Justification au premier euro

 

 

 

Éléments transversaux au programme

 

 

 

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Numéro et intitulé de l’action
 / sous-action

Titre 2
Dépenses
de personnel
(*)

Autres titres


(*)

Total
y.c. FDC et ADP

Titre 2
Dépenses
de personnel
(*)

Autres titres


(*)

Total
y.c. FDC et ADP

Prévision LFI
Consommation

 01

Coordination du travail gouvernemental  

44 443 100

34 007 828

79 200 928

44 443 100

34 368 235

79 561 335

51 915 224

31 849 773

83 764 997

51 915 224

34 420 675

86 335 899

 02

Coordination de la sécurité et de la défense  

28 408 166

173 202 468

201 610 634

28 408 166

159 927 989

188 336 155

27 471 623

115 355 074

142 826 697

27 471 623

118 287 213

145 758 836

 03

Coordination de la politique européenne  

10 500 529

2 787 034

13 737 563

10 500 529

2 792 732

13 743 261

9 968 547

2 459 361

12 427 908

9 968 547

2 445 354

12 413 901

 05

Administration territoriale  (nouveau)

27 621 412

0

27 621 412

27 621 412

0

27 621 412

46 145 978

137 763

46 283 741

46 145 978

137 763

46 283 741

 10

Soutien  

28 483 870

46 113 398

74 637 268

28 483 870

47 718 390

76 242 260

26 942 232

64 633 700

91 575 932

26 942 232

50 710 653

77 652 885

 11

Stratégie et prospective  

13 682 716

15 620 311

29 403 027

13 682 716

15 647 877

29 430 593

12 006 537

13 810 769

25 817 306

12 006 537

13 788 691

25 795 228

 13

Ordre de la Légion d’honneur  

 

22 548 807

22 548 807

 

22 548 807

22 548 807

 

22 188 821

22 188 821

 

22 188 821

22 188 821

 14

Ordre de la Libération  

 

1 077 762

1 077 762

 

1 077 762

1 077 762

 

1 357 837

1 357 837

 

1 357 837

1 357 837

 15

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie  

1 816 349

27 731 682

31 548 031

1 816 349

27 784 241

31 600 590

1 715 667

31 384 233

33 099 900

1 715 667

32 309 750

34 025 417

 Total des crédits prévus en LFI

154 956 142

323 089 290

481 385 432

154 956 142

311 866 033

470 162 175

 Ouvertures / annulations y.c. FDC et ADP

+29 811 061

+18 416 613

+48 227 674

+29 811 061

+8 016 760

+37 827 821

 Total des crédits ouverts

184 767 203

341 505 903

526 273 106

184 767 203

319 882 793

504 649 996

 Total des crédits consommés

176 165 808

283 177 331

459 343 139

176 165 808

275 646 757

451 812 565

 Crédits consommés - crédits ouverts

-8 601 395

-58 328 572

-66 929 967

-8 601 395

-44 236 036

-52 837 431

 (*) hors FDC et ADP pour les montants de la LFI

 

 

Dépenses de personnel

 

 

 

 

Emplois exprimés en ETPT

Dépenses

Catégorie d’emploi

Transferts
de gestion
2009

Réalisation

2009

LFI

2010

Transferts
de gestion
2010

Réalisation

2010

Écart
à la LFI
2010

Évolution des effectifs entre
2009 et 2010

Réalisation

2010

1

2

3

4

5

(après transferts)

5 – (3 + 4)


(5 – 4) – (2 – 1)

 

 Catégorie A +

+155

152

301

+179

337

-143

+161

36 536 841

 Catégorie A

+50

251

309

+13

396

+74

+182

22 938 071

 Catégorie B

 

190

210

+25

206

-29

-9

8 576 133

 Catégorie C

 

605

661

+41

606

-96

-40

21 194 876

 Contractuels

 

653

659

+65

683

-41

-35

46 435 923

 Total

+205

1 851

2 140

+323

2 228

-235

+259

135 681 844

 

 

 Précisions méthodologiques

Les crédits de titre 2 ont été consommés à hauteur de 176 165 808 €, pour un montant en loi de finances initiale de 154 956 142 €.

 

Le montant des dépenses figurant dans la colonne réalisation 2010 du tableau « Dépenses de personnel » ne prend pas en compte les dépenses de CAS pensions, les dépenses liées aux collaborations ainsi que les dépenses hors PSOP.

 

Les crédits ouverts en LFI ont évolué ainsi :

-     un montant de 38 747 € a été reporté par arrêté au profit de l’action 11 ;

-     un montant cumulé de 78 697 € a abondé l’action 11 par voie de fonds de concours ;

-     un décret de transfert sortant depuis l’action 02 a abondé le programme 218 d’un montant de 606 300 € pour le délégué interministériel à l’intelligence économique ;

-     un décret de transfert entrant de 84 914 236 € et 618 ETPT est venu abonder les dotations des actions 01, 05 et 10 au titre du financement des emplois relatifs aux directeurs et directeurs adjoints des directions départementales interministérielles et pour la prise en charge de nouvelles structures rattachées depuis le mois de juin 2009 au Premier ministre ;

-     en raison d’une prise en charge effective des directeurs et directeurs adjoints des directions départementales interministérielles plus tardive que prévu, deux décrets de « rétro-transfert » ont été publiés afin de rétrocéder les crédits non utilisés aux ministères initialement taxés (décret n°2010-1414 du 12 novembre 2010 et décret n°2010-1472 du 2 décembre 2010). Le montant total de ce « rétro-transfert » s’élève à 33 514 319 € et 287 ETPT.

 

La consommation des crédits de titre 2 en 2010 est répartie comme suit :

 

 

 

 Catégorie

Prévision LFI

(AE = CP)

Consommation

(AE = CP)

 Rémunérations d’activité

106 785 635

121 824 638

 Cotisations et contributions sociales

46 529 312

52 427 070

 dont contributions au CAS Pensions

26 723 406

31 181 849

 Prestations sociales et allocations diverses

1 641 195

1 914 100

 FDC et ADP prévus

27 000

 

 

 

évolution des emplois À PÉRIMÈTRE CONSTANT

  (en ETP)

Catégorie d’emplois

Sorties

dont départs
en retraite

Mois moyen des sorties

Entrées

dont primo recrutements

dont mouvements entre programmes du ministère

Mois moyen des entrées

Schéma d’emplois du programme

 Catégorie A +

28

2

6

28

 

 

8

 

 Catégorie A

17

2

8

31

 

 

6

14

 Catégorie B

15

4

7

14

 

 

7

-1

 Catégorie C

36

9

5

30

 

 

8

-6

 Contractuels

251

8

7

255

 

 

6

4

 Total

347

25

 

358

 

 

 

11

 

Répartition des effectifs :

 

La consommation d’emplois du programme 129 en 2010 s’élève à 2 228 ETPT, répartis comme suit :

-     Catégorie  A+    :     337  ETPT

-     Catégorie  A      :     396  ETPT

-     Catégorie  B      :     206  ETPT

-     Catégorie  C     :     606  ETPT

-     Contractuels     :     683  ETPT

 

Les sorties réalisées en 2010 s’élèvent à 347 ETP, dont 25 départs en retraite. Les entrées réalisées s’élèvent à 358 ETP. Le schéma d’emplois positif de 11 ETP est calculé à périmètre constant. Il ne comprend donc pas :

-     les mouvements dus aux départs de certains cabinets ministériels suite au remaniement intervenu au mois de novembre 2010 ;

-     la prise en charge des directeurs et directeurs adjoints des directions départementales interministérielles au mois de septembre 2010.

 

Ce schéma d’emplois s’explique principalement par la montée en puissance des effectifs de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) qui dépend du SGDSN.

 

 

effectifs et activités des services

 Répartition des emplois par service

 Service

ETPT

ETP
au 31/12/2010

Administration centrale

2 228

2 478

Services régionaux

 

 

Services départementaux

 

 

Opérateurs

 

 

Services à l’étranger

 

 

Autres

 

 

Total

2 228

2 478

 

 Répartition du plafond d’emplois par action

Numéro et intitulé de l’action / sous-action

Prévision

Réalisation

 

ETPT

ETPT

 01

Coordination du travail gouvernemental 

600

675

 02

Coordination de la sécurité et de la défense 

391

364

 03

Coordination de la politique européenne 

149

144

 05

Administration territoriale (nouveau)

332

407

 10

Soutien 

438

458

 11

Stratégie et prospective 

208

160

 15

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie 

22

20

 Total

2 140

2 228

 Transferts de gestion

 

323

 

 

 

L’effectif du programme comporte une majorité de personnels titulaires (69%). Les actions 01 « Coordination du travail gouvernemental » et 11 « Stratégie et prospective » s’écartent de cette valeur moyenne. La forte proportion de personnels contractuels tient au fait que l’ensemble de ces services recherche des compétences ciblées, liées aux missions particulières qui leurs sont confiées.

 

Par ailleurs, les personnels contractuels exercent des fonctions en majorité dans des métiers pour lesquels il n’existe pas de filière organisée au sein de la fonction publique, notamment les métiers de la communication, de la publication et de l’informatique de haut niveau. Une grande partie des membres de cabinets sont également des contractuels dont le contrat prend fin avec la cessation des fonctions de cabinet.

 

Le taux de personnels de catégories A et A+ est élevé en raison des activités de conception relevant des services du Premier ministre. Seule l’action 10 « Soutien » comporte un fort taux de personnels de catégorie C (50%), compte tenu du regroupement sur cette action des agents en charge des fonctions support.

 

 

 

 

Éléments salariaux

 Principaux facteurs d’évolution de la masse salariale
hors CAS Pensions

(en millions d’euros)

Socle Exécution 2009 retraitée

141,1

Exécution 2009 hors CAS Pensions

110,9

Changements de périmètre du programme 2010/2009

41,8

Débasage/rebasage dépenses non reconductibles

-11,6

Impact du schéma d'emplois

0,6

EAP schéma d'emplois de l’année n-1

0,3

Schéma d'emplois de l’année n

0,3

Mesures catégorielles

0,7

Mesures générales

0,7

EAP augmentation du point d'indice de l’année n-1

0,4

Augmentation du point d'indice de l’année n

0,2

GIPA

0

Mesures bas salaires

0

GVT solde

0,5

GVT positif

0,9

GVT négatif

-0,4

Autres

1,2

Total

145

 

 Précisions méthodologiques

Les changements de périmètre 2010/2009 correspondent :

-     aux nouvelles structures arrivées au 1er janvier 2010 ;

-     aux structures arrivées en cours de gestion 2010.

 

La catégorie « débasages/rebasages dépenses non reconductibles » correspond aux structures disparues du programme au 1er janvier 2010.

L’impact du schéma d’emplois ne correspond donc qu’au schéma d’emplois à structure constante (2009/2010).

 

 

 

Coûts d’entrée (1)

Coûts de sortie (1)

Catégorie d’emplois

Prévision

 

Réalisation

 

Prévision

 

Réalisation

 

 Catégorie A +

100 592

123 763

117 375

123 838

 Catégorie A

52 888

59 822

58 928

59 775

 Catégorie B

35 056

31 748

39 343

42 409

 Catégorie C

31 685

33 885

34 107

34 742

 Contractuels

50 269

54 655

55 340

54 626

 (1) y compris charges sociales hors CAS Pensions.

 

 Mesures générales

La hausse de la valeur du point fonction publique au 1er juillet 2010 (+0,5%) a représenté une dépense de 215 117 €. L’extension en année pleine des augmentations de la valeur du point fonction publique en 2009 (+0,5% en juillet et +0,3% en octobre) représente 426 352 €.

L’indemnité dite de garantie individuelle de pouvoir d’achat (GIPA) représente un coût de 46 703 €.

Les éléments relatifs au glissement vieillesse – technicité sont les suivants :

-     le GVT positif est estimé à 921 143 € ;

-     le GVT négatif est estimé à - 420 159 €.

Par conséquent, le GVT solde en 2010 est de 500 984 €.

 

 Principales mesures catégorielles

 Catégorie ou intitulé de la mesure

ETPT
concernés

Mois d’entrée en vigueur de la mesure

Coût 2010

Coût en
année pleine

 Effets extension année pleine mesures 2009

 

 

11 113

 

 Mesures statutaires

 

 

6 526

8 485

 Plans de requalification en faveur des catégories B administratifs, C techniques et admnistratifs

15

04

6 526

8 485

 Mesures indemnitaires

 

 

685 632

689 334

 Rémunération à la performance pour l’encadrement supérieur et la catégorie A

889

01

489 334

489 334

 Maintien des taux moyens par rapport à la moyenne interministérielle (+2 à 3%)

426

01

80 000

80 000

 Revalorisations des primes et contrats

111

02

116 298

120 000

 Total

1 441

 

703 271

697 819

 

 

Cotisations sociales et contributions employeurs pour les pensions

 

Réalisation 2009

LFI 2010

Réalisation 2010

Contributions employeurs au CAS Pensions

21 049 507

26 723 406

31 181 849

Civils (y.c. ATI)

16 712 869

23 329 202

26 899 269

Militaires

4 336 638

3 394 204

4 282 580

Ouvriers d’État (subvention d'équilibre FSPOEIE)

 

 

 

Autres (Cultes et subvention exceptionnelle)

 

 

 

Cotisation employeur FSPOEIE

 

 

 

 

Le montant de la contribution de l’employeur au compte d’affectation spéciale des pensions a été de 26,9 M€ au titre des personnels civils et de 4,3 M€ au titre des personnels militaires.

 

 

PRESTATIONS SOCIALES

 Type de dépenses

Nombre de bénéficiaires

Prévision

Réalisation

Congés de longue durée

11

519 581

96 246

Accidents de service, de travail et maladies professionnelles

6

 

49 789

Revenus de remplacement du congé de fin d’activité

 

 

 

Remboursement domicile travail

1 974

 

649 014

Capital décès

2

 

73 058

Allocations pour perte d’emploi

77

515 966

921 266

Autres

17

264 902

124 727

Total

 

1 300 449

1 914 100

 

 

ACTION SOCIALE

 Type de dépenses

Effectif concerné (ETP)

Réalisation
Titre 3

Réalisation
Titre 5

Total

Restauration

384

565 593

 

565 593

Logement

 

 

 

 

Famille, vacances

 

39 863

 

39 863

Mutuelles, associations

 

56 000

 

56 000

Prévention / secours

48

17 803

 

17 803

Autres

384

100 678

 

100 678

Total

 

779 937

 

779 937

 

 

Dépenses hors personnel

 

 

 

Le montant total des crédits inscrits au PAP 2010 du programme 129 était, sur le titre 2 (T2), de 155 134 142 € en AE et en CP et, sur le hors titre 2 (hT2), de 324 127 141 € en AE et de 312 327 141 € en CP.

 

Les crédits votés ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et le Sénat :

–   amendement gouvernemental de seconde délibération voté par l’Assemblée nationale : minoration de 2 343 351 € en AE hT2 et de 1 766 608 € en CP hT2, au titre de la taxation interministérielle, et majoration de 430 000 € en AE et CP hT2, au titre de la réserve parlementaire ;

–   amendement gouvernemental de première délibération voté par le Sénat : transfert sur la mission « Culture » de 178 000 € en AE et CP de T2 et 44 500 € en AE et CP de hT2, au titre du rattachement de la direction du développement de médias (DDM) au ministère de la culture et de la communication ;

–   amendement gouvernemental de seconde délibération voté par le Sénat : majoration de 920 000 € en AE et CP hT2, au titre de la réserve parlementaire.

 

La ventilation de l’impact de ces amendements est précisée dans les commentaires relatifs à chaque action.

 

Ainsi, le montant total des crédits inscrits en LFI 2010 pour le programme 129 est, sur le titre 2, de 154 956 142 € en AE et en CP et, sur le hors titre 2, de 323 089 290 € en AE et de 311 866 033 € en CP.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements 2010 de fonds de concours et d’attributions de produits, estimée au PAP 2010 à 3 340 000 € en AE et CP, dont 27 000 € de titre 2.

 

Les crédits ouverts en loi de finances initiale se sont vu appliquer une mise en réserve de précaution à hauteur de 0,5 % en titre 2 et 5 % en hors titre 2, qui s’élevait lors de sa mise en place, en titre 2 à 774 781 € AE et CP et, en hors titre 2, à 12 416 923 € en AE et à 12 432 503 € en CP. Elle tenait compte du mode de calcul particulier de la réserve de précaution appliqué aux opérateurs de l’État (Grande Chancellerie de la Légion d’honneur, Chancellerie de l’Ordre de la Libération, Institut des hautes études de défense nationale – IHEDN, Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice – INHES-J, Observatoire français des drogues et des toxicomanies – OFDT, Centre interministériel de formation antidrogue – CIFAD).

 

Le montant résiduel de la réserve de précaution (RP) au 31 décembre 2010 était de 0 € en T2 et en hT2, AE et CP. En effet, celle-ci a fait l’objet de plusieurs diminutions de crédits :

–   trois mesures d’annulation de crédits dans le cadre des lois de finances rectificatives prises les 9 mars (4 M€ en hT2 AE et CP, dont 1,3 M€ sur la RP), 7 mai (600 982 € en AE hT2 et 513 381 € en CP hT2) et 29 décembre (3 859 844 € en AE hT2 dont 3 815 941 € sur la RP et 3 960 000 € en CP hT2 dont 3 919 122 € sur la RP) ;

–   une mesure d’annulation de crédits dans le cadre du décret d’avance pris le 29 septembre (500 000 € en AE et CP hT2) ;

–   un dégel de crédits en hors titre 2 au profit du programme (6,2 M€ en AE et CP hT2) ;

–   une libération du reliquat de la RP en titre 2 fin 2010 (774 781 € en AE et CP T2) aux fins d’annulation dans le cadre de la LFR de fin de gestion.

 

Un gel de crédits initiaux au titre de la réserve pour le « Fonds Etat exemplaire » a également été effectué sur le programme en début d’année, par le service de contrôle budgétaire et comptable ministériel (CBCM) auprès des services du Premier ministre, d’un montant de 764 280 € sur le hors titre 2 en AE et en CP. Sur ce gel, ont été opérées une première levée partielle de 720 377 €, fin août 2010, sur instruction de la direction du budget dans le cadre du fonctionnement de ce fonds, puis une seconde levée, en AE du reliquat, soit 43 903 €, et en CP de 40 878 €, effectuée par le CBCM pour contribuer à l’annulation de la LFR du 29 décembre. Fin 2010, il est ainsi resté gelés sur ce fonds 3 025 € en CP hT2.

 

Le périmètre du budget du programme 129 défini en LFI 2010 a subi des modifications en gestion, dues principalement à :

–   des mouvements réglementaires relatifs aux fonds spéciaux, dont une majoration suite à un décret pour dépenses accidentelles et imprévisibles (DDAI) de 1,8 M€ en AE et CP hT2, ainsi que d’autres augmentations suite à deux décrets de transfert d’un montant total de 8,5 M€ en AE et CP hT2 ;

–   des reports de crédits :

- de fonds de concours et d’attributions de produits pour un montant total en T2 de 0,04 M€ et en hT2 de 11,8 M€ en AE et de 15 M€ en CP, comprenant notamment un montant important du rattachement 2009 sur l’attribution de produits de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), au titre du soutien à des projets d’investissement, pour un montant hT2 de 11,4 € en AE et 14,5 € en CP ;

- autres que de fonds de concours, avec un montant de report important accordé sur les crédits sans emplois, pour un montant en hT2 de 18,8 M€ en AE et 7,9 M€ en CP, principalement pour financer le renouvellement du bail du 18 rue Vaneau, occupé par la direction des services administratifs et financiers (DSAF), et assurer les travaux liés au déménagement du secrétariat général des affaires européennes (SGAE) ;

- relatifs aux AE affectées non engagées de titre 5 basculées automatiquement dans les systèmes d'information avec les opérations d'investissement dont elles sont le support, pour un montant total de 7 746 406 €, mouvement régularisé juridiquement dans l’arrêté de report ;

–   des rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits, pour un montant total en AE et en CP de 0,08 M€ sur le titre 2 et 22,3 M€ sur le hors titre 2, en majorité au profit de la MILDT (21,1 M€ en hT2) ;

–   des transferts de crédits du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), notamment vers le ministère de la défense, pour un montant total en hT2 de 47,6 M€ en AE et 42,5 M€ en CP ;

–   un transfert de crédits sur le programme 129 concernant le financement des emplois relatifs aux directeurs et directeurs adjoints des directions départementales interministérielles (DDI), puis des rétro-transferts vers les programmes concernés afin de compenser des prises en charge tardives, pour un montant total entrant, après retro-transferts, de 37,6 M€ en titre 2 et 1,9 M€ en AE et CP hors titre 2 ;

–   un transfert de crédits concomitant au mouvement précédent et concernant la prise en charge des emplois et des crédits de nouveaux cabinets ministériels et de nouvelles structures, rattachés au Premier ministre, pour un montant entrant en titre 2 de 13,8 M€ et en hors titre 2 de 1,9 M€ en AE et CP ;

–   un transfert sortant pour soutenir le fonctionnement des plates-formes d’appui à la gestion des ressources humaines, au sein des secrétariats généraux pour les affaires régionales (SGAR), à hauteur de 0,4 M€ en AE et CP hT2 ;

–   deux décrets d’avance annulant des crédits sur le programme 129 : en titre 2 pour un montant de 21 M€ en AE et CP et en hors titre 2 pour un montant de 0,5 M€ en AE et CP ;

–   trois lois de finances rectificatives annulant des crédits en hors titre 2 pour un montant total de 8,5 M€ en AE et CP.

 

Il est enfin à noter que des remontées d’autorisations d’engagement hors titre 2 au programme ont été effectuées, afin d’être gelées par le CBCM auprès des SPM, correspondant à des AE de titre 5 non recyclables des années antérieures, suite aux nettoyages des opérations d’investissement, pour un montant total de 481 404 € en AE hT2.

 

  


Suivi des crédits de paiement associés

à la consommation des autorisations d’engagement

 

 

 

 

 

AE ouvertes
en 2010 (**)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

526 273 106

341 505 903

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AE non affectées
au 31/12/2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

47 432 860

38 831 465

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AE affectées
non engagées
au 31/12/2010 (*)

 

 

 

 

 

CP ouverts
en 2010 (**)

 

 

 

19 503 385

19 503 385

 

 

 

 

 

504 649 996

319 882 793

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Engagements sur années antérieures non couverts par des paiements
au 31/12/2009

(1)

AE engagées
en 2010


(2)

Écart
entre AE LR
et AE RAP

(3)

Total des engagements
réalisés au
31/12/2010

(4) = (1)+(2)+(3)

 

CP consommés
en 2010
sur engagements antérieurs à 2010

(5) = (7) - (6)

CP consommés
en 2010
sur engagements
2010

(6)

Total des CP consommés
en 2010


(7)

 

Solde des engagements
non couverts par
 des paiements
au 31/12/2010

(8) = (4) - (7)

50 483 823

50 483 823

459 343 139

283 177 331

-6 278

-6 278

509 820 684

333 654 876

 

36 322 088

36 322 088

415 490 477

239 324 669

451 812 565

275 646 757

 

58 008 119

58 008 119

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AE reportées
sur 2011

 

 

 

 

 

CP reportés
sur 2011

 

 

 

50 054 372

 

 

 

 

 

 

38 322 703

 

 

 

N.B. : les montants en italiques correspondent aux montants hors T2.

(*) Il s'agit d'AE du titre 5, sauf cas particuliers.

(**) LFI + reports + LFR + mouvements réglementaires + FDC/ADP.

 

 

Analyse des résultats

 

 

 

En 2010, la consommation totale de crédits de paiement du programme 129 « Coordination du travail gouvernemental », en titre 2 et en autres titres, s’est élevée à un montant total de 451 812 565 €, dont 275 646 757 € en autres titres. Cette consommation de CP sur les autres titres est répartie comme suit :

-  36 322 088 € sur des engagements antérieurs à 2010 ;

-  239 324 669 € sur des engagements 2010.

 

Les dépenses de titre 2, d’un montant de 176 165 808 €, ne portent que sur des engagements 2010.

 

La ventilation, entre services relevant du programme 129, de la consommation des crédits de paiement des autres titres en 2010 est la suivante. Cette ventilation est corrigée des diverses erreurs d’imputation constatées entre les BOP et les actions du programme, sauf les consommations effectuées à partir de délégations de crédits MILDT (action 15) sur l’action 01.

 

Entités

Consommation totale en CP

Couverture des engagements antérieurs à 2010

Couverture des engagements 2010

Service d’information du Gouvernement

22 395 945

2 725 744

19 670 201

Intendance du cabinet du Premier ministre

2 544 553

510 088

2 034 465

Subventions de l’action 01

9 020 000

30 000

8 990 000

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

58 351 717

18 972 924

39 378 793

Fonds spéciaux / Groupement interministériel de contrôle (GIC)

64 327 615

21 554

64 306 061

Secrétariat général des affaires européennes (SGAE)

2 445 354

92 864

2 352 490

Administration territoriale

137 763

0

137 763

Direction des services administratifs et financiers (DSAF)

46 307 636

9 275 556

37 032 080

Centre d’analyse stratégique (CAS)

13 788 691

1 684 172

12 104 519

Ordre de la Légion d’honneur

22 188 821

0

22 188 821

Ordre de la Libération

1 357 837

0

1 357 837

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT)

32 309 750

3 009 186

29 300 564

Erreurs d’imputation MILDT sur l’action 01

471 075

0

471 075

TOTAL

275 646 757

36 322 088

239 324 669

 

Le montant total des engagements non couverts par des paiements au 31 décembre 2010 s’élève sur le programme 129 à 50 008 119 €.

 

Les principaux postes de dépenses concernés par ce solde de restes à payer sont les suivants :

 

1)    SGDSN : 21,46 M€

•      En titre 3 :

Un montant de 10,16 M€, dont 0,99 M€ de charges à payer, correspond à la couverture des engagements contractuels pluriannuels, de type fonctionnement de services ou maintenance programmée et corrective d'équipements, principalement dans le domaine des installations techniques, réseaux et systèmes d'information et de communication sécurisés interministériels ou gouvernementaux (dont notamment 2 M€ au titre du contrat de maintenance du réseau intranet sécurisé ISIS).

•      En titre 5 :

Un montant de 11,3 M€, dont 0,2 M€ de charges à payer, correspond à la réalisation des opérations d'investissement en cours dans ces domaines. En particulier, les opérations présentant des restes à payer significatifs concernent :

-  le programme d'acquisition d'équipements de sécurité informatique (chiffrement) des systèmes d'information susmentionnés (0,5 M€) ;

-  le programme de conception et de réalisation d’un système d’hypervision générale des réseaux et systèmes d’information et de communication sécurisés de l’État et de leur interconnexion, dont le contrat a été notifié fin 2010 (4,3 M€) ;

-  le développement du système interministériel de messagerie sécurisée pour le traitement des messages classifiés (1,9 M€) ;

-  l’acquisition d'équipements du centre de transmission mobile gouvernemental (1,2 M€) ;

-  le développement d'un logiciel de phonie sécurisée (0,5 M€) ;

-  le développement de logiciels critiques permettant de renforcer la sécurisation des échanges électroniques d’informations classifiées (0,6M€) ;

-  la poursuite du programme d’équipement du détachement central interministériel d’intervention technique (DCI) (1 M€).

 

2)    DSAF : 26,23 M€

•      En titre 3 :

Un montant total de restes à payer de 24,8 M€ correspond à la couverture des engagements pluriannuels sur des dépenses de fonctionnement, et concernent principalement les baux. En effet, un montant total de 10,1 M€, dont 9,3 M€ au seul titre du renouvellement pour 6 ans en 2010 du bail du 18 rue Vaneau, est destiné aux baux privés contractés sur les crédits de l’action 10. Les dépenses de fonctionnement conduites en vue de la prochaine installation du SGAE dans des locaux gérés par la DSAF génèrent un montant de restes à payer de 2,5 M€. De la même manière, la reprise en gestion du bâtiment du 20 avenue de Ségur conduit à un solde d’engagements non liquidés d’un montant d’1 M€.

Un montant de restes à payer de 1,5 M€ correspond aux dépenses d’entretien immobilier, 4 M€ correspondent aux marchés de fonctionnement logistique (notamment la reconduction en fin d’année du marché de nettoyage), 1,2 M€ sont liés aux dépenses automobiles, 3,5 M€ correspondent aux dépenses de fonctionnement informatique (dont les projets informatiques à caractère pluriannuel imputés sur des crédits de titre 3), et 1 M€ sont justifiés par les restes à payer sur les divers postes de fonctionnement courant (frais de déplacements, études, remboursements des personnels mis à disposition par des opérateurs de l’Etat, formation, action sociale). Ce montant total de restes à payer en titre 3 est prévu d’être liquidé en 2011 à hauteur de 11,8 M€.

De plus amples développements figurent dans la justification au premier euro des crédits de l’action 10.

 

•      En titre 5 :

Un montant de 1,43 M€ correspond aux restes à payer sur les opérations d’investissement engagées par la DSAF, dont un montant de 1,1 M€ est prévu d’être liquidé en 2011. Les opérations concernent plus particulièrement :

-  la restauration des couvertures de l’hôtel de Matignon (0,02 M€) ;

-  la rénovation de l’hôtel Gouffier de Thoix (0,14 M€) et la restauration du portail (0,01 M€) ;

-  la mise aux normes des cuisines de l’hôtel de Matignon (0,04 M€) et l’extension du réseau de climatisation du rez-de-chaussée du bâtiment (0,04 M€) ;

-  l’amélioration du studio télé de l’hôtel de Montalivet (0,01 M€) ;

-  la création d’un passage entre l’hôtel de Matignon et l’hôtel de Cassini (0,01 M€) ;

-  la restauration des façades de l’hôtel de Clermont (0,06 M€) ;

-  les travaux de sécurisation du câblage informatique (0,12 M€) ;

-  la rénovation de l’infrastructure de vidéosurveillance et de contrôle des accès physiques au site de Matignon (0,45 M€) ;

-  l’achat de logiciels d’infrastructure, principalement destinés au support de la messagerie électronique (0,39 M€) ;

-  l’achat de matériel d’infrastructure (renouvellement des cœurs de réseaux et commutateurs obsolescents) (0,14 M€).

 

3)    SIG : 2,35 M€

Un montant de 0,8 M€ est prévu d’être liquidé en 2011 (notamment actions de communication, études et sondages, webmarketing). L’autre partie des engagements non soldés fera l’objet de retraits en 2011.

 

4)    CAS : 2,89 M€

Le montant de restes à payer du CAS correspond à des marchés passés pour l’organisation de colloques et pour mener des études.

 

5)    MILDT : 3,97 M€

Ce montant de 3,97 M€ correspond notamment à la couverture d’engagements contractuels à cheval sur 2010 et 2011, dont 1,2 M€ de charges à payer et 1,5 M€ au titre d’un marché d’achat d’espaces. Il correspond également, pour 1 M€, aux engagements non liquidés en investissement, destinés principalement à l’achat de gros matériels d’équipement en faveur de la police, la justice, la gendarmerie et les douanes, dans le cadre de la lutte contre les trafics de stupéfiants.

 

6)    Autres : 1,1 M€

Les autres engagements non couverts par des paiements au 31 décembre 2010 sont d’un montant de 1,1 M€ et concernent notamment le SGAE, l’intendance et le GIC. Ce solde est prévu d’être liquidé dans son intégralité en 2011.

 

 
Justification par action

 

action n° 01 : Coordination du travail gouvernemental

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

44 443 100

34 757 828

79 200 928

51 915 224

31 849 773

83 764 997

Crédits de paiement

44 443 100

35 118 235

79 561 335

51 915 224

34 420 675

86 335 899

 

 

effectifs

 

 

 

La consommation en titre 2  sur l’action 01 du Programme 129 s’est élevée à 51 915 224 € pour une dotation en LFI de 44 443 100 €. Ce solde déficitaire de 7,5 M€ est essentiellement constaté sur les sous actions « Cabinet du Premier ministre et ministres rattachés » et « Commissions rattachées aux services centraux ». Par ailleurs, 675 ETPT ont été consommés pour une dotation de 600.

 

Cette consommation en crédits et en emplois s’explique :

 

-     par l’absence de dotation en LFI 2010 pour le ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire, pour le secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale et pour la transformation du secrétariat d’Etat  chargé des relations avec le Parlement en ministère. En gestion, le décret de transfert n°2010-787 du 8 juillet 2010 relatif à ces nouvelles structures a abondé les crédits et les emplois de la sous-action « Cabinet du Premier ministre et ministres rattachés » de 9 258 380 € et 100 ETPT.

 

-     par la création du commissariat général à l’investissement. A ce titre, le décret de transfert du 8 juillet 2010 a abondé en gestion les crédits et les emplois de la sous-action « Commissions rattachées aux services centraux » de 4 577 033 € et 36 ETPT.

 

-     par la mise en place de la cellule de suivi de la Réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE) auprès du SGG. Le décret de transfert du 8 juillet 2010 a abondé en gestion les crédits de la sous-action « Secrétariat Général du Gouvernement » de 1 112 682 € et 11 ETPT.

 

Les ETPT consommés se ventilent entre catégories de la manière suivante :

 

-     A+                      :            34

-     A                        :            54

-     B                        :            55

-     C                       :          203

-     Contractuels   :          329

 

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

24 145 848

22 302 228

24 506 255

23 676 014

 FDC et ADP prévus

750 000

 

750 000

 

 

 

Evolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 01, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 33 434 724 € en AE et 33 729 724 € en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 326 896 € en AE et 261 489 € en CP, au titre de la taxation interministérielle, et augmentation de 30 000 € en AE et en CP au titre de la réserve parlementaire ;

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par le Sénat : augmentation de 870 000 € en AE et en CP au titre de la réserve parlementaire.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits estimée à 750 000 € en AE et en CP pour 2010.

 

- Intendance

Les crédits consommés par l’Intendance du Premier ministre s’élèvent à 2,55 M€ en AE, avant retraits d’engagements des années antérieures pour 0,02 M€, et 2,55 M€ en CP. La consommation des AE comptabilisée dans ce document au titre de l’Intendance atteint donc un montant de 2,53 M€.

Les crédits consommés se répartissent comme détaillé ci-dessous :

-     produits alimentaires (fruits et légumes, boucherie, boulangerie, poissonnerie, etc.) : 1,85 M€ en AE et CP ;

-     produits de cave : 0,19 M€ en AE et CP ;

-     fleurs, plantes et cadeaux protocolaires : 0,16 M€ en AE et CP ;

-     matériel : 0,25 M€ en AE et CP ;

-     produits d’hygiène : 0,02 M€ en AE et CP ;

-     frais de personnels extérieurs : 0,08 M€ en AE et CP.

 

- Service d’information du Gouvernement

Le montant des crédits inscrits au PAP 2010 pour couvrir l’exécution des dépenses de fonctionnement du Service d’information du Gouvernement (SIG), au titre de ses missions traditionnelles, s’élevait à 21,9 M€ en AE et CP. Après vote de la loi de finances initiale et application du dispositif de mise en réserve, le montant des crédits disponibles pour le SIG a été ramené à 20,62 M€ en AE et 20,61 M€ en CP.

 

Cette dotation a atteint, en fin d’exercice 2010, le montant de 24,61 M€ en AE et 23,79 M€ en CP. Cette augmentation a été le fait :

-     du report des AE affectées en titre 5 sur des opérations d’investissement mais non engagées au 31 décembre 2009 : 0,34 M€ en AE ;

-     du report de crédits de fonds de concours, d’un montant de 0,11 M€ en CP ;

-     d’un fonds de concours 2010 de 0,38 M€ en AE et CP, correspondant à un partenariat de gestion avec la Commission européenne, portant sur la communication sur l’Europe ;

-     du dégel de la quote part attribuée au SIG de la contribution au Fonds Etat exemplaire, pour un montant de 0,19 M€ en AE et CP ;

-     d’un abondement d’1 M€ en AE, issu des crédits disponibles au programme, pour couvrir des dépenses nouvelles de communication ;

-     d’un dégel de la réserve de précaution d’1 M€ en AE et CP et d’un décret de virement d’1 M€ en AE et CP, pour couvrir les dépenses d’un projet de campagne de communication relative à la réforme des retraites ;

-     plusieurs mouvements de fongibilité entre actions du programme, pour un montant cumulé au profit du SIG de 0,08 M€ en AE et 0,5 M€ en CP.

 

La consommation des crédits de titre 3 du SIG s’est élevée en fin d’exercice à :

-     20,88 M€ en AE, faisant ainsi apparaître une sous consommation des crédits de titre 3 de 2,66 M€, correspondant à des actions abandonnées ou dont la programmation a été reportée sur l’exercice 2011. La consommation en AE du SIG, telle qu'elle est traduite, dans ce document, dans l'exécution globale des crédits de l'action 01, est ramenée au montant de 19,64 M€, en raison des retraits d'engagements juridiques des années antérieures d'un montant de 1,24 M€, venant diminuer d'autant la consommation des AE 2010. Le montant réel des AE de titre 3 consommées en 2010 est donc de 20,88 M€ ;

-     21,02 M€ en CP, faisant apparaître une sous consommation de CP de titre 3 de 1,39 M€, restés sans emplois, suite à l’abandon de projets ou résultant du débordement sur le calendrier de l’exercice suivant de plusieurs actions.

 

L’exécution des dépenses de fonctionnement, intégrant les paiements effectués sur engagements antérieurs, est globalement répartie selon les postes suivants :

-     Études et sondages : 2,83 M€ en AE et 2,38 M€ en CP ;

-     Analyses tous Médias : 0,65 M€ en AE et 0,57 M€ en CP ;

-     VRI – Observatoire Expression publique : 0,09 M€ en AE et 0,09 M€ en CP ;

-     VRI – Revues de presse : 0,21 M€ en AE et 0,29 M€ en CP ;

-     Communication externe – Campagnes : 14,95 M€ en AE et 12,97 M€ en CP ;

-     Communication externe – web et portail du Gouvernement : 1,64 M€ en AE et 4,13 M€ en CP ;

-     Communication de crise : 0,15 M€ en AE et 0,22 M€ en CP ;

-     Administration générale : 0,36 M€ en AE et 0,37 M€ en CP.

 

- Erreurs d’imputation

Il est à noter que certaines dépenses, effectuées en département suite à des délégations de crédits de la MILDT (action 15), ont été imputées en titre 3 par erreur sur l’action 01, pour 0,13 M€ en AE et en CP.

 

 

dépenses d’investissement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

 

107 452

 

1 274 568

 

Les dépenses d’investissement effectuées sur l’action 01 relèvent dans leur intégralité du Service d’information du Gouvernement. Le montant total des crédits consommés s’élève en réalité à 791 800 € en AE 1 274 568 € en CP. En AE, certains engagements des années antérieurs ont fait l’objet de retraits en 2010, pour un montant de 684 348 €, ce qui explique la consommation d’AE de 107 452 €.

 

Les opérations concernées sont les suivantes :

-     la création du portail « France.fr », pour un montant de 514 454 € en AE et 645 199 € en CP ;

-     la création d’une plate-forme interministérielle de contenus vidéo, pour un montant de 134 074 € en AE et 590 149 € en CP ;

-     la réalisation de prestations Web diverses pour un montant de 143 272 € en AE et 39 220 € en CP.

 

 

dépenses d’intervention

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Transferts aux autres collectivités

9 861 980

9 440 093

9 861 980

9 470 093

 

Les crédits d’intervention de l’action 01 ont été utilisés pour deux catégories de dépenses :

-     le versement des subventions accordées par le Premier ministre à 53 associations et fondations œuvrant en faveur des droits de l’homme et du développement de la citoyenneté. Les crédits ont été consommés à hauteur de 8 990 000 € en AE et 9 020 000 € en CP (dont 30 000 € en CP au titre d’engagements antérieurs non liquidés au 31 décembre 2009) ;

-     le Service d’information du Gouvernement a également consommé des crédits de titre 6, pour un montant de 105 000 € en AE et CP, correspondant au versement d’une subvention de fonctionnement au centre d’accueil de la presse étrangère.

 

Il est à noter pour finir que certaines dépenses, effectuées en département suite à des délégations de crédits de la MILDT (action 15), ont été imputées en titre 6 par erreur sur l’action 01, pour 345 093 € en AE et en CP.

 

 

action n° 02 : Coordination de la sécurité et de la défense

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

28 408 166

173 202 468

201 610 634

27 471 623

115 355 074

142 826 697

Crédits de paiement

28 408 166

159 927 989

188 336 155

27 471 623

118 287 213

145 758 836

 

 

effectifs

 

 

 

 La montée en puissance des effectifs de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), avec la création prévue de 40 nouveaux emplois en 2010, a été globalement réalisée (à l’exception de 4 recrutements pris en rémunération début 2011). La sous-consommation d’ETPT par rapport au plafond prévu, outre le transfert en gestion de 8 ETPT à destination du secrétariat général des ministères économiques et financiers, est principalement due aux recrutements spécialisés de l’ANSSI, qui sont effectués plus tardivement que prévu. Cette sous-consommation sera résorbée en 2011 par les effets d’extension en année pleine des recrutements 2010.

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

75 126 792

79 114 645

75 578 792

79 912 812

 Subventions pour charges de service public

18 188 483

21 785 248

18 188 483

21 787 871

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 02, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 174 235 275 € en AE et 160 635 275 € en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 1 062 807 € en AE et 737 286 € en CP, au titre de la taxation interministérielle ;

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par le Sénat : augmentation de 30 000 € en AE et en CP au titre de la réserve parlementaire.

 

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

Précisions générales sur la consommation des crédits du SGDSN :

La consommation de crédits de paiement ouverts sur la sous-action SGDSN (BOP SGDSN) a été globalement satisfaisante (99%) malgré des écarts notables entre la prévision et l’exécution sur la ventilation par catégorie de dépense et par destination.

La consommation d’autorisations d’engagement ouvertes sur la sous-action SGDSN (BOP SGDSN) présente une légère sous-consommation (91%) complétée par des opérations d’investissement affectées non engagées.

 

DéPENSES de fonctionnement autreS que celles de personnel

Les crédits de fonctionnement destinés aux directions et services soutenus par le SGDSN s’élèvent à 19 041 K€ d’AE et 19 999 K€ de CP. Ils comprennent notamment ceux de l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

 

Actions spécifiques dans le domaine de la défense et la sécurité nationale : 421 K€ en AE et 555 K€ en CP ont été dépensés au profit d’actions spécifiques, notamment interministérielles, dans ce domaine. L’écart par rapport à la prévision est principalement dû à un financement de ces actions pour des mouvements de crédits inter ou infra- programme (3 067 K€ en AE et en CP).

 

Prévention des risques NRBC-E : 556 K€ en AE et 412 K€ en CP ont été dépensés dans les différents projets d’études et d’expérimentation menés dans le domaine de la prévention des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC) ou explosifs (E). L’écart avec la prévision est dû à un décalage sur l’année 2011 du règlement des moyens destinés au détachement central interministériel d’intervention technique (DCI) financés par le budget du SGDSN.

 

Actions spécifiques dans le domaine de la sécurité des système d’information (SSI) : 3 521 K€ en AE et 4 177 K€ en CP ont financé des études et projets de développement dans le domaine SSI, tant sur les outils et référentiels nationaux à la charge de l’ANSSI que sur la sécurisation des réseaux sensibles d’information et de communication de l’Etat. La réalisation a largement dépassé la prévision, notamment dans le cadre de la montée en puissance du centre opérationnel de la SSI (1 779 K€ en AE et 1 645 K€ en CP) en partie imputée en prévision sur les dépenses d’investissement.

 

Fonctionnement opérationnel des réseaux gouvernementaux sécurisés d’information et de communication : 5 633 K€ en AE et 6 610 K€ en CP ont été consacrés au fonctionnement des réseaux sécurisés interministériels à la charge de l’ANSSI, et à titre principal le réseau téléphonique RIMBAUD et l’intranet ISIS. L’exécution est conforme à la prévision.

 

Dépenses informatiques : 1 732 K€ en AE et 1 245 K€ en CP ont été consacrés aux dépenses de renouvellement et de maintenance des réseaux et terminaux informatiques non spécifiques en service au SGDSN et à l’ANSSI. L’écart avec la prévision est dû en partie à l’inscription prévisionnelle en immobilisation de dépenses constatées en charges suite au changement début 2010 du critère d’imputation comptable des immobilisations de cette nature. Les besoins de montée en puissance de l’ANSSI en moyens informatiques ont également été sous-estimés en prévision.

 

Dépenses immobilières : Les dépenses liées aux locaux occupés par les directions et services soutenus par le SGDSN représentent 2 049 K€ en AE et 1 886 K€ en CP. L’écart avec la prévision est essentiellement dû à l’imputation en charge de travaux de rénovation immobilière, induits par la montée en puissance des effectifs de l’ANSSI, qui avaient été programmés dans le PAP en dépenses d’investissement.

Le loyer budgétaire acquitté par le SGDSN (472 K€ en AE et en CP) a été conforme à la prévision.

 

Autres dépenses de fonctionnement courant : 3 636 K€ en AE et 3 642 K€ en CP ont été consommés pour les dépenses de fonctionnement courant autres que celles immobilières et informatiques. Ce poste comprend notamment des fournitures et services, tels que les frais de télécommunication, les frais de déplacement du personnel et les dépenses d’action sociale (à titre principal la participation aux frais de restauration tant du restaurant inter administratif que du personnel de permanence).

La consommation des dépenses indivises de soutien (incluant les dépenses immobilières et informatique) est globalement conforme à la prévision.

 

Enfin, une partie des programmes interministériels inscrits au PAP en opérations d’investissement ont fait l’objet de dépenses imputées en compte de classe 6 pour un montant de 1 021 K€ en AE et 1 000 K€ en CP.

SUBVENTIONS POUR CHARGES DE SERVICE PUBLIC

Placés sous la tutelle du SGDSN, ont été versées les subventions pour charges de service public (SCSP) aux deux opérateurs de l’État suivants :

 

- l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) pour un montant de 9 041 K€ en AE et en CP.

Cet institut, établissement public administratif, a été marqué à partir de début 2010 par l’intégration des activités du Centre des hautes études de l’armement, auparavant service de la Délégation générale pour l’armement. La subvention versée à cet institut est conforme à la subvention prévue au PAP, subséquente à cette réforme, minorée de la réserve de précaution.

 

- l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) pour un montant de 8 767 K€ en AE et en CP.

Ce nouvel institut, établissement public de l’État créé au 1er janvier 2010, s’est substitué et a hérité des moyens de l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES), établissement public auparavant placé sous la tutelle du ministre de l’Intérieur, et de l’Institut d’études et de recherche pour la sécurité des entreprises (IERSE), association bénéficiant d’un soutien de la part de la Gendarmerie nationale. La subvention versée à cet institut est également conforme à la subvention prévue au PAP, subséquente à cette réforme, minorée de la réserve de précaution.

 

Commissariat à l’énergie atomique (CEA) : Les prestations du CEA réalisées à la demande du SGDSN en matière de recherche et d’expérimentation dans le domaine de la prévention des risques NRBC-E, inscrites en PAP en crédits d’intervention, ont été imputés dans cette catégorie de dépense. Prévue pour un montant de 600 K€, la dépense réalisée s’élève à 3 980 K€ en AE et en CP. Cette forte augmentation a été induite par la décision gouvernementale début 2010 de renforcer la lutte antiterroriste face aux risques explosifs et de développer de nouveaux moyens de détection des explosifs.

 

Fonds spéciaux et Groupement interministériel de contrôle (GIC)

La dotation des fonds spéciaux s’élevait en LFI 2010 à 53,9 M€ en AE et CP. En cours de gestion, cette dotation a évolué à la hausse de la manière suivante :

-     décret de transfert n° 2010-896 du 29 juillet 2010 : 3,5 M€ en AE et CP ;

-     décret de transfert n° 2010-1476 du 2 décembre 2010 : 5 M€ en AE et CP ;

-     décret pour dépenses accidentelles et imprévisibles du 18 octobre 2010 : 1,8 M€ en AE et CP ;

-     mouvement de fongibilité au sein du programme 129 depuis le SGDSN : 0,3 M€ en AE et CP.

 

Les crédits ouverts au 31 décembre 2010 au profit des fonds spéciaux s’élèvent par conséquent à 64,5 M€ en AE et CP.

 

La consommation de crédits de titre 3 constatée en 2010 sur l’action 02, sous-action « GIC + DGSE (fonds spéciaux) », du programme 129 est de 60,1 M€ en AE et 59,9 M€ en CP. Les dépenses à caractère non sensibles du GIC, incluses dans le montant global des dépenses de titre 3 et qui s’élèvent à 0,3 M€ en AE et 0,1 M€ en CP, suivent la procédure normale de paiement et non celle relative aux fonds spéciaux. Les engagements non liquidés s’élèvent à 0,2 M€, et correspondent à des commandes tardives passées par le GIC, dont le règlement sera assuré en 2011.

 

Il est à noter cependant que la consommation en titre 3 des fonds spéciaux et du GIC est en réalité de 64,5 M€ en AE et 64,3 M€ en CP. En effet, un montant de 4,4 M€ en AE et CP a été imputé par erreur sur l’action 10, et correspond au versement de l’échéance du mois de juin 2010.

 

 

dépenses d’investissement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

74 827 193

8 347 169

62 050 714

12 865 453

 Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

4 530 000

5 578 012

3 580 000

3 191 077

 

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

 

Prévention des risques NRBC-E

Les dépenses d’équipement dans ce domaine s’établissent à 1 056 K€ en AE et 1 237 K€ en CP. L’écart important avec la prévision est justifié par plusieurs facteurs :

-     le financement par le SGDSN des moyens destinés au détachement central interministériel d’intervention technique (DCI) pour un montant prévu de 1,8 M€ a subi un décalage sur l’année 2011 ;

-     le renforcement du besoin de développement de moyens de détection des explosifs, notamment dans les transports collectifs, a conduit début 2010 le SGDSN à retarder un projet prévu en 2010 pour un montant de 3 M€, en vue du lancement de nouveaux projets R&D, basés sur d’autres procédés, et dont la dépense a été imputée en catégorie 32 ;

-     le changement d’objectif susmentionné a également conduit le SGDSN à retarder le lancement de nouveaux projets dans le domaine NRBC prévu en 2010 pour un montant de 1,8 M€.

 

Transmissions et réseaux gouvernementaux sensibles

Les dépenses d’investissement dans ce domaine s’élèvent à 8 027 K€ en AE et 5 855 K€ en CP.

Le volume des engagements est nettement inférieur aux prévisions principalement en raison de la non réalisation en 2010 de celui portant le programme ISIS v2 pour un montant de 3,5 M€. En effet, le lancement du projet ISIS v2, consistant à la conception et au déploiement vers les autorités et services déconcentrés de l’intranet sécurisé ISIS v1, actuellement déployé dans les cabinets ministériels et services centraux, a pris du retard en raison de sa complexité et n’a pas permis de notifier le contrat subséquent en 2010.

Les paiements réalisés sont également inférieurs aux prévisions en raison principalement du retard pris sur l’avancement du projet de système de traitement des messages de niveau Secret Défense et celui du programme ISIS v2.

 

Sécurité des systèmes d’information

2 055 K€ en AE et 5 970 K€ ont financé les projets dans le domaine de la sécurité des systèmes d’information, notamment l’acquisition de matériels et logiciels spécifiques renforçant la sécurité des systèmes développés par l’ANSSI et ses capacités de cyber-défense.

Les paiements réalisés sont supérieurs aux prévisions, malgré une montée en puissance des dépenses de moyens cyber-défense prévues en opération d’investissement mais imputées en charge, en raison du niveau des restes à payer des commandes de matériels de sécurisation des systèmes sensibles de l’État décrites en RAP 2009, plus élevés que prévus.

Le volume des engagements est nettement inférieur aux prévisions, principalement pour les motifs suivants :

-     la mise en place de capacités de détection des attaques informatiques n’a pas nécessité en 2010 de lancement d’une opération d’investissement tel que prévu en PAP pour un montant de 2 M€, mais des dépenses imputées essentiellement en charge ;

-     l’avancement du programme d’acquisition de matériels de sécurisation susmentionné a conduit à réduire les engagements en 2010 par rapport à la prévision pour un montant de 0,8 M€ ;

-     un décalage sur les calendriers de notification de certains programmes. Ainsi, le programme de réalisation d’un logiciel de phonie sécurisée adaptée au PDA sécurisé « hermès » des hautes autorités de l’État a été notifié fin 2009 alors que la programmation en PAP prévoyait un engagement en 2010 pour un montant de 2,3 M€. De même, plusieurs projets de développement de nouveaux produits de sécurité gouvernementaux, pour un montant prévu de 3 M€, ont pris du retard et n’ont pas été engagés en 2010.

 

Autres dépenses immobilisées

593 K€ en AE et 715 K€ en CP ont été consacrés aux travaux de rénovation immobilière et à l’acquisition de matériels informatiques et de télécommunications immobilisables.

La forte sous exécution de ce type de dépenses, outre les observations précédemment indiquées sur les nouvelles règles en matière d’imputation comptable des immobilisations, est liée au décalage constaté sur la réalisation des investissements immobiliers prévus pour le développement des capacités d’accueil, en bureaux et locaux techniques, dans le cadre de la création de l’ANSSI et de l’augmentation de ses effectifs et de ses activités par rapport à l’ex-DCSSI.

 

Programmes interministériels

47 069 K€ en AE et 42 059 K€ en CP ont été consacrés au financement par le SGDSN de la poursuite de projets interministériels relatifs aux capacités techniques interministériels et au développement de produits de sécurité informatique. Pour les projets dont des services du ministère de la défense assurent la maîtrise d’œuvre, 44,87 M€ en AE et 39,78 M€ en CP ont été transférés par décret au budget de ce ministère.

Les écarts par rapport à la prévision sont dus au retard pris sur l’avancement du programme de modernisation des produits de sécurité induisant un moindre besoin en crédits de paiement et inversement un versement avancé d’autorisations d’engagement sur le programme de cryptophonie de nouvelle génération pour lequel le terminal sécurisé de téléphonie « Teorem » est entré en phase de production.

 

 

dépenses d’intervention

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Transferts aux entreprises

500 000

150 000

500 000

150 000

 Transferts aux autres collectivités

30 000

380 000

30 000

380 000

 

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

 

Intervention auprès d’entreprises via OSEO

150 K€ en AE et en CP ont été versés en 2010 à l’opérateur OSEO Innovation dans le cadre du cofinancement de projets innovants de PME ou PMI dans le domaine de la sécurité des systèmes d’information. Outil d’incitation au développement de produits de sécurité informatique par des entreprises françaises, la sollicitation des sociétés du secteur et l’adéquation des projets satisfaisant aux critères de sélection de l’ANSSI n’a pas permis d’atteindre l’enveloppe prévue au PAP.

 

Subvention CSFRS

295 K€ ont été versé au groupement d’intérêt public du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégiques (CSFRS). Groupement dont la convention constitutive a été approuvée par avis du 17 novembre 2009, la contribution financière du Premier ministre à ce GIP n’était pas arrêtée lors de l’établissement du PAP.

 

Subvention HCFDC

60 K€ en AE et en CP, dont 30 K€ au titre de la réserve parlementaire, ont été versés en vertu d’une convention entre le SGDSN et le Haut Comité Français pour la défense Civile (HCFDC), association ayant pour objet de contribuer à la réflexion sur la doctrine, l’organisation et les techniques en matière de sécurité sociétale.

 

Le SGDSN a également contribué au financement d’une étude de l’OCDE sur les futures crises mondiales pour un montant de 25 K€ en AE et en CP.

 

 

action n° 03 : Coordination de la politique européenne

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

10 500 529

3 237 034

13 737 563

9 968 547

2 459 361

12 427 908

Crédits de paiement

10 500 529

3 242 732

13 743 261

9 968 547

2 445 354

12 413 901

 

 

effectifs

 

 

 

La consommation des crédits de titre 2 est suivie par le Secrétariat général des affaires européennes (SGAE) au vu des restitutions de données fournies par le Secrétariat général du MINEFI (données extraites du fichier paie de l’infocentre de la recette générale des finances – RGF - et de dépenses hors PSOP) et des restitutions fournies par l’INSEE pour le paiement de la rémunération d’un administrateur INSEE. Le SGAE réajuste le suivi d’exécution au vu de titres de perception émis pour les demandes de remboursements des trop-perçus.

Les dépenses de personnel représentent près de 96 % des crédits disponibles alloués au SGAE, et la consommation des ETPT atteint un taux d’exécution de près de 97 %. Cette sous-consommation s’explique par des remplacements tardifs de certains départs.

L’exécution est constituée principalement de :

 - mesures générales (hausse du point Fonction publique de 0,5 % au 1er juillet, augmentation de l’indemnité mensuelle de technicité – IMT - de 0,5 % au 1er janvier, de l’application d’un remboursement des frais de transport sur la base d’un tarif unique par zone, de la garantie individuelle du pouvoir d’achat – GIPA - pour 5 agents) ;

 - mesures catégorielles (bonus indemnitaire des catégories A+ et A) ;

 - majoration du compte d’affectation spéciale « Pensions » et de l’allocation temporaire d’invalidité (ATI) ;

 - entrées et sorties 2010 ;

 - GVT positif (calculé par catégorie à partir des effectifs présents au 1er janvier N et N+1, intégrant les avancements automatiques et différenciés, les promotions de grade ou corps) ;

 - les rappels de l’année précédente.

En résumé, au 31 décembre 2010, la consommation du SGAE fait ressortir une sous consommation des emplois et des crédits de personnel, en raison de vacances d’emploi subies.

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

2 787 034

2 459 361

2 792 732

2 445 354

 FDC et ADP prévus

450 000

 

450 000

 

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 03, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 2 814 552 € en AE et en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 27 518 € en AE et 21 820 € en CP, au titre de la taxation interministérielle.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits estimée à 450 000 € en AE et en CP pour 2010.

 

La dotation de l’action « Coordination de la politique européenne » est composée de crédits propres au BOP du Secrétariat général des affaires européennes et d’un fonds de concours émanant du Conseil de l’Union européenne destiné au remboursement forfaitaire des frais de transports des experts français participant aux réunions ou groupes du Conseil (Montant du fonds de concours réellement perçu en 2010 : 432 277 €).

Ce fonds de concours fait l’objet, chaque année, d’un transfert de crédits vers les programmes bénéficiaires au sein du budget général.

 

L’exécution des dépenses s’élève à 2 445 354 € en CP et se répartit sur les postes suivants :

-     un loyer budgétaire de 1 158 344 € en AE = CP ;

-     les frais d’interprétation du Conseil de l’Union européenne : 879 396 € en AE = CP, pour une prévision initiale de 1 221 775 € ;

-     un marché informatique de sous-traitance pour un montant de 199 998 € en AE et 199 990 € en CP (dont 92 864 € au titre des engagements antérieurs non liquidés au 31 décembre 2009) ;

-     la gratification des stagiaires : 67 965 € en AE = CP ;

-     les déplacements professionnels : 139 659 € en AE = CP.

 

Il convient enfin de signaler une erreur d’imputation sur l’action 03 du programme 129, qui conduit à majorer de 14 000 € la consommation en AE du SGAE, par rapport à la consommation réelle constatée sur le BOP SGAE.

 

 

action n° 05 : Administration territoriale

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

27 621 412

0

27 621 412

46 145 978

137 763

46 283 741

Crédits de paiement

27 621 412

0

27 621 412

46 145 978

137 763

46 283 741

 

 

effectifs

 

 

 

La consommation en titre 2 sur l’action 05 du Programme 129 s’est élevée à 46 142 978 € pour une dotation en LFI de 27 621 412 €. Par ailleurs, 407 ETPT ont été consommés pour une dotation initiale de 332 ETPT.

 

Cette sur-consommation s’explique par la prise en charge en cours de gestion des directeurs et directeurs adjoints des directions départementales interministérielles (DDI). En effet, le décret de transfert n°2010-787 du 8 juillet 2010 a abondé les crédits et les emplois de l’action 05 de 68 550 001 € et 457 ETPT pour une prise en charge rétroactive au 1er janvier 2010 des directeurs et directeurs adjoints des DDI.

 

Toutefois, en raison d’une prise en charge effective plus tardive (au 1er septembre 2010), deux décrets de « rétro-transfert » ont été publiés afin de rétrocéder les crédits non utilisés aux ministères contributeurs (décret n°2010-1414 du 12 novembre 2010 et décret n°2010-1472 du 2 décembre 2010). Le montant total de ce « rétro-transfert » s’élève à 33 514 319 € et 287 ETPT.

 

Les ETPT consommés se ventilent entre catégories de la manière suivante :

-     A+                      :          216

-     A                        :          167

-     B                        :            10

-     C                       :              8

-     Contractuels   :              6

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

137 763

 

137 763

 

Les dépenses exécutées en 2010 au titre des frais de changement de résidence s’élèvent à un montant de 137 763 € en AE et CP, et correspondent au dédommagement des frais de transports de personnes et de mobiliers. La faible consommation est expliquée par les prises en charge tardives, les indemnités étant versées à l’issue du processus de recrutement.

 

 

action n° 10 : Soutien

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

28 483 870

46 153 398

74 637 268

26 942 232

64 633 700

91 575 932

Crédits de paiement

28 483 870

47 758 390

76 242 260

26 942 232

50 710 653

77 652 885

 

 

effectifs

 

 

 

Les crédits de personnel de l’action 10 correspondent aux crédits destinés à assurer la rémunération des agents de la direction des services administratifs et financiers (DSAF). La consommation en titre 2 sur cette action s’est élevée à 26 942 232 € pour une dotation en LFI de 28 483 870 €. Par ailleurs, 458 ETPT ont été consommés pour un plafond de 438.

 

La sur-consommation en emplois s’explique par les nouvelles missions confiées à la DSAF qui ont conduit à :

-     la mise en place de la Mission de gestion des emplois déconcentrés de l’État (MIGEDE) pour la gestion administrative et financière des personnels de l’administration territoriale (SGAR et des chargés de mission, agents des plateformes de ressources humaines, directeurs départementaux interministériels et directeurs départementaux interministériels adjoints) ;

-     la création de la section « Moyens mutualisés des administrations déconcentrés » pour procéder à la mutualisation des crédits de fonctionnement courant des Directions départementales interministérielles et des dépenses consacrées aux charges immobilières des services déconcentrés ;

-     la mise en place du Centre de service partagé financier (CSPF) pour le fonctionnement du logiciel Chorus.

 

Les ETPT consommés par catégories se ventilent de la manière suivante :

-     A+                      :            16

-     A                        :            60

-     B                        :            71

-     C                       :          229

-     Contractuels   :            82

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

40 660 601

62 905 058

42 549 772

48 591 543

 FDC et ADP prévus

40 000

 

40 000

 

 

Evolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 10, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 46 631 065 € en AE et 48 136 065 € en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 473 167 € en AE et 373 175 € en CP, au titre de la taxation interministérielle ;

-     amendement voté par le Sénat pour ajuster le transfert de la DDM vers le ministère de la Culture, opéré en LFI 2009 : réduction de 44 500 € en AE et CP.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits estimée à 40 000 € en AE et en CP pour 2010.

 

La dotation de l’action 10 « Soutien » a évolué au cours de la gestion 2010. Ces augmentations de 21,1 M€ en AE et 7,1 M€ en CP s’expliquent par les mouvements suivants :

-  un montant cumulé de 16,9 M€ en AE et 6 M€ en CP provient de mouvements réglementaires (reports de crédits pour 17,3 M€ en AE et 6,4 M€ en CP et transferts de crédits pour 2,3 M€ en AE et CP) et de l’annulation de crédits par loi de finance rectificative en date du 9 mars 2010 (2,7 M€ en AE et CP) ;

-  0,2 M € en AE et CP correspondent à des fonds de concours et attributions de produits ;

-  0,1 M€ en AE et CP correspondent aux reports de fonds de concours ;

-  1,5 M€ en AE et 0,8 M€ en CP d’abondements complémentaires au profit de l’action 10 « Soutien » dans le cadre de la fongibilité entre actions du programme ;

-  2,4 M€ correspondant aux autorisations d’engagements affectées antérieurement à 2010, non engagées et reportées.

 

Pour ce qui concerne les dépenses de fonctionnement courant, le périmètre soutenu par l’action 10 a connu des évolutions au cours de la gestion 2010, sous l’effet du rattachement de structures dont les crédits de fonctionnement n’étaient pas inscrits en LFI 2010 sur le programme 129. Ces rattachements ont donné lieu à des transferts entrants en gestion 2010, selon le détail donné ci-après :

-  création du commissariat Général à l’investissement (CGI) : 0,41 M€ en AE et CP ;

-  transformation du secrétariat d’État chargé des relations avec le Parlement en ministère de plein exercice depuis le 23 juin 2009 : 0,22 M€ en AE et CP ;

-  création du cabinet du Ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire (depuis le 23 juin 2009 jusqu’au remaniement du 14 novembre 2010) : 0,57 M€ en AE et CP ;

-  création du secrétariat d’État chargé du développement de la région capitale (depuis le 23 juin 2009 jusqu’au remaniement de juillet 2010) : 0,37 M€ en AE et CP ;

-  création de la Mission région capitale (depuis le 23 juin 2009 et jusqu’au 31 décembre 2010) : 0,37 M€ en AE et CP ;

-  création des structures de pilotage et de soutien, au sein du SGG et de la DSAF, de la réforme de l’administration territoriale : 0,38 M€ en AE et CP.

 

Les crédits prévus en loi de finance initiale pour 2010, abondés des divers compléments effectués en cours de gestion, ont couvert les dépenses suivantes :

 

-     le fonctionnement logistique : 14,9 M€ en AE et 11,1 M€ en CP

La consommation des crédits destinés au fonctionnement logistique (notamment l’entretien immobilier) s’élève à 14,9 M€ en AE et à 11,1 M€ en CP. Les consommations ont été supérieures aux prévisions notamment du fait de certaines dépenses relatives au Secrétariat général des affaires européennes (SGAE) et au bâtiment de l’avenue de Ségur.

Le déménagement du SGAE n’était pas prévu lors de l’élaboration du PLF 2010. Ces travaux d’aménagement se sont élevés à 3,9 M€ en AE et 1,5 M€ en CP. Ils ont principalement concernés les frais induits par les déménagements de matériels et mobiliers, les études relatives aux travaux entrepris ainsi que les opérations d’entretien et les petits travaux immobiliers. L’installation définitive du SGAE est prévue pour le premier semestre 2011.

Par ailleurs, la DSAF a repris en gestion le bâtiment sis 20, avenue de Ségur à compter du mois de juin 2010. La remise en état du bâtiment et les dépenses liées aux frais de gardiennage, entretien et fluides ont été effectuées pour un montant total de 1,9 M€ en AE et 0,9 M€ en CP.

 

-     les loyers : 27,1 M€ en AE et 17,6 M€ en CP

La consommation des crédits relative aux loyers s’élève à 27,1 M€ en AE et 17,6 M€ en CP.

Les dépenses relatives aux loyers budgétaires n’appellent aucun commentaire spécifique, les dépenses étant stables et conformes aux prévisions du PAP 2010. Elles s’élèvent à 13,5 M€ en AE et CP. Ces loyers budgétaires concernent 10 immeubles domaniaux situés :

 

Adresse  (PARIS 07)

Superficie bâtie  (m²)

Valeur vénale

Loyers budgétaires 2010

30B, rue Las Cases

650

1 012 648

28 348

19, rue de Constantine

1 334

9 711 520

568 716

66, rue de Bellechasse

4 515

26 755 280

1 518 600

35, rue Saint-Dominique

6 537

42 150 576

2 404 452

56, rue de Varenne

2 069

15 279 264

921 284

58, rue de Varenne

3 673

24 829 480

1 518 600

69, rue de Varenne

3 848

27 213 056

2 039 988

70, rue de Varenne

3 998

26 046 280

1 757 528

32, rue de Babylone

5 023

35 522 656

2 203 672

13, rue Vaneau

1 800

11 323 000

525 384

TOTAL

33 447

219 843 760

13 486 572

 

Concernant les baux privés, ceux-ci ont constitué une dépense supérieure aux prévisions, en raison du renouvellement en avril 2010 du bail des locaux de la DSAF situés 18 rue Vaneau, pour un montant de 10,7 M€ en AE et 1,4 M€ en CP. L’impact en AE de ce renouvellement n’était pas prévu dans la LFI 2010. Il a été par conséquent financé sur les reports de crédits.

 

La consommation totale des baux s’élèvent à 13,6 M€ en AE et 4,1 M€ en CP, selon le détail suivant.

 

Adresse

Consommation 2010 en AE

Consommation 2010 en CP

119, rue de Lille

179 057

179 057

16, boulevard Raspail

306 178

306 178

18, rue Vaneau

11 281 061

1 958 828

199, boulevard Saint Germain

0

250 574

30, boulevard Raspail

991 440

995 739

31, rue de Verneuil

22 000

44 000

39, rue Saint Dominique

0

36 282

4, rue de Bougainville

19 056

18 391

54, rue de Varenne

0

25 069

69, boulevard Malesherbes

623 071

116 748

Impôts, taxes et régularisations

189 254

189 254

TOTAL

13 611 117

4 120 120

 

Les baux concernant les locaux situés au 54, rue de Varenne et au 39, rue Saint Dominique se sont achevés en 2010 et n’ont pas été renouvelés.

Il est à signaler par ailleurs que l’occupation des locaux par le Haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté a fait l’objet d’un remboursement au ministère de la Santé, titulaire du bail, pour un montant de 0,1 M€ en AE et CP. Ce montant correspond à la période du premier trimestre 2010.

 

-     les dépenses automobiles : 2,4 M€ en AE et 2,1 M€ en CP

Les dépenses automobiles se sont élevées à 2,4 M€ en AE et 2,1 M€ en CP. Ces dépenses concernent les marchés de location de véhicules, le fonctionnement courant lié aux automobiles (entretien, nettoyage, carburants, péages) ainsi que les frais de taxis. Les dépenses automobiles se sont avérées plus élevées pour deux raisons. L’année 2010 a été le premier exercice plein de mise en œuvre de prestations externalisées, qui étaient, auparavant, assurées directement par des personnels SPM (chauffeurs affectés, pool automobile). Par ailleurs, l’activité des nouveaux cabinets et nouvelles structures, rattachés en 2009 et début 2010, a eu un effet mécanique sur la hausse de la consommation de ce poste de dépense.

 

-     les dépenses informatiques et de télécommunications : 6,3 M€ en AE et 4,9 M€ en CP

Les dépenses informatiques et de télécommunications se sont élevées à 6,3 M€ en AE et 4,9 M€ en CP. Celles-ci sont plus importantes que les dépenses initialement programmées. Cet écart est notamment dû au changement, dans la nomenclature d’exécution pour 2010, des règles d’immobilisation des matériels informatiques. Les règles existantes au moment de l’élaboration du PAP 2010 avaient conduit à programmer sur des crédits d’investissement les achats de matériels informatiques, dont la valeur par lots dépassait, en prévision, 10 000 €. La nomenclature d’exécution pour 2010 prescrivant l’immobilisation des matériels informatiques uniquement lorsque la valeur unitaire de ceux-ci dépasse 10 000 €, de nombreux achats, prévus dans le PAP en investissement, ont été exécutés sur des crédits de fonctionnement.

Les postes de dépenses les plus importants ont concerné la téléphonie mobile et fixe (1,3 M€ en AE et 1 M€ en CP), les prestations d’hébergement et maintenance de sites web (0,6 M€ en AE et 0,3 M€ CP), les moyens d’impression (0,4 M€ en AE et en CP), les matériels d’infrastructures (1 M€ en AE et 0,2 M€ en CP).

 

-     les frais de représentation : 1,6 M€ en AE et CP

 

-     les frais de déplacements : 1,5 M€ en AE et 1,7 M€ en CP

 

-     la formation : 0,4 M€ en AE et 0,5 M€ en CP

Les axes prioritaires du plan de formation 2010 qui ont été mis en œuvre sont l’accompagnement des agents dans la valorisation de leur parcours professionnel, dans la professionnalisation des métiers financiers dans le cadre du déploiement de CHORUS et la poursuite des actions déjà entreprises en matière de formation bureautique et d’administration électronique.

 

-     l’action sociale : 0,6 M€ en AE et CP

Les dépenses d’action sociale sont destinées à la restauration administrative, à l’organisation du spectacle de Noël offert à l’ensemble des enfants des agents des services du Premier ministre, aux divers frais médicaux (pharmacie, honoraires médicaux), aux diverses subventions versées notamment aux associations œuvrant en matière sociale, culturelle ou sportive, et ouvertes aux agents et anciens agents des services du Premier ministre. Les dépenses d’action sociale sont également destinées au paiement des permanences juridiques.

 

-     les études : 0,3 M€ en AE et 0,4 M€ en CP

Le montant des dépenses d’études réalisées en 2010 s’élèvent à 0,3 M€ en AE et 0,4 M€ en CP dont 0,1 M€ de dépenses réalisées au profit de la Mission Région Capitale.

 

-     les réparations civiles et frais de justice : 0,2 M€ en AE et CP

Cette consommation correspond aux honoraires d’experts ou d’huissiers, au paiement des honoraires des défenseurs commis à la défense des agents publics, au règlement des indemnités, dommages et intérêts ou astreintes auxquels l’État est condamné, ainsi qu’au versement des frais de justice et des intérêts légaux, pour l’ensemble des services du Premier ministre.

 

-     les personnels mis à disposition par des opérateurs de l’État : 0,3 M€ en AE et 0,4 M€ en CP

 

-     les dépenses diverses : 2,9 M€ en AE et 3,1 M€ en CP

Dont 2,2 M€ en AE et CP de dépenses relatives aux vols ETEC (Escadron de transport, d'entraînement et de calibration). En outre, 0,3 M€ en AE et CP ont concerné le paiement de la contribution au fonds d’insertion aux personnes handicapées dans la fonction publique.

 

Par ailleurs, il est à noter une erreur d’imputation de 4,4 M€ en AE et CP en titre 3, qui correspond à l’échéance du mois de juin des fonds spéciaux.

En effet, cette dépense concerne l’action 02, mais a été imputée à tort sur l’action 10.

Par conséquent, l’exécution effective des crédits de fonctionnement, pour l’année 2010, de l’action 10 « Soutien » s’élève à 58,5 M€ en AE et 44,2 M€ en CP.

 

 

dépenses d’investissement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

4 069 047

931 640

3 783 440

1 838 246

 Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

589 952

547 002

591 380

155 864

 

-     le schéma directeur immobilier : 0,3 M€ en AE et 1,3 M€ en CP

Celui-ci comprend la poursuite des opérations préalablement engagées pour un montant de 0,2 M€ en AE et 1,2 M€ en CP. Ces opérations concernent :

-     l’aménagement et les travaux de rénovation de l’Hôtel Lebel, situé au 13 rue Vaneau pour un montant de 0,02 M€ en CP, qui comprend la reprise des plateaux ainsi que l’encloisonnement de la cage d’escalier. Cette opération est désormais achevée, les derniers paiements ayant eu lieu en 2010 ;

-     la rénovation de l'Hotel Gouffier de Thoix, situé au 56 rue de Varenne pour un montant de 0,1 M€ en AE, dont les premières phases d’études ont eu lieu en 2010. Cette opération va permettre la création d’un passage entre le 56 et le 58, rue de Varenne, ainsi que le réaménagement des espaces et une reprise de la cage d’escaliers ;

-     la poursuite de la rénovation des salons du rez-de-chaussée de l’hôtel Matignon (0,06 M€ en CP) permettant la rénovation des peintures hautes et des tapisseries. Cette opération de rénovation s’est achevée en 2010 ;

-     la mise aux normes de la cuisine de l’hôtel Matignon pour un montant de 0,1 M€ en AE et 1,2 M€ en CP. Cette opération ne devrait plus donner lieu qu’à une consommation de CP en 2011.

 

Par ailleurs, le schéma directeur immobilier comprend des opérations nouvelles pour un montant total de 0,2 M€ en AE et 0,1 M€ en CP. Celles-ci concernent :

-     l’opération de restauration des façades de la cour des communs du 69, rue de Varenne, qui comprend la réalisation de trois monte-dossiers ainsi que la réorganisation des espaces du rez-de-chaussée ;

-     la création d’un passage entre les bâtiments situés au 32, rue de Babylone et le 57, rue de Varenne ;

-     l’opération relative à l’amélioration du studio télé situé au 58, rue de Varenne ;

-     l’extension du réseau de climatisation du rez-de-chaussée du 57, rue de Varenne.

 

Ces quatre opérations vont être poursuivies en 2011.

 

-     les achats de matériel technique et de véhicules automobiles : 0,3 M€ en AE et CP

L’unique poste de dépense concerné pour l’année 2010 est l’achat de véhicules automobiles. Treize automobiles ont été acquises en 2010, dont trois voitures électriques. Cette dépense a pour finalité le renouvellement, à périmètre constant, du parc automobile. Le remplacement concerne des véhicules de plus de 4 ans ou dont le nombre de kilomètres est supérieur à 80 000.

 

-     l’investissement informatique : 0,9 M€ en AE et 0,3 M€ en CP

L’achèvement des opérations déjà engagées représente une consommation en CP de 0,26 M€.

Ces opérations sont relatives aux travaux de câblage (0,1 M€), au renouvellement des postes et logiciels bureautiques de Matignon (0,1 M€), et à la consolidation de la redondance électrique en salle serveurs (0,06 M€).

Les achats de biens immobilisés représentent 0,9 M€ en AE et 0,05 M€ en CP et sont répartis comme suit :

-     la rénovation de l’infrastructure de vidéosurveillance et de contrôle des accès physiques au site de Matignon pour un montant de 0,4 M€ en AE, dont 0,1 M€ correspondant à des immobilisations incorporelles de l’État (achats de logiciels immobilisables) ;

-     l’achat de logiciels d’infrastructures principalement destinés au support de la messagerie électronique (licences de messagerie destinées aux serveurs informatiques) pour un montant de 0,4 M€ en AE et 0,05 M€ en CP ;

-     l’achat de matériel d’infrastructure (renouvellement des cœurs de réseaux et commutateurs obsolescents) concourant à la refonte du réseau pour un montant de 0,1 M€ en AE.

 

La consommation de CP est en diminution de 2 M€ par rapport aux prévisions du PAP 2010 dans la mesure où le calendrier de déploiement a été décalé, en raison d’une notification tardive des marchés relatif à la vidéosurveillance, à la refonte du réseau, ainsi qu’à l’achat de logiciels d’infrastructures. Par ailleurs, et comme évoqué dans la partie relative aux dépenses de fonctionnement, le changement des règles d’immobilisation des matériels informatiques, dans la nomenclature d’exécution pour 2010, a conduit à une diminution des dépenses effectuées sur des crédits d’investissement.

 

 

dépenses d’intervention

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Transferts aux entreprises

 

250 000

 

125 000

 Transferts aux autres collectivités

793 798

 

793 798

 

 

Les crédits d’intervention sont destinés aux subventions accordées par l’Union pour la Méditerranée.

 

La Mission Interministérielle Union pour la Méditerranée (UPM) a initié la création d’un programme expérimental nommé « FARO » (Fonds d'Amorçage, de Réalisation et d'Orientation), en collaboration avec trois autres partenaires : l’Agence française de développement, OSEO innovation et la Caisse des dépôts et consignations.

Ce programme a pour vocation de soutenir des petites entreprises innovantes françaises qui veulent construire leur projet à l'international sur les priorités de l'Union pour la Méditerranée, avec pour finalité de constituer un réseau de petites structures capables de cofinancer des projets de petites et moyennes entreprises. Le porteur de projet doit répondre aux critères communautaires sur l'innovation et vouloir bâtir son projet avec au moins deux partenaires du Sud de la Méditerranée.

Il est prévu à la fin de l’année 2011 voire au début de l’année 2012 une étude d'impact de ce dispositif de soutien pour décider de sa pérennisation, de sa modification ou de son abrogation.

 

En 2010, le montant de la participation de l’UPM s’élève à 0,25 M€ en AE et 0,12 M€ en CP.

 

 

action n° 11 : Stratégie et prospective

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

13 709 716

15 693 311

29 403 027

12 006 537

13 810 769

25 817 306

Crédits de paiement

13 709 716

15 720 877

29 430 593

12 006 537

13 788 691

25 795 228

 

 

effectifs

 

 

 

En 2010, les dépenses de personnel de l’action 11 « Stratégie et Prospective » se sont élevées à 12,006 M€ pour une consommation du plafond d’emplois correspondant à 160 ETPT.

 

La consommation constatée, tant en crédits qu’en effectifs, est inférieure aux prévisions inscrites dans la loi de finances pour 2010 (13,709 M€ pour un plafond d’emplois autorisés de 208 ETPT). Cet écart, évalué à 1,703 M€ en crédits et à 48 ETPT en effectifs, s’explique notamment par :

-     la situation particulière du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC), qui a fortement impacté le niveau des dépenses du titre 2. Contrairement à ce qui avait été prévu initialement, l’institution n’a pas effectué de recrutement en 2010. Dans ce contexte, le CERC a donc consommé 125 000 € au 31 décembre 2010 correspondant à 2 ETPT, alors que sa dotation avait été estimée à 847 694 €. Le Centre d’analyse stratégique a repris en 2011 les missions du CERC et les crédits qui lui étaient affectés ;

-     un taux de rotation assez élevé des effectifs permanents du Centre d’analyse stratégique, par ailleurs inhérent à ses missions particulières. Parallèlement, le plan de recrutements 2010 n’a pu être mis en œuvre qu’à l’été, afin de s’adapter au mieux au programme de travail adopté au printemps. Ce décalage entre les entrées (35 ETP) et les sorties (53 ETP) est à l’origine de la consommation moindre du plafond d’emplois au regard du plafond d’emplois autorisé.

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

10 073 738

8 298 483

10 101 304

8 276 405

 FDC et ADP prévus

73 000

 

73 000

 

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres inscrits au projet annuel de performances pour 2010 s’élevait à 15 346 852 € en AE et en CP.

Les crédits votés en LFI 2010 ont finalement atteint le montant de 15 620 311 € en AE et 15 647 877 € en CP suite à l’adoption de deux amendements lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : diminution des crédits de titre 3 à hauteur de 146 541 € en AE et 118 975 € en CP au titre de la taxation interministérielle, et abondement de la dotation du titre 6 à hauteur de 400 000 € en AE et CP au titre de la réserve parlementaire ;

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par le Sénat : abondement de la dotation du titre 6 à hauteur de 20 000 € en AE et CP au titre de la réserve parlementaire.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits estimée à 73 000 € en AE et en CP pour 2010.

 

Pour l’action 11 « Stratégie et Prospective », le montant exécuté des dépenses de fonctionnement s’élève, en 2010, à 8 298 483 € en autorisations d’engagement. Concernant les crédits de paiement, 8 276 405 € ont été consommés, dont 1 684 172 € portant sur des engagements antérieurs à 2010.

 

Immobilier

Les dépenses immobilières se sont élevées à 4,568 M€ en AE et 4,256 M€ en CP pour une prévision initiale de 3,858 M€ en AE et 3,800 M€ en CP.

Le transfert du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) du 9 rue Georges Pitard (15e arrondissement) au 113 rue de Grenelle (7e arrondissement) a été décidé au printemps 2010. Or, cette opération immobilière a nécessité d’importants travaux de rénovation, dont l’étendue et le coût n’étaient pas pleinement connus en début d’exercice.

 

Études et recherches

Les dépenses liées aux études et recherches se sont établies à 0,389 M€ en AE et 0,750 M€ en CP rapportées à une prévision initiale de 2,901 M€ en AE et 2,356 M€ en CP.

Cet écart s’explique, d’une part, par le fait que certaines études n’ont finalement pas été externalisées et, d’autre part, par le transfert de dépenses d’études sur le poste "colloques" pour un montant de 0,700 M€.

 

Formations et colloques

Le montant exécuté des dépenses de formations et colloques s’est élevé à 1,026 M€ en AE et 0,932 M€ en CP pour une prévision initiale de 0,402 M€ en AE et 1,124 M€ en CP.

Cette consommation supérieure à l’enveloppe initiale résulte de l’abondement de 0,700 M€ sur ce poste, comme évoqué précédemment, mais aussi de la prise en charge des dépenses de retransmission de plusieurs colloques.

 

Informatique et télécommunications

Le montant des dépenses d’informatique et de télécommunications s’est élevé à 0,723 M€ en AE et 0,534 M€ en CP rapportées à une prévision initiale de 0,651 M€ en AE et 0,538 M€ en CP.

L’emménagement du CEPII dans les locaux du 113 rue de Grenelle a nécessité, en effet, des travaux informatiques qui n’avaient pas été prévus initialement. Par ailleurs, le marché d’hébergement et de services associés pour le site Internet du CEPII a été renouvelé pour un montant de 0,075 M€.

 

Prestations de services

Le montant exécuté des dépenses de prestations de services s’est établi à 1,309 M€ en AE et 1,103 M€ en CP pour une prévision de 0,975 M€ en AE et 1,032 M€ en CP.

Cette consommation supérieure aux estimations est liée à des dépenses plus importantes que prévues initialement sur les postes suivants : campagnes par courrier électronique (travaux du Centre d’analyse stratégique, du Conseil d’analyse économique et du Secrétariat d’État chargé de la prospective et du développement de l’économie numérique), impression, frais postaux, traduction et actes de colloque.

 

Autres dépenses

Le montant exécuté des autres dépenses de fonctionnement s’est élevé à 0,283 M€ en AE et 0,701 M€ en CP.

 

 

dépenses d’intervention

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Transferts aux autres collectivités

5 546 573

5 512 286

5 546 573

5 512 286

 

En 2010, les dépenses exécutées de titre 6 pour l’action 11 « Stratégie et Prospective » se sont élevées à 5 512 286 € en autorisations d’engagement et en crédits de paiement.

 

Ces crédits ont été utilisés pour verser des subventions respectivement à l’Institut de recherches économiques et sociales (3,508 M€), à l’Institut français des relations internationales (1,579 M€), à l’Institut de relations internationales et stratégiques (0,245 M€), à la Fondation pour l’innovation politique (0,160 M€) et à l’Institut Thomas More (0,020 M€).

 

 

action n° 13 : Ordre de la Légion d’honneur

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

 

22 548 807

22 548 807

 

22 188 821

22 188 821

Crédits de paiement

 

22 548 807

22 548 807

 

22 188 821

22 188 821

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Subventions pour charges de service public

22 548 807

22 188 821

22 548 807

22 188 821

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 13, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 22 598 388 € en AE et en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 49 581 € en AE et en CP, au titre de la taxation interministérielle.

 

Le montant de la subvention versée en 2010 à la Grande chancellerie de l’Ordre la Légion d’honneur est inférieur de 359 986 € au montant prévu en LFI. Cette différence est liée au montant des crédits mis en réserve en début de gestion, sur le fondement des dispositions de l’article 51 de la loi organique relative aux lois de finances.

 

Des éléments complémentaires figurent dans la partie relative aux opérateurs du programme 129.

 

 

action n° 14 : Ordre de la Libération

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

 

1 077 762

1 077 762

 

1 357 837

1 357 837

Crédits de paiement

 

1 077 762

1 077 762

 

1 357 837

1 357 837

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Subventions pour charges de service public

1 077 762

1 357 837

1 077 762

1 357 837

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 14, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 1 080 792 € en AE et en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué sous l’effet des amendements adoptés lors de l’examen du projet de loi de finances par l’Assemblée nationale et par le Sénat :

-     amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale : réduction de 3 030 € en AE et en CP, au titre de la taxation interministérielle.

 

En fin de gestion 2010, une subvention complémentaire de 0,3 M€ a été versée à l’Ordre de la Libération, afin de faire face au remboursement de trois personnels du ministère de la Défense, qui jusqu’ici étaient mis à disposition gratuitement.

 

Des éléments complémentaires figurent dans la partie relative aux opérateurs du programme 129.

 

 

action n° 15 : Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

 

 

 

 

Prévision LFI

Réalisation

(y.c. FDC et ADP)

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Autorisations d’engagement

1 816 349

29 731 682

31 548 031

1 715 667

31 384 233

33 099 900

Crédits de paiement

1 816 349

29 784 241

31 600 590

1 715 667

32 309 750

34 025 417

 

 

effectifs

 

 

 

La consommation en titre 2 s’est élevée à 1 715 667 € pour une dotation de 1 816 349 €. Par ailleurs, 20 ETPT ont été consommés pour un plafond de 22 ETPT.

Cette sous-consommation en emplois et en crédits s’explique par la vacance frictionnelle entre les différents recrutements au cours de l’année 2010.

 

Les ETPT consommés par catégories se ventilent de la manière suivante :

 

-     A+                      :              5

-     A                        :              6

-     B                        :              0

-     C                       :              5

-     Contractuels   :              4

 

 

éléments de la dépense par nature

 

 

 

 

dépenses de fonctionnement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

3 394 682

8 935 767

3 447 241

8 725 463

 Subventions pour charges de service public

4 048 000

3 929 577

4 048 000

3 929 577

 FDC et ADP prévus

2 000 000

 

2 000 000

 

 

Évolution des crédits de l’action entre le PAP 2010 et la LFI 2010 (ensemble des autres titres)

Le montant total des crédits des autres titres de l’action 15, inscrits au PAP pour 2010, était d’un montant de 27 985 493 € en AE et en CP. Les crédits votés en LFI ont évolué lors de l’examen du projet de loi de finances sous l’effet d’un amendement gouvernemental de deuxième délibération voté par l’Assemblée nationale réduisant les crédits de la Mission de 253 811 € en AE et 201 252 € en CP au titre de la taxation interministérielle.

A cela s’ajoute une prévision de rattachements de fonds de concours et d’attributions de produits estimée à 2 000 000 € en AE et en CP pour 2010.

 

Précisions concernant le budget général de la MILDT

La différence constatée entre la consommation des crédits réalisée en 2010 et la prévision LFI s'explique par un meilleur rendement du fonds de concours « Produits des cessions de biens confisqués dans le cadre de la lutte contre les produits stupéfiants ». En effet, la MILDT a estimé, pour le PAP 2010, à 2 M€ les crédits susceptibles d'être encaissés au titre du fonds de concours. Cette estimation était basée sur la moyenne des années précédentes. Ce montant estimé a été largement dépassé, du fait de saisies exceptionnelles venues abonder le fonds en fin d'année 2009. Au total, la MILDT a bénéficié en 2010 d'un budget hors titre 2 de 61 M€ en AE et 63,4 M€ en CP, dont 11,4 M€ en AE et 14,5 M€ en CP au titre du report de crédits du fonds de concours rattachés antérieurement à 2010 et 21,1 M€ en AE et CP au titre des rattachements effectués en 2010.

 

Dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement de la MILDT sont composées :

-     de dépenses obligatoires à hauteur de 3,9 M€ (Il s’agit de subventions versées à deux organismes constitués en Groupement d'Intérêt Public dont elle assure la tutelle : l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies – OFDT – et le Centre Interministériel de Formation Anti-Drogues – CIFAD) ;

-     de dépenses liées a son action de coordination à hauteur de 4,5 M€ en 2010 (formations interministérielles, actions de communication, outils de prévention) ;

-     de dépenses de fonctionnement classiques à hauteur de 0,5 M€. Celles-ci concernent le fonctionnement courant de la structure : frais de déplacement, de représentation, de documentation, auxquels s’ajoute le remboursement de deux personnels mis à disposition par la Caisse Primaire d'Assurance Maladie.

 

La consommation des crédits de fonctionnement est largement supérieure à l'estimation initiale inscrite dans le Projet Annuel de Performance 2010. Deux raisons expliquent cette différence.

La première déjà évoquée concerne la disposition plus importante des crédits issus du fonds de concours, qui ont permis au titre de la coordination de financer des projets de prévention, sur la part « Prévention » de ce fonds réservée à la MILDT. La seconde raison est liée à la modification de la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale 2010 et de la suppression de la notion de seuil par lot pour l'imputation en immobilisation des achats de matériels. De ce fait, davantage d'achats, inscrits auparavant en dépenses d'investissement, l'ont été en 2010 en dépenses de fonctionnement.

 

 

dépenses d’investissement

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

 

2 684 974

 

3 867 974

 Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

500 000

-32 761

500 000

-31 814

 

Les dépenses d'investissement sont effectuées par les services gestionnaires des crédits MILDT bénéficiaires du fonds de concours « drogues » tels les services du ministère de l'intérieur (police, gendarmerie), les services du ministère de la justice et les services des douanes. Comme les dépenses de fonctionnement, la différence entre les crédits prévus en loi de finances initiale et la consommation en 2010 s'explique par le bénéfice de crédits supplémentaires du fonds de concours « drogues ».

Ces dépenses sont généralement constituées d’équipements lourds, qui nécessitent des procédures d'achat formalisées.

La MILDT finance deux types d'équipements :

-  Au titre des crédits accordés en LFI, elle finance des projets innovants destinés à la lutte contre la drogue faisant appel aux technologies de pointes : matériel d'interception et d'écoute, matériel de surveillance et de profilage, matériel de détection de produits.

-  Au titre des crédits du fonds de concours, elle finance des équipements lourds plus classiques tels que des équipements nautiques ou des véhicules équipés.

 

Par ailleurs, le montant négatif de 32 761 € en AE et 31 814 € en CP correspond à une imputation erronée d'une dépense, qui a nécessité une réimputation.

 

 

dépenses d’intervention

 

Autorisations d’engagement

Crédits de paiement

Catégorie

Prévision LFI

Consommation

Prévision LFI

Consommation

 Transferts aux entreprises

 

53 695

 

34 392

 Transferts aux collectivités territoriales

 

1 836 340

 

1 870 115

 Transferts aux autres collectivités

19 789 000

13 969 641

19 789 000

13 914 043

 Appels en garantie

 

7 000

 

0

 

Une partie du budget d’intervention de la MILDT est destinée à la mise en œuvre du plan gouvernemental par des chefs de projet MILDT dans  les départements. Ceux-ci mènent en particulier des actions de prévention avec l'aide des acteurs locaux.

 

En 2010, la MILDT a mis en place un dispositif d'appui régional aux chefs de projets en région, sous forme d'un appel à projets à partir d'un cahier des charges, en remplacement des Centres d'Information Régionaux sur les Drogues et les Dépendances, adossés uniquement au réseau associatif socio-sanitaire. Cet appel à projets a été lancé dans chaque région auprès de l'ensemble des organismes publics et privés susceptibles d'y répondre. En 2010, ce dispositif a été mis en place progressivement dans vingt régions pour un montant de 2,4 M€ contre 2,9 M€ programmés. A terme, la totalité des régions métropolitaines devrait être couverte.

 

Parmi les dépenses d'intervention de la MILDT, figurent également des contributions à des organismes internationaux (Conseil de l'Europe, Organisation des Nations Unies Contre la Drogue et la Criminalité - ONUDC) ainsi que des crédits destinés à la recherche. Ces crédits ont été consommés en totalité.