L’Insee publie les comptes 2017 des administrations publiques et les comptes de la Nation

Date de mise à jour 
30/05/2018

Croissance, déficit, dette, prélèvements obligatoires, recettes et dépenses des administrations publiques : chaque année, l’Insee publie au printemps les comptes des administrations publiques pour l’exercice budgétaire antérieur. L’Institut national de la statistique et des études économiques présente ainsi la situation financière 2017 des administrations publiques centrales, des administrations publiques locales et des administrations de sécurité sociale.

L’Insee détaille également la situation des principaux agrégats macroéconomiques (croissance, déficit et dette publics) pour 2017. Synthèse des principales données.

Croissance de 2,2 % du PIB en 2017, après + 1,2 % en 2016

En 2017, l’activité accélère nettement en France : le produit intérieur brut (PIB) en euros constants s’accroît de 2,2 %, après + 1,2 % en 2016 et + 1,1 % en 2015.

Un déficit public inférieur à 3% du PIB en 2017

En 2017, le déficit public au sens de Maastricht s’établit à 59,5 milliards d’euros, soit 2,6 % du produit intérieur brut (PIB). Dans un contexte de conjoncture économique favorable, les recettes s’accroissent de 4,0 %. Les dépenses progressent aussi, mais de façon moins marquée (2,5 %). La part des dépenses dans le PIB baisse en revanche comme l’an dernier de 0,2 point.

Augmentation de 0,2 points de PIB de la dette publique au sens de Maastricht en 2017

La dette publique au sens de Maastricht s’élève à 2 218,4 milliards d’euros fin 2017, après 2 152,5 milliards un an plus tôt (figure 5). Elle atteint 96,8 % du PIB, après 96,6 % fin 2016.

Progression du taux de prélèvements obligatoires de 0,7 point de PIB en 2017

En 2017, le taux de prélèvements obligatoires des administrations publiques s’établit à 45,3 % du PIB, en progression de 0,7 point de PIB par rapport à 2016.

Ratios des finances publiques en 2017

Baisse notable du déficit des administrations publiques centrales

Le besoin de financement des administrations publiques centrales, comprenant celui de l’État et des organismes d’administration centrale (ODAC), s’élève à - 65,3 milliards d’euros en 2017 ; un solde en amélioration de 11,5 milliards d’euros par rapport à 2016. Le déficit de l’État se réduit de 9,5 milliards d’euros et celui des ODAC de 2,0 milliards d’euros.
L’Insee indique également que les recettes des administrations publiques centrales en 2017 progressent de 23,8 milliards d’euros (+ 5,4 % en 2017, après + 1,9 % en 2016), alors que les dépenses augmentent de 12,3 milliards d’euros (+ 2,4 %).

Réduction de l’excédent des finances publiques locales, sous l’effet d’une reprise de l’investissement

En 2017, les dépenses des administrations publiques locales, portées par une reprise de l’investissement, progressent davantage que les recettes (+ 2,5 % contre + 1,6 % pour les recettes).
Elles sont ainsi excédentaires de 0,8 milliard d’euros, après un solde de + 3,0 milliards d’euros en 2016.

Les comptes sociaux en excédent pour la première fois depuis 2008

En 2017, le solde des administrations de sécurité sociale s’établit à + 5,0 milliards d’euros, après – 2,2 milliards d’euros en 2016. Les comptes sociaux sont ainsi excédentaires pour la première fois depuis 2008. Cet excédent s’explique par un dynamisme des recettes dû au redémarrage de l’activité et à l’effort de dépenses maîtrisées.
En 2017, les recettes des administrations de sécurité sociale continuent leur progression (+ 3,7 %, après + 1,6 %). Les dépenses sociales augmentent (+ 2,4 % après + 1,3 %), mais moins fortement que la progression des recettes.

Dépenses et recettes des finances publiques entre 1993 et 2017