Publication des comptes nationaux trimestriels au 4e trimestre 2018 par l’Insee

Date de mise à jour 
26/03/2019

L’Insee a publié, mardi 26 mars 2019, les résultats détaillés des comptes nationaux trimestriels au quatrième trimestre 2018. La croissance est réévaluée à +1,6 % contre 1,5 % selon la dernière prévision de l’Insee. En moyenne, 2018, l’activité économique progresse de 1,6 %, après +2,3 % en 2017. Le déficit des administrations publiques s'établit à 2,5 % du PIB en 2018, après 2,8 % en 2017.

Un déficit public à nouveau sous le seuil des 3 % du PIB

Le déficit des administrations publiques, estimé à -2,5 % pour 2018 par l’Insee, est inférieur à  l’objectif de -2,7 %, formulé dans le dernier projet de loi de finances. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, saluent cette amélioration « significative des finances publiques […] En ramenant deux années consécutives le déficit public sous le seuil de 3% du PIB pour la première fois depuis 10 ans, la France démontre sa détermination à respecter les objectifs de maîtrise des finances publiques et ses engagements européens ».

La dépense publique a décru en volume en 2018, ce qui est inédit depuis des décennies. La maîtrise de la dépense publique résulte aussi d’une budgétisation prudente et sincère. Le ratio de dépenses publiques (hors crédits d’impôt) rapportées au PIB est notamment passé de 55,0% à 54,4% entre 2017 et 2018.

Respect des objectifs en matière de dépense publique

L’objectif d’évolution des dépenses de l’assurance maladie (ONDAM) a été respecté : les dépenses de santé ont moins augmenté, rendant possible le redéploiement de 300 M€ pour l’hôpital.

Le premier exercice de contractualisation financière entre l’État et les collectivités devrait aussi se conclure par de bons résultats, les dépenses de fonctionnement des collectivités entrant dans le champ de la contractualisation progressant à un rythme très inférieur au + 1,2% en moyenne prévu dans la loi de programmation des finances publiques ;

Enfin l’État a dépensé 1,4 Md€ de moins que l’objectif voté dans le budget 2018 sur le champ de la norme de dépense pilotable.

La dette publique stabilisée

Cette maîtrise de la dépense a permis une baisse des prélèvements obligatoires de 0,2 point de PIB tout en stabilisant la dette publique pour la première fois depuis 2007. En 2018, la dette publique a atteint 98,4% du PIB, soit le niveau de 2017.

Liens :