Le déficit budgétaire 2017 en amélioration de 1,3 milliards d’euros par rapport à 2016

Date de mise à jour 
16/01/2018

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a présenté mardi 16 janvier les chiffres attendus sur l’exécution budgétaire 2017.

Le déficit budgétaire de l’État s’établit à 67,8 milliards d’euros en 2017, soit une amélioration de 1,3 milliards d’euros par rapport à 2016. Il atteint ainsi son niveau le plus bas depuis 2008. Le déficit budgétaire connaît une amélioration substantielle de plus de 6 milliards d’euros par rapport aux hypothèses macroéconomiques de la loi de finances rectificative de novembre 2017 (74,1 milliards d’euros). Cette amélioration est due notamment au dynamisme de l’activité économique, plus fort qu’anticipé, fin 2017.

Gérald Darmanin, a rappelé que le Gouvernement a tenu ses engagements en matière de maîtrise des dépenses et de réduction du déficit public. L’objectif de dépense, fixé en loi de finances rectificative sur les dépenses des ministères qui s’établissent à 237,5 milliards d’euros, cohérent avec l’objectif fixé à 237,6 milliards d’euros.

Amélioration du solde budgétaire

L’amélioration du solde budgétaire s’explique par les efforts d’économie engagés dès l’été 2017 et par l’accélération des recettes fiscales en fin d’exercice (+4,3 milliards d’euros par rapport au niveau de la loi de finances rectificative). Dans un contexte d’affermissement progressif de la croissance, le Gouvernement a fait le choix de s’appuyer sur des prévisions de recettes prudentes et responsables. Les résultats de l’exécution budgétaire 2017 feront l’objet d’une analyse détaillée d’ici le projet de loi de règlement qui arrêtera en mai 2018 le montant définitif des dépenses et des recettes de l’État pour 2017.

Le déficit public pour 2017 ne sera connu que fin mars 2018 et tiendra compte des résultats des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales.

Poursuite du redressement des comptes publics en 2018

Le redressement des comptes publics sera poursuivi en 2018, conformément à la loi de finances pour 2018 et à la loi de programmation des finances publiques adoptées en décembre 2017.

Dans le prolongement de l’audit de la Cour des comptes sur les finances publiques, publié en juin 2017, la mise en œuvre de mesures de redressement a contribué à la couverture des impasses de budgétisation identifiées en 2017, et favorisé la diminution du report de dépenses d’une année sur l’autre.

Ces mesures, auxquelles s’ajoute la remise à niveau des dotations obligatoires dans la loi de finances initiale pour 2018, permettent de débuter la gestion budgétaire de 2018 sur une base rénovée plus respectueuse de l’autorisation parlementaire.