Publication des premiers résultats de l’exécution budgétaire 2018

Date de mise à jour 
15/01/2019

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a présenté, mardi 15 janvier, les premiers résultats de l’exécution budgétaire 2018. Le déficit budgétaire de l’État s’établit, pour 2018, à -76,1 Md€. Il est en amélioration de 4 Md€ par rapport aux prévisions annoncées par la loi de finances rectificative adoptée en novembre, qui statuait sur un déficit de 80,0 Md€.

Respect de l’objectif de dépenses de l’État
En 2018, l’objectif de dépenses sur les dépenses totales de l’État, fixé à 425,4 Md€ en loi de finances initiale, a été tenu. Malgré une révision à la hausse en cours d’année de la charge de la dette et de la contribution française au budget européen, le respect de cet objectif souligne la qualité de la construction du budget et de son exécution. La gestion budgétaire 2018 s’est ainsi déroulée sur une base rénovée plus respectueuse de l’autorisation parlementaire. A souligner que pour la première fois depuis plus de trente ans, aucun crédit n’a été ouvert par décret d’avance en 2018.


Amélioration du solde budgétaire par un meilleur rendement des recettes fiscales
L’amélioration du solde budgétaire pour 2018 provient d’un rendement plus important des recettes fiscales. Elles s’améliorent de 2,1 Md€ par rapport au niveau de la loi de finances rectificative sous l’effet du dynamisme des encaissements constatés en toute fin d’année. L’impôt sur les sociétés ressort notamment en amélioration de 1,7 Md€, après l’encaissement du 5ème acompte versé le 15 décembre par les entreprises.


Les résultats de l’exécution détaillés au printemps
L’ensemble des résultats de l’exécution budgétaire 2018 feront l’objet d’une analyse détaillée d’ici la loi de règlement du budget et d’approbation des comptes de l’État, qui arrêtera le montant définitif des dépenses et des recettes de l’État pour 2018 avant le 1er juin 2019.
Le déficit public pour 2018 sera connu fin mars 2019 et tiendra compte de l’exécution budgétaire des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales.