En 2016, l’incrément 3 a été lancé afin de couvrir la suite des travaux, en particulier des travaux de développement d’une sonde hôte maitrisée et des études préparatoires au développement de nouveaux chiffreurs et d’une sonde réseau.

 

RIFAN (réseau IP de force aéronavale)

RIFAN a pour objet le déploiement de réseaux intranet à bord des bâtiments de combat de la marine nationale. La première étape de RIFAN, achevée, a interconnecté les plates-formes par l’intermédiaire des moyens satellites et radio HF existants à bord des bâtiments. Dans la deuxième étape, les capacités de dessertes internes à chaque plate-forme sont accrues et les moyens radios de la gamme V/UHF sont rénovés, permettant d’améliorer les capacités d’échanges tactiques. La desserte informatique à bord des bâtiments permet de véhiculer des informations jusqu’aux niveaux de classification « Confidentiel Défense » et « Secret OTAN ». L’administration de la totalité du réseau et des moyens de sécurité est possible depuis la métropole.

 

TELCOMARSAT (télécommunications de la marine par satellites)

L’opération TELCOMARSAT a pour but de doter la marine de moyens de communication utilisant des satellites civils (en bande Ku, C ou Inmarsat). L’opération comprend les études d’installation, la fourniture et l’intégration des équipements nécessaires aux communications par satellites civils pour les unités (bâtiments et sites à terre) et le maintien en condition opérationnelle initiale associé.

L’opération est terminée.

 

SELTIC

Le programme SELTIC est destiné à doter le ministère de moyens d’élaboration ou d’acquisition, de distribution, d’injection et de gestion des clés de chiffrement des systèmes.

L’opération SELTIC NG, dont le lancement du stade d’orientation est prévu en 2018, vise à satisfaire les besoins des armées et des directions en clés de chiffrement nationales, OTAN et alliées. Elle doit améliorer le dispositif en utilisation, et notamment la sécurité des matériels d’injection et de transfert de clés, la reprise d’anciens centres d’élaboration de clés, la distribution de gros volumes d’éléments secrets, la distribution de clés par réseaux. Elle doit gérer l’obsolescence des clés papier et leur remplacement par des clés électroniques.

 

MELCHIOR

Le programme MELCHIOR vise à doter les forces (dont les forces spéciales) de moyens de communications hautes fréquences (HF) modernes, constitués de réseaux radio tactiques (en versions caisson, station embarquée sur véhicule ou station portable). Ces moyens permettent la diffusion des renseignements recueillis et la transmission des ordres de bout en bout, tout en garantissant l’interopérabilité avec les réseaux des armées comme des alliés dans des modes de fonctionnement discrets, protégés du brouillage et sécurisés.

Il permet des communications de très grande élongation (jusqu’à 5 000 km) pour un débit multiplié par 4 par rapport à la génération précédente. Sa version système 2 (VS2) offre une capacité de messagerie sécurisée.

 

PR4G VS4-IP

Le programme PR4G VS4-IP est clos depuis 2010.

 

RADIO HF Future

Le programme Radio HF Future vise à poursuivre les travaux dans le domaine des communications HF en particulier dans la lignée du système MELCHIOR. Il s’appuiera sur les dernières avancées technologiques en matière de robustesse de liaison et de débit dans une recherche de convergence interarmées.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

ASTRIDE phase 2

130

109

Mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2014 – 2019

RDIP

106 sites

88 sites

Actualisation en fonction des fermetures de bases aériennes et de la densification en points de raccordement sur les sites restants

CYBER (MTLID)

12 systèmes surveillés

11 systèmes surveillés

Révision du besoin opérationnel

CYBER (TEOTAB)

500

2000

Révision de la cible suite à évolution du besoin opérationnel.

RIFAN étape 2

60 bâtiments

63 bâtiments

La cible a été mise en cohérence avec le format de la flotte.

TELCOMARSAT

Stations Navales et téléports

56 stations

et 4 téléports

35 stations

et 6 téléports

Ajout de 2 téléports en métropole pour raccordement d’unités aux réseaux d’infrastructure à terre.

Actualisation du nombre de stations navales en cohérence avec le format de la flotte.

MELCHIOR : Stations VS1 et VS2

1 222

741

Mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2014 – 2019

MELCHIOR : Rétrofit de stations VS1 en VS2

 

200

Mise en cohérence avec les travaux de programmation en 2014

 

La cible de l’opération SELTIC NG sera définie au lancement de la réalisation.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

ASTRIDE :

La maîtrise d’œuvre industrielle de l’opération ASTRIDE a été confiée à Thales Communications & Security.

 

RDIP :

L’opération RDIP est réalisée au travers d’un contrat de partenariat public-privé (RDIP-Air) d’une durée de 16 ans. Le titulaire retenu est la société CIBAIR SAS, dont l’actionnariat est composé d’Alcatel-Lucent, Ineo Defense, la caisse des dépôts et consignations (branche infrastructures) et SEIEF (south Europe infrastructure equity finance). La réalisation est confiée par CIBAIR au gropupement momentané d’entreprises composé des actionnaires industriels, à savoir Alcatel-Lucent et Ineo Defense.

 

CYBER :

L’acquisition de moyens techniques pour la lutte informatique défensive (MTLID) a été confiée à Airbus Defence and Space.

Les acquisitions de chiffreurs de nouvelle génération, d’équipements informatiques sécurisés et le développement d’un composant cryptographique ont été confiés au maître d’œuvre industriel Thales Communications & Security.

 

RIFAN :

L’étape 2 de RIFAN a été attribuée à un groupement constitué d’Airbus Defence and Space, Naval Group (ex DCNS), Rohde & Schwarz.

 

TELCOMARSAT :

L’opération TELCOMARSAT a été confiée au groupement d’industriels Airbus Defence and Space / Naval Group (ex DCNS).

 

SELTIC NG :

Les aspects industriels et commerciaux seront définis au lancement de la réalisation.

 

MELCHIOR :

Le maître d’œuvre industriel de l’opération est Thales Communications & Security.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

ASTRIDE

Notification du contrat

2009

2009

Livraison de la première version système

septembre 2014

2012

RDIP

Notification du contrat

2011

2011

Début d’exploitation du réseau densifié

octobre 2015

2015

CYBER (MTLID)

Vérification de service régulier du premier système surveillé MTLID

septembre 2014

2014

Livraison du premier chiffreur PMPS IP

avril 2017

2016

RIFAN étape 2

Lancement réalisation

2009

2009

Livraison du 1er bâtiment

2012

2012

Livraison du dernier bâtiment (hors SNLE ajouté en programmation)

août 2017

2016

TELCOMARSAT

Mise en service opérationnel

2010

2008

MELCHIOR

Qualification de la version système VS1.1 MELCHIOR

2009

2008

Cumul de livraison des 675 stations VS1 MELCHIOR

2011

2010

Cumul de livraison des 66 stations VS2 MELCHIOR

2019

2012

 

Afin de répondre aux besoins des opérationnels sur PMPS-IP, les travaux industriels et étatiques ont été organisés pour permettre une anticipation de la livraison des premiers chiffreurs.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

ASTRIDE phase 2

Commandes

109

 

 

 

109

Livraisons

101*

8

 

 

109

RDIP centres d’exploitation

Commandes

2

 

 

 

2

Livraisons

2

 

 

 

2

RDIP sites

Commandes

88

 

 

 

88

Livraisons

88

 

 

 

88

CYBER (MTLID)

Commandes

11

 

 

 

11

Livraisons

8

3

 

 

11

CYBER (TEOTAB)

Commandes

2 000

 

 

 

2 000

Livraisons

 

 

300

1 700

2 000

RIFAN étape 2

Commandes

63

 

 

 

63

Livraisons

59

3

 

1

63

TELCOMARSAT

Stations Navales (SSU)

Commandes

35

 

 

 

35

Livraisons

35

 

 

 

35

MELCHIOR : Stations VS1 et VS2

Commandes

741

 

 

 

741

Livraisons

675

 

 

66

741

MELCHIOR : rétrofit Stations VS1 en VS2

Commandes

200

 

 

 

200

Livraisons

 

 

 

200

200

 

* : au lieu de 91 comme indiqué dans le RAP 2016.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    pour le PEM CYBER : le développement de nouveaux chiffreurs, l’acquisition de chiffreurs IP et de systèmes de surveillance cybernétiques projetables, des études préparatoires aux incréments ultérieurs de l’opération, ainsi que le MCO des moyens existants ;

-    le lancement des études du stade d’orientation de l’opération SELTIC NG ;

-    les commandes de maintien en condition opérationnelle des réseaux de télécommunication, principalement au titre des autres opérations ;

-    la poursuite de l’exploitation de RDIP et les frais financiers associés ;

-    des hausses économiques pour l’ensemble des opérations.

 

À titre indicatif, la répartition des fonds de concours attendue est la suivante :

 


 

SOUS-ACTION N° 07-36

Communiquer - CONTACT

 

 

OPERATION : CONTACT

Nom du PEM : CONTACT (COMMUNICATIONS NUMERISEES TACTIQUES ET DE THEATRE) – contact inteGRATION vehicules

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le programme CONTACT vise à doter les forces d’un réseau de radiocommunications tactiques haut débit, sécurisé et interopérable avec l’OTAN, et de postes associés. Ce système contribuera à la numérisation de l’espace de bataille. Il fournira une famille de postes radios sécurisés destinés à équiper différentes plateformes (fantassin, blindés, aéronefs de combats, de renseignement et de transport, navires) en remplacement des systèmes existants (PR4G, SATURN, CARTHAGE, MIDS).

 

La première étape du programme couvre la réalisation du système pour les forces terrestres et navales (opérations amphibie) avec une première tranche de production composée de postes portatifs et de postes pour véhicules correspondant à l’équipement de deux brigades interarmes et le soutien initial associé. La conception du système pour les activités aériennes et le développement du poste aéroporté sont également inclus dans cette étape. Une deuxième étape à lancer en 2020 permettra de compléter ce besoin avec une première capacité pour les communications aéroterrestres et aéronautiques.

 

Les principales performances concernent les débits, le support simultané de la phonie et du transport de données, et la mise en réseau d’environ 1 000 véhicules et 600 combattants débarqués par brigade interarmes.

 

L’opération « CONTACT intégration véhicules » a pour enjeu l’intégration des équipements CONTACT sur des véhicules non Scorpion de l’armée de terre, d’un volume de deux brigades interarmes. L’enjeu est de permettre aux unités terrestres, agissant avec les groupements tactiques interarmes Scorpion équipés nativement de CONTACT, de communiquer sans rupture d’interopérabilité.

 

II – Cible

 

CONTACT étape 1 :

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Postes véhicule

2 400

2 400

 

Postes portatifs

2 000

2 000

 

 

La cible de l’opération « CONTACT Intégration Véhicules » sera définie lors du lancement de la réalisation.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Le maître d’œuvre industriel du système CONTACT est Thales Communications & Security.

 

Les aspects industriels et commerciaux de l’opération « CONTACT Intégration Véhicules » seront précisés au lancement de la réalisation

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

CONTACT

Lancement du stade d’élaboration de la première étape

janvier 2010

2009

Lancement des travaux de réalisation de la première étape

juin 2012

2013

Livraison des premiers équipements de préséries terrestres

septembre 2016

2016

Livraison des premiers postes terrestres

2019

2018

Lancement en réalisation de la deuxième phase de l’opération

2020

Non défini

CONTACT intégration véhicules

Lancement de la réalisation

décembre 2017

2015

 

L’étape 2 de CONTACT, initialement envisagée en 2016, est reportée en 2020. Dans l’attente du lancement de la réalisation de l’étape 2, les travaux de préparation incluant la stabilisation du besoin et la définition préliminaire se poursuivent.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

CONTACT - postes véhicules

Commandes

2 400

 

 

 

2 400

Livraisons

 

 

 

2 400

2 400

CONTACT - postes portatifs

Commandes

2 000

 

 

 

2 000

Livraisons

 

 

 

2 000

2 000

 

L’échéancier commandes/livraisons de l’opération CONTACT Intégration Véhicules sera défini au lancement de la réalisation.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les engagements 2018 couvrent principalement :

-    la poursuite des travaux de développement et de réalisation de la première version système CONTACT ;

-    les premières qualifications d’intégration sur les véhicules concernés ;

ainsi que des hausses économiques.

 

SOUS-ACTION N° 07-39

Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - Autres opérations

 

 

OPERATION : RENseigner, surveiller, acquerir et reconnaitre - AUTRES OPERATIONS

Nom dES PEM : ALSR, HELIOS II, HAWKEYE : MISE A NIVEAU, MALE, MURIN, POD RECO NG, RENO SAIM, ROEM STRATEGIQUE, ROEM TACTIQUE, SDCA RENOVATION, SDT, SSO.

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action regroupe les programmes permettant de conduire des opérations dans un contexte interarmées et interallié, répondant aux besoins des armées en termes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance en tout temps, de jour comme de nuit, d’identification et de télécommunications.

 

Les opérations de cette sous-action sont :

HAWKEYE : mise à niveau

Les avions de guet embarqué Hawkeye sont des avions de type E-2C acquis entre 1998 et 2004 et mis en œuvre par la marine nationale. La mise à niveau du Hawkeye doit permettre de conserver l’interopérabilité avec les moyens de l’OTAN.

L’opération de mise à niveau comprend essentiellement l’intégration de l’IFF NG (mode 5/S) et la rénovation du dispositif de détection passif (ESM). Pour la part avionique, les travaux porteront sur les seules obsolescences et évolutions de réglementations OACI nécessaires à l’horizon 2020.

 

SDCA (système de détection et de commandement aéroporté)

Les avions SDCA sont des avions de type E-3F (AWACS), acquis entre 1987 et 1992 et mis en œuvre par l’armée de l’air. Les améliorations (radar, communications…) apportées lors de leur rénovation permettent de conserver l’interopérabilité avec les alliés et avec les avions de combat français.

La rénovation à mi-vie du système de mission comprend notamment la rénovation des calculateurs, des logiciels et des consoles de surveillance et de contrôle, l’intégration d’un interrogateur IFF Mode S et Mode 5 (interopérabilité alliée), un nouveau système de préparation de mission ainsi que la mise à hauteur du simulateur.

Des évolutions règlementaires, applicables à l’horizon 2020, rendent nécessaire une rénovation de l’avionique. Cette rénovation traite également les obsolescences des équipements de l’avionique (centrales à inertie, pilote automatique). Le lancement des travaux a eu lieu en juillet 2017.

 

RECO NG (système de reconnaissance de nouvelle génération)

L’opération RECO NG est close depuis 2013.

 

SDT (système de drones tactiques)

Cette opération vise à répondre en priorité aux missions de renseignement au profit des unités tactiques en leur offrant une capacité de surveillance, d’acquisition, de reconnaissance et de renseignement (SA2R). Elle comprend les opérations relatives au SDTi (système de drones tactiques intérimaires) et le programme à effet majeur SDT pour l’acquisition d’une capacité de « drones tactiques » pérennes.

 

Réno SAIM (système d’aide à l’interprétation multicapteurs)

L’opération Réno SAIM assure le maintien du système opérationnel SAIM. Elle satisfait également de nouveaux besoins opérationnels en particulier ceux liés à l’exploitation des images MUSIS et des drones.

 

Segment sol d’observation (SSO)

Le programme SSO permet de doter les forces des moyens de programmation, de réception et d’exploitation des images produites par les systèmes d’observation spatiale.

Le programme SSO est clos depuis 2012.

 

UAV MALE (unmanned aerial vehicle [drone] moyenne altitude longue endurance)

Cette opération vise à répondre en priorité aux missions de renseignement de théâtre au profit du commandement de niveau opératif. Elle comprend les activités relatives au système intérimaire de drones MALE (SIDM), à l’acquisition de systèmes de drones Reaper et à l’acquisition d’une capacité de drones MALE pérenne. L’UAV MALE est un moyen aérien projetable, capable d’assurer des missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et de désignation d’objectifs.

Par son endurance, il peut opérer sur de larges zones, à grandes distances et sur de longues durées.

 

ROEM STRATEGIQUE

L’opération ROEM stratégique vise à doter les armées d’une composante fixe et déplaçable de renseignement d’origine électromagnétique de niveau stratégique. Elle modernise les systèmes de commandement et d’exploitation du ROEM stratégique, la capacité de localisation et d’interception des émissions électromagnétiques stratégiques au profit de l’ensemble des armées et la direction du renseignement militaire (DRM).

 

Elle est composée de :

-    système historique PICAROS (première capacité ROEM stratégique) ;

-    PARADOS : phase d’amélioration du recueil automatisé des signaux de radiocommunications au profit du ROEM Stratégique ;

-    CLOVIS : capacité de localisation à vocation interministérielle et stratégique ;

-    SEVE : système d’exploitation et de valorisation des écoutes ;

-    TALISMANS : traitement automatique des langues ;

-    DEMETER : dispositif d’exploitation en masse et d’enrichissement ROEM.

 

ROEM TACTIQUE

L’opération ROEM tactique vise à doter le commandement d’une capacité d’appui électronique tactique. Elle est essentiellement composée de l’opération STERNES (système tactique d’écoute, de radiogiométrie et d’exploitation du spectre électromagnétique) dont les performances seront précisées au lancement de sa réalisation.

 

HELIOS II : système d’observation spatiale optique

Le système HELIOS II d’observation spatiale optique est en service depuis 2010. Le programme HELIOS II a été clôturé la même année.

 

ALSR (avion léger de surveillance et de reconnaissance)

L’acquisition de ces aéronefs a pour objectif de disposer d’une capacité complémentaire à celle des drones MALE, capable d’effectuer des missions de renseignement avec une faible empreinte logistique et une facilité de déploiement.

La charge utile doit permettre de recueillir du renseignement d’origine électromagnétique (ROEM) ainsi que du renseignement d’origine image (ROIM).

 

MURIN (moyen utilisé pour le renseignement dans les intervalles)

L’opération MURIN vise à doter les unités de renseignement des forces terrestres de radars tactiques facilement déployables. Ces radars ont pour mission la surveillance, la recherche du renseignement, l’aide au tir de l’artillerie et la participation à la protection d’emprises.

 

CUGE (capacité universelle de guerre électronique)

Cette opération vise à remplacer les capacités en renseignement d’origine électromagnétique (ROEM) aéroportées à l’horizon de l’arrêt des Transall Gabriel.

 

Autres opérations

Les autres opérations couvrent notamment l’ensemble des activités connexes au domaine de l’observation satellitaire, telles que le MCO du segment utilisateur HELIOS, celui du segment sol optique (SSO), ou celui des outils de géographie au profit de la chaîne de commandement air-marine.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

HAWKEYE : Mise à niveau

3

3

 

SDCA Rénovation

4

4

 

SDT

2

2

 

ALSR

1

2

Prise en charge du 2ème avion prévu par LPM 14 – 19. Mise en cohérence avec les décisions du CDD du 6 avril 16.

MURIN

30

30

 

 

La cible des opérations CUGE et ROEM tactique (STERNES) sera définie au lancement de sa réalisation.

 

En conformité avec la LPM 2014 – 2019, l’opération Réno SAIM repose sur l’évolution d’outils existants en intégrant de nouveaux capteurs (MALE, MUSIS). Il n’y a donc pas de cible définie pour ce projet.

 

L’opération ROEM stratégique est une opération incrémentale. L’incrément 5 dont le lancement est prévu en 2017 comprend notamment la première étape de SEVE et la réalisation de DEMETER.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Hawkeye : mise à niveau

La mise à niveau Hawkeye est réalisée selon la procédure FMS (foreign military sale) avec la marine américaine. La marine américaine est le maître d’œuvre. Northrop Grumman Corporation (NGC) est l’architecte industriel et le réalisateur des chantiers d’intégration IFF et ESM ainsi que de la mise à niveau (respect des normes de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI)) de l’avionique a minima. Tous les chantiers sont réalisés en France dans les installations du SIAé.

 

SDCA

La rénovation à mi-vie est réalisée selon la procédure FMS (foreign military sale) avec l’armée de l’air américaine.

Boeing est l’architecte industriel de cette rénovation à mi-vie des flottes AWACS et Air France Industries est sous-traitant de Boeing pour la réalisation des chantiers d’intégration en France.

Concernant la rénovation avionique, Air France Industries est le maître d’œuvre industriel avec Boeing pour sous-traitant.

 

SDT

SDTI : les contrats de réalisation et de soutien en OPEX ont été confiés à Safran Electronics & Defense ;

SDT : le maître d’œuvre industriel est la société Safran Electronics & Defense.

 

Réno SAI

Les travaux de réalisation des évolutions SAIM, ainsi que les travaux de définition et de réalisation des nouvelles stations d’exploitation sont confiés à Thales Communications & Security, maître d’œuvre historique du SAIM.

 

UAV MALE

Systèmes intérimaire de drones MALE (Harfang) : les contrats ont été notifiés à Airbus Defence and Space et IAI (Israël) ;

Système de drones MALE : l’acquisition de quatre systèmes de drones MALE Reaper a été réalisée en 2013, 2015 et en 2016 selon la procédure FMS (foreign military sale).

 

ROEM STRATEGIQUE

Les maîtres d’œuvre des projets PICAROS, PARADOS et CLOVIS sont respectivement Airbus Defence and Space, le groupement Airbus Defence and Space - Rohde & Schwarz et le groupement Thales Communications & Security – Ineo Defense.

Le projet SEVE étape 1 sera réalisé par les sociétés Airbus Defence and Space et Khiplus.

 

ALSR

Le contrat de réalisation a été confié à Sabena Technics et Thales Systèmes Aéroportés.

 

MURIN

La maîtrise d’œuvre est assurée en cotraitance par Thales Air Systems et Thales Electronics Systems.

 

Les aspects industriels et commerciaux des opérations ROEM tactique (STERNES) et CUGE seront connus au lancement de la réalisation.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

Hawkeye : Mise à niveau

Commande de la rénovation ESM

2012

2012

Commande de la mise à niveau OACI de l’avionique a minima

décembre 2015

novembre 2015

SDCA - Rénovation

Notification de la phase 2 du contrat de rénovation mi-vie SDCA (LoA)

décembre 2009

2011

Livraison du premier SDCA rénové

juillet 2014

2014

Notification de la rénovation avionique

juillet 2017

septembre 2016

SDT

Lancement du stade d’orientation du SDT

2012

2012

Lancement du stade d’élaboration du SDT

août 2014

2014

Lancement de la réalisation

février 2016

2015

UAV MALE

Première capacité opérationnelle du système SIDM

janvier 2009

janvier 2009

Commande d’un système de drones MALE Reaper

août 2013

août 2013

Commande de systèmes supplémentaires de drones MALE Reaper

2015 – 2016

2015 – 2016

ALSR

Livraison du premier avion

décembre 2018

2018

Livraison du second avion

2019

2019

CUGE

Lancement du stade d’élaboration

décembre 2017

décembre 2017

Lancement du stade de réalisation

décembre 2018

décembre 2018[1]

ROEM STRATEGIQUE

Lancement de la réalisation

2010

2010

Fin de la livraison de la composante PARADOS

septembre 2018

2015

Fin de la livraison de la composante CLOVIS

février 2019

2016

MURIN

Lancement de la réalisation

décembre 2015

décembre 2015

 

Le décalage du lancement de la rénovation avionique SDCA est principalement dû au report de la remise des offres de l’industrie.

 

Le décalage de fin de livraison des composantes PARADOS et CLOVIS de l’opération ROEM stratégique est dû à des retards industriels dans la finalisation des travaux.

 

Le calendrier de l’opération ROEM tactique (STERNES) sera défini au lancement de la réalisation.

 

En conformité avec la LPM 2014 – 2019, l’opération Réno SAIM repose sur l’évolution d’outils existants en intégrant de nouveaux capteurs (MALE, MUSIS). Il n’y a donc pas de calendrier défini pour ce projet.

 

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

HAWKEYE : mise à niveau

Commandes

3

 

 

 

3

Livraisons

 

 

2

1

3

SDCA : Rénovation mi-vie

Commandes

4

 

 

 

4

Livraisons

4

 

 

 

4

SDCA : Rénovation avionique

Commandes

 

4

 

 

4

Livraisons

 

 

 

4

4

SDT

Commandes

2

 

 

 

2

Livraisons

 

 

 

2

2

ALSR

Commandes

2

 

 

 

2

Livraisons

 

 

1

1

2

MALE REAPER

Commandes

4

 

 

 

4

Livraisons

2

 

 

2

4

MURIN

Commandes

4

 

26

 

30

Livraisons

 

 

4

26

30

 

Les cibles et les échéanciers des opérations CUGE et ROEM tactique (STERNES) seront définis lors du lancement de leur réalisation.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la commande de la réalisation de l’opération CUGE ;

-    la poursuite des travaux de réalisation de l’opération STERNES dans le cadre de l’opération ROEM tactique ;

-    pour les différents incréments de l’opération ROEM stratégique :

-    la poursuite des travaux de réalisation PARADOS au titre de l’incrément 3 ;

-    la poursuite des travaux de réalisation de CLOVIS au titre de l’incrément 4 ;

-    la commande d’équipements complémentaires, la poursuite des travaux de réalisation SEVE étape 1 et le lancement des travaux de DEMETER au titre de l’incrément 5.

-    la commande de 26 radars MURIN ;

-    pour les autres opérations :

-    le maintien en condition opérationnelle des systèmes Hélios II et SSO ;

-    le maintien en condition opérationnelle et la rénovation des systèmes ROEM existants et leur renouvellement.

 

À titre indicatif, la répartition des fonds de concours attendue est la suivante :


 

SOUS-ACTION N° 07-40

Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - MUSIS

 

 

OPERATION : MUSIS

Nom du PEM : MUSIS

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Dans une logique européenne, et afin de remplacer les systèmes existants (systèmes optiques français Hélios et Pléiades, systèmes radar allemand et italien SAR-Lupe et COSMO-SkyMed), l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la France ont lancé, au milieu des années 2000, une initiative appelée multinational space-based imaging system (MUSIS), afin se doter de moyens d’observation spatiale communs. En l’absence de décision européenne et afin d’assurer la permanence de la composante optique Hélios, la France avait lancé en 2010 l’opération MUSIS/CSO, c’est à dire :

-    la réalisation d’une composante spatiale optique, dite « CSO », sur la base de deux satellites d’observation identiques. Le premier assure la mission de reconnaissance (THR : très haute résolution), le deuxième, en orbite plus basse, assure la mission d’identification en réalisant des images de plus haute résolution (EHR : extrêmement haute résolution) ;

-    la conception et l’acquisition d’un segment sol utilisateur comprenant les fonctions de programmation, de réception et de production des images et d’un centre de mission, chargé des opérations d’exploitation et de contrôle des satellites.

 

Suite à la mise en place d’une coopération avec l’Allemagne en 2015, le périmètre du programme est élargi à un troisième satellite CSO d’observation, à un segment sol utilisateurs permettant d’accéder aux satellites d’observation radar allemands SARah et aux adaptations du système CSO requises en conséquence.

 

Par rapport à Hélios II, MUSIS apportera une meilleure résolution (identification de cibles plus petites) et une augmentation importante du nombre d’images réalisables quotidiennement. Le troisième satellite permettra d’améliorer le délai de revisite.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Satellites optiques

2

3

La cible a été mise en cohérence avec les décisions de l’actualisation de la LPM actant les décisions du Conseil franco-allemand de mars 2015

Segment sol

1

1

 

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

L’organisation industrielle pour la réalisation des satellites optiques et du segment sol repose sur :

-    le CNES, maître d’ouvrage délégué pour la réalisation des satellites et du centre mission ;

-    Airbus Defence and Space, maître d’œuvre satellite et en charge de la réalisation du segment sol utilisateur ;

-    Thales Alenia Space France, maître d’œuvre instrument ;

-    les sous-traitants principaux suivants : SODERN, SESO, SOFRADIR, SONACA et Air Liquide.

 

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

MUSIS

Lancement du stade de conception

février 2009

2009

Lancement de la réalisation

octobre 2010

2010

Mise en orbite du premier satellite

2ème semestre 2018

2016

Mise en orbite du deuxième satellite

2020

2017

Mise en orbite du troisième satellite

2021

2021

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

MUSIS – Satellites optiques

Commandes

3

 

 

 

3

Livraisons

 

 

1

2

3

MUSIS – Segment sol

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

1

 

 

1

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2016 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent la poursuite des travaux de réalisation du système MUSIS et du segment sol utilisateur.

 

SOUS-ACTION N° 07-41

Communiquer - DESCARTES

 

 

OPERATION : DESCARTES

Nom dU PEM : DESCARTES (déploiement des services de communication et architecture des réseaux de télécommunications sécurisés)

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le programme DESCARTES doit fournir aux armées les services de télécommunication fixes nécessaires à l’accomplissement des missions opérationnelles et au fonctionnement courant du ministère des armées, dans le prolongement des services actuels offerts par les différents réseaux existants. Il prend en compte :

-    les besoins d’usage général du ministère sur les sites en métropole, en outre-mer et à l’étranger (représentations permanentes, forces pré positionnées…), au travers d’une solution standardisée de téléphonie et de la sécurisation des échanges de données ;

-    les besoins de communications résilientes correspondant aux chaînes critiques nécessaires à la permanence du commandement qui concerne les sites stratégiques ;

-    les besoins spécifiques d’échanges inter-sites pour le contrôle aérien militaire, offrant des fonctions de transport de la téléphonie et de l’interphonie entre les sites au profit du programme SCCOA ainsi que l’interconnexion avec d’autres réseaux, notamment celui de la DGAC.

 

II – Cible

 

Le programme DESCARTES comprend plusieurs composantes formant un ensemble cohérent :

-    mise en place d’équipements d’interconnexion pour les 1 154 sites du ministère, formant une architecture commune de routage et de sécurité (POINCARE[2]);

-    rénovation du réseau résilient SOCRATE[3]fonctionnant même en cas de crise grave, au profit de 122 sites « cœur stratégique » dont ceux de la dissuasion ;

-    modernisation du système de téléphonie ministérielle (SYMPHONIE[4]), étendu à 36 sites ;

-    réalisation d’un système de téléphonie inter-sites spécifique au contrôle aérien (ICARE[5]) pour 42 sites.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Thales Communications & Security est maître d’œuvre de la rénovation du réseau résilient SOCRATE ; un groupement Thales Communications & Security – NXTO France est maître d’œuvre de la réalisation de l’architecture de routage et de sécurité POINCARE ; les premières réalisations de modernisation de la téléphonie (SYMPHONIE) sont effectuées via un marché existant dont Airbus Defense and Space est le titulaire ; le maitre d’œuvre de la composante ICARE est Airbus Defense and Space.

Le marché concernant la suite de la modernisation de la téléphonie (SYMPHONIE) fait l’objet d’une consultation en cours.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

DESCARTES

Décision de lancement du stade d’orientation

2010

2010

Décision de lancement du stade d’élaboration

juin 2014

novembre 2013

Décision de lancement du stade de réalisation

novembre 2015

novembre 2015

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

POINCARE : architecture de sécurité et routage

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

SOCRATE : rénovation du réseau résilient

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

SYMPHONIE : modernisation de la téléphonie d’usage général *

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

ICARE : téléphonie inter-sites du contrôle aérien

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

* : le jalon correspond désormais au début des commandes d’extension de sites.

 

Le décalage de la livraison de l’architecture POINCARE est la conséquence des retards industriels sur les travaux de conception.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la poursuite du réaménagement et de la modernisation du réseau résilient SOCRATE. À noter que la sous-action n° 23 de l’action 6 « Assurer la crédibilité technique de la posture - toutes opérations » contribue pour partie à la modernisation des moyens de télécommunications de ce volet ;

-    la poursuite du déploiement de l’architecture de routage et de sécurité (POINCARE) ;

-    la poursuite de la modernisation du système de téléphonie ministérielle (SYMPHONIE) ;

-    a poursuite du développement et du déploiement de la téléphonie inter-sites du contrôle aérien militaire avec la prise en compte des contraintes « air traffic management » (ICARE).

 

SOUS-ACTION N° 07-42

Renseigner, surveiller, acquérir et reconnaître - CERES

 

 

OPERATION : CERES

Nom dU PEM : CERES

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le programme CERES (capacité de renseignement électromagnétique spatiale) vient compléter les moyens nationaux de recherche et d’interception des émissions électromagnétiques. Il comprend des fonctions d’interception, de caractérisation et de localisation des signaux électromagnétiques par des moyens satellitaires, leur programmation ainsi que les moyens sols de contrôle des satellites.

 

Le système CERES est basé sur une constellation de trois satellites. Il permettra de recueillir régulièrement sur l’ensemble du globe les informations permettant de cartographier et d’analyser le fonctionnement des émetteurs électromagnétiques (radar et télécommunication) dans les bandes de fréquences d’intérêt. Son architecture SSI répond aux exigences spécifiques des activités ROEM.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

Système CERES

1

1

 

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Trois industriels français sont regroupés au sein d’un consortium pour répondre au besoin CERES : Airbus Defence and Space, Thales Systèmes Aéroportés (TSA) et Thales Alenia Space (TAS).

Le CNES intervient par ailleurs en délégation de maîtrise d’ouvrage.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

CERES

Lancement de la réalisation

janvier 2015

mars 2015

Fin de conception détaillée du segment sol utilisateur

novembre 2016

juillet 2016

Fin de revue de conception détaillée (RCD)

octobre 2017

2017

Lancement des satellites

2020

2020

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

Système CERES

Commandes

1

 

 

 

1

Livraisons

 

 

 

1

1

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent les travaux d’intégration, d’essais et de qualification technique du système CERES.

 

ACTION N° 08                                                                                                                                                              8,2 %

Projection - mobilité - soutien

 

 

Titre 2

Hors titre 2

Total

FDC et ADP
attendus

Autorisations d’engagement

 

1 120 993 921

1 120 993 921

 

Crédits de paiement

 

1 399 203 829

1 399 203 829

 

 

 

SYNTHESE PAR OS ET PAR TITRE

 


TABLEAU DES AUTORISATIONS D’ENGAGEMENTS SUR LES TRANCHES FONCTIONNELLES (EN M€)

 


ECHEANCIER DES PAIEMENTS ASSOCIES AUX ENGAGEMENTS PAR OPERATION STRATEGIQUES (EN M€)

 


 

 

éléments de la dépense par nature

 

Titre et catégorie

Autorisations
d’engagement

Crédits
 de paiement

Dépenses de fonctionnement

74 945 713

116 388 903

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

74 945 713

116 388 903

Dépenses d'investissement

1 046 048 208

1 281 201 144

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

1 046 048 208

1 281 201 144

Dépenses d'intervention

 

1 613 782

Transferts aux autres collectivités

 

1 613 782

Total

1 120 993 921

1 399 203 829

 

 

SOUS-ACTION N° 08-42

Projeter les forces - Avion de transport futur (A400M)

 

 

OPERATION : A400M

Nom du PEM : A400M

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

L’A400M est un avion de transport quadrimoteur destiné à réaliser l’aérotransport et l’aérolargage de troupes et de matériels (aérotransport logistique inter théâtres, aérotransport tactique). Il remplacera progressivement la flotte de transport tactique de C160 Transall. Il assurera également un complément à la capacité de ravitaillement aérien.

L’A400M dispose d’une forte vitesse de croisière à haute altitude et d’une capacité à utiliser des terrains sommaires.

Les capacités de l’A400M lui permettent de transporter 25 tonnes sur 3 700 km ou 17 tonnes sur 5 550 km. Il a une charge maximale de 32 tonnes. Il peut également transporter 116 passagers.

 

La sous-action comprend les prestations de soutien initial de la flotte A400M et certaines prestations liées à la formation des utilisateurs. Les États participant au programme se sont accordés pour demander à l’OCCAr (organisation conjointe de coopération en matière d’armement) de préparer un cœur commun d’activités de soutien.

 

La France, première nation ayant réceptionné des A400M, a mis en œuvre un soutien des appareils articulé autour d’une coopération avec le Royaume-Uni depuis 2015, et avec l’Espagne depuis fin 2016, dont l’objet est en particulier la mise en place de stocks de rechanges communs.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

A400M

50

*

*

 

* La cible globale prévue par la LPM 2014 – 2019 est de 50 avions de transport tactique. 15 A400M auront été livrées d’ici 2019.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Le programme est réalisé en coopération à 6 pays : Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Turquie et Belgique (qui achète aussi un avion au profit du Luxembourg). La gestion du programme est confiée à l’OCCAr.

La Malaisie s’est également portée acquéreuse de l’A400M (4 avions).

La réalisation du programme, selon une approche de type commercial, est confiée à la société Airbus Defence and Space Espagne. Le partage des tâches entre sous-traitants se fait sous la responsabilité d’Airbus Defence and Space Espagne sur une base concurrentielle. Le moteur est réalisé par EPI (Rolls-Royce [Royaume-Uni], Safran Aircraft Engines (ex Snecma), MTU [Allemagne], ITP [Espagne]).

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

A400M

Signature du contrat d’acquisition

mai 2003

2003

Démarrage de la ligne d’assemblage

août 2007

2007

Premier vol

décembre 2009

2008

Commande du soutien initial

février 2013

2009

Livraison du premier avion français

août 2013

2009

Livraison du dernier avion français

2030 (*)

2019

 

(*) Date contractuelle issue de l’étalement des livraisons négocié en 2014 pour respecter le cadrage défini par la loi de programmation militaire 2014 – 2019.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

A400M

Commandes

50

 

 

 

*

Livraisons

10

3

2

*

*

* La cible globale prévue par la loi de programmation militaire est de 50 avions de transport tactique. 15 A400M auront été livrés d’ici 2019.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent, pour l’essentiel, des hausses économiques, des dépenses de maîtrise technique et de fourniture de moyens d’essais.

 

SOUS-ACTION N° 08-43

Projeter les forces - Autres opérations

 

 

OPERATION : AUTRES OPERATIONS

Nom dES PEM : AVIONS GOUVERNEMENTAUX (AUG), EPC, BPC NG, CASA CN 235, C130 COMPLEMENT CAPACITAIRE, C130 Modernisation, TLRA.

 

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action réunit plusieurs opérations d’armement destinées à maintenir les capacités des armées à projeter les forces sur les théâtres d’opérations. Quatre missions opérationnelles lui sont associées : la projection des forces par voie aérienne, le soutien logistique et le renforcement des forces pré-positionnées, de souveraineté et de maintien de l’ordre outre-mer, et enfin l’assistance aux opérations humanitaires et le transport médicalisé.

 

Les opérations de cette sous-action sont :

 

Avions CASA CN 235

Les 8 avions ayant été livrés, ce programme a été clos en 2013.

 

Modernisation des avions C130

L’opération C130 Modernisation, relative à la flotte C-130H de l’armée de l’air, poursuit un double objectif : d’une part un complément de rénovation OACI pour mise en conformité avec les exigences de circulation aérienne générale post 2020, d’autre part des améliorations des capacités tactiques au profit des forces spéciales.

 

Avions gouvernementaux (AUG)

Cette opération a permis le renouvellement partiel de la flotte d’avions à usage gouvernemental.

Le programme AUG (avions à usage gouvernemental) a été clos en 2012.

Des travaux d’adaptation de la flotte sont envisagés.

 

C130 Complément capacitaire

L’opération « C130 Complément capacitaire » doit permettre de renforcer le segment médian de la capacité de transport aérien tactique, avec la fourniture de quatre avions C-130J, dont 2 aptes au ravitaillement en vol d’hélicoptères.

 

Bâtiment de projection et de commandement (BPC)

Le Dixmude est un bâtiment de projection et de commandement, troisième unité du type. Le programme est clos depuis 2012.

 

Ensemble de parachutage du combattant (EPC)

L’opération EPC a pour objet l’acquisition d’ensembles de parachutage du combattant en cohérence avec le retrait progressif des actuels EPI (ensembles de parachutage individuels). Elle couvre le besoin exprimé par l’armée de terre et l’armée de l’air. L’EPC améliore les performances de largage, la sécurité des personnels et l’ergonomie

 

Avion à très long rayon d’action (TLRA)

L’opération TLRA a pour objet la mise à disposition de deux appareils de la gamme commerciale civile à grande capacité et à long rayon d’action (quadriréacteur de type A340 – 200). Les deux avions étaient en service au sein de l’armée de l’air depuis 2007, sous forme de location avec option d’achat. L’option d’achat ayant été exercée en avril 2014, ces deux avions sont propriété de l’État depuis le 30 juin 2015.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

C 130 Modernisation

14

14

 

C 130 Complément capacitaire

4

4

 

EPC

15 000

15 000

Mise en cohérence avec les travaux de programmation 2017 qui ont ramené la cible actuelle au niveau de la cible initiale

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Modernisation des avions C130

Le titulaire du marché principal, comprenant le développement, la modernisation de deux avions et la fourniture de kits, est la société Rockwell Collins France avec comme sous-traitants principaux la société française Sabena Technics BOD et la société américaine Lockheed Martin.

Le service industriel de l’aéronautique (SIAé) sera responsable de la réalisation des chantiers de modernisation au-delà des deux premiers avions.

 

C130 Complément capacitaire

L’acquisition est réalisée dans le cadre d’un contrat d’État à État de type FMS (foreign military sale).

Le maître d’œuvre industriel du C-130J est la société américaine Lockheed Martin.

 

EPC

Le contrat EPC a été notifié à la société Airborne Systems (2009).

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

C130 Modernisation

Lancement de la réalisation

août 2016

décembre 2015

Livraison du 1er avion modernisé

2019

2019

C130 Complément capacitaire

Lancement de la réalisation

janvier 2016

janvier 2016

Livraison du 1er avion

décembre 2017

décembre 2017

EPC

Commande des 1 500 premiers EPC

2009

2008

Dernière livraison

2020

2019

 

Les matériels EPC supplémentaires dont l’acquisition a été décidée lors des travaux de programmation 2017 seront livrés en 2020.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

C130 Modernisation

Commandes

2

 

6

6

14

Livraisons

 

 

 

14

14

C130 Complément capacitaire

Commandes

4

 

 

 

4

Livraisons

 

1

1

2

4

EPC

Commandes

10 500

3 000

0

1 500

15 000

Livraisons

9 300

1 200

1 050

3 450

15 000

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)


Les principaux engagements prévus en 2018 couvrent :

-    la commande de la modernisation de 6 C-130H ;

-    le règlement de la TVA de l’avion livré en fin d’année 2017 et des matériels livrés en 2018 pour l’opération C130 Complément capacitaire ;

-    des travaux d’adaptation de la flotte AUG ;

-    des hausses économiques pour EPC.

 

SOUS-ACTION N° 08-46

Assurer la mobilité - Rénovation Cougar

 

 

OPERATION : COUGAR : RENOVATION

Nom du PEM : COUGAR : RENOVATION

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Les hélicoptères de manœuvre Cougar assurent le transport tactique en toute zone pour les besoins des armées. La rénovation des Cougar consiste à :

-    réduire leur vulnérabilité (autoprotection complète : contre-mesures électroniques renforcées pour répondre à la menace sol-air en zones hostiles);

-    rehausser leurs capacités opérationnelles de surveillance (caméras thermiques pour la surveillance de nuit) et gérer les obsolescences ;

-    répondre aux évolutions de la réglementation aérienne (mise à niveau des équipements de bord et de l’avionique), afin de pouvoir rejoindre de manière autonome la zone de crise ou l’espace de bataille.

 

Cette rénovation confèrera aux Cougar une vingtaine d’années de potentiel d’utilisation supplémentaire pour un budget de l’ordre de 30 % de celui d’une acquisition d’hélicoptères neufs en remplacement.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

COUGAR

27

26

Un hélicoptère a été détruit avant rénovation

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

La maîtrise d’œuvre industrielle est assurée par Airbus Helicopters.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

COUGAR : Rénovation

Commande des études et de la rénovation des 2 premiers COUGAR

décembre 2007

décembre 2007

Commande de la rénovation de 3 appareils pour l’armée de terre

octobre 2010

2010

Livraison du 1er appareil rénové

août 2012

2011

Livraison du dernier appareil rénové

2019

2015

 

L’évolution de la date de livraison du dernier appareil rénové résulte de travaux d’optimisation du potentiel de vol disponible ayant conduit au report de l’entrée en chantier des derniers appareils.

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

COUGAR

Commandes

26

0

0

0

26

Livraisons

18

4

2

2

26

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements 2018 recouvrent des hausses économiques ainsi que des travaux complémentaires au chantier de rénovation.

 

SOUS-ACTION N° 08-47

Assurer la mobilité - Hélicoptère NH 90

 

 

OPERATION : NH90         

Nom du PEM : Nh90

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Le NH90 est un hélicoptère bi turbines de la classe des 11 tonnes avec un système d’armes intégré et des commandes de vol électriques, réalisé en coopération européenne et destiné au renouvellement des flottes de transport tactique et de lutte anti-sous-marine pour la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique.

Il se décline en deux versions principales, le NFH (NATO frigate helicopter) et le TTH (tactical transport helicopter) :

-    le NFH remplace progressivement les Lynx et les Super Frelon (déjà retirés du service actif) de la marine nationale. Ses principales missions sont la protection de force navale avec des capacités de lutte anti-sous-marine et antinavire à partir de frégates, le transport à partir de la terre ou de bâtiments, le service public, la sauvegarde et le sauvetage ;

-    le TTH remplace progressivement les Puma de l’armée de terre. Ses missions principales sont le transport tactique de matériel (jusqu’à deux tonnes et demi) et l’héliportage de quatorze à vingt commandos. Les missions secondaires sont l’appui feu, le parachutage, l’évacuation de blessés ou l’utilisation dans le rôle de poste de commandement volant.

 

II – Cible

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

NFH

27

27

 

TTH

68

74*

Mise en cohérence avec les

décisions d’actualisation de la LPM 2014 – 2019

 

* la cible globale prévue par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 est de 115 hélicoptères de manœuvre. En 2015, 6 TTH ont été commandés conformément aux décisions de l’actualisation de la loi de programmation militaire 2014 – 2019 en supplément des 68 appareils déjà commandés. Ces 6 TTH supplémentaires seront livrés d’ici fin 2019.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Le programme est réalisé sous l’égide de l’organisation OTAN NAHEMO (NATO helicopter management organization) qui comprend notamment une agence, la NAHEMA, dans laquelle s’inscrit la maîtrise d’ouvrage nationale. La maîtrise d’œuvre est assurée par la SARL NH Industries qui regroupe les sociétés Airbus Helicopters France, Airbus Helicopters Deutschland, Leonardo Helicopters et Fokker Aerostructures.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

NH90

Lancement du développement du programme

juillet 1992

1992

Livraison du 1er NFH Français

avril 2010

2005

Livraison du 1er TTH Français

décembre 2011

2011

Commande de 34 TTH

mai 2013

2012

Commande de 6 TTH

décembre 2015

décembre 2015

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

NFH

Commandes

27

 

 

 

27

Livraisons

18

2

2

5

27

TTH

Commandes

74

 

 

*

74*

Livraisons

21

7

8

38*

74*

* La cible globale prévue par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 est de 115 hélicoptères de manœuvre.

 

V - ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 


5.2 - Tableau des autorisations d’engagements sur tranche fonctionnelle (en M€)

 


5.3 - Tableau des engagements et des paiements (en M€)

 


Les principaux engagements 2018 recouvrent des compléments de constitution du système de soutien, des prestations de suivi en service des hélicoptères et des hausses économiques.

 

SOUS-ACTION N° 08-48

Assurer la mobilité - Autres opérations

 

 

OPERATION : AUTRES OPERATIONS

NOM DU PEM : SPRAT (SYSTÈME DE POSE RAPIDE DE TRAVURES), PVP (PETIT VÉHICULE PROTÉGÉ), VLTP (vehicule leger tactique polyvalent), HIL (HELICOPTERE INTERARMEES LEGER)

I - BESOINS OPERATIONNELS ET DESCRIPTION TECHNIQUE

 

Cette sous-action regroupe les opérations permettant d’assurer la mobilité des forces, en complément de celles présentées dans les autres sous-actions. Elle comprend les opérations suivantes :

 

HIL (Hélicoptère Interarmées léger)

Ces hélicoptères sont destinés à la réalisation d’un large spectre de missions opérationnelles en dehors du champ des missions confiées aux hélicoptères spécialisés (Tigre, NH90, Cougar et Caracal) : transport léger, soutien logistique, secours, appui au commandement et formation. Ils remplaceront notamment progressivement les flottes d’Alouette III, de Dauphin SP et de Fennec.

Leurs performances principales seront définies lors du lancement de la réalisation.

L’opération HIL est actuellement au stade d’élaboration.

 

SPRAT (système de pose rapide de travures)

Ce programme vise à fournir des capacités de franchissement de brèches, sèches ou humides, notamment par le char Leclerc.

Le programme est clos depuis 2013.

 

PVP (petit véhicule protégé)

Ce véhicule dispose d’une protection balistique et d’une arme d’autoprotection de 7,62 mm. Il peut transporter jusqu’à quatre passagers.

Le périmètre de l’opération comprend la réalisation des véhicules ainsi que l’environnement logistique associé.

Le programme est clos depuis 2012.

 

VLTP (véhicule léger tactique polyvalent)

Ce programme vise à remplacer une large gamme de véhicules de liaison et de commandement en fin de vie au profit des unités d’appui et de soutien de l’armée de terre, des commandos de l’air et des fusiliers commandos de la marine (véhicules interarmées).

Deux gammes de véhicules sont prévues :

-    une gamme légère (< 3,5 tonnes) de véhicules non-protégés destinés à l’emploi sur le territoire national et sur les théâtres d’opérations extérieures stabilisés ;

-    une gamme lourde (> 5,5 tonnes) de véhicules protégés destinés à l’entraînement et à l’engagement sur les théâtres d’opérations extérieures non stabilisés. Cette gamme comprend un segment de VLTP protégé haut, identique au véhicule blindé multirôle léger (VBMR léger) pour équiper les unités de combat et d’appui au contact de l’environnement de Scorpion, et un segment VLTP protégé bas pour équiper les unités des armées actuellement sur des véhicules non protégés.

Ces deux gammes de véhicules auront chacune une version sanitaire.

 

Les autres opérations permettent :

-    de traiter les obsolescences et les faits techniques rencontrés en service sur les divers véhicules blindés et logistiques (char Leclerc, VAB, VBL, PVP, GBC 180, etc.), le matériel des troupes aéroportées et le matériel du génie, afin de garantir leur disponibilité opérationnelle,

-    d’acquérir des nouveaux systèmes de livraison par air (SLPA2),

-    d’acquérir des matériels de contre-minage et de dépollution de zone,

-    d’acquérir des équipements tels que chariots élévateurs lourds et stations de traitement de l’eau.

 

 

II - CIBLE

 

Matériels

Initiale

Actuelle

Raison de la modification

VLTP Etape 1

2 347

4 380

Le conseil de défense d’avril 2016 a décidé d’augmenter la cible de VLTP NP commandement / liaison. La cible intègre également un besoin de 680 véhicules pour la garde nationale.

 

La cible des autres véhicules du programme VLTP sera déterminée lors du lancement en réalisation des étapes ultérieures.

 

La cible de l’opération HIL sera établie lors du lancement de la réalisation.

 

III - Aspects industriels et commerciaux

 

Le titulaire de l’accord cadre « réalisation, fourniture et maintien en condition opérationnelle de véhicules légers tactiques polyvalents non protégés » (VLTP NP) est Renault Trucks Defense (RTD).

 

Le choix du titulaire de l’opération HIL sera effectué lors du lancement de la réalisation.

 

IV - CALENDRIER - DATES CLES - ECHEANCIER COMMANDES-LIVRAISONS

 

4.1 - Calendrier

 

Opérations

Évènements

Dates

Références initiales

VLTP étape 1

Lancement de la réalisation

décembre 2016

Post LPM 2014 – 2019

Livraison des 500 premiers véhicules

décembre 2018

2018

Livraison du 3 200ème véhicule

2022

2022

HIL

Lancement du stade d’élaboration

avril 2017

2015

Lancement du stade de réalisation

2019

 

 

4.2 - Echéancier commandes-livraisons

 

Opérations

C/L

Avant 2017

2017

2018

Après 2018

Cible totale

VLTP étape 1

Commandes

1 000

 

1 200

2 180

4 380

Livraisons

 

 

500

3 880

4 380

 

Les échéanciers de l’opération HIL seront établis lors du lancement de la réalisation.

 

V – ASPECTS FINANCIERS

 

5.1 - Autorisations d’engagement et crédits de paiement année 2018 (en €)

 

niveau

Libellé

Affectation sur TF

Engagements HTF

Total d’AE

CP

OP

AOA-PMS

-

143 047 025

143 047 025

83 345 370