Au 1er trimestre 2018, la dette publique de Maastricht s’établit à 97,6% du PIB

Date de mise à jour 
29/06/2018

L’Insee publie ce vendredi 29 juin 2018 les premières statistiques trimestrielles pour 2018 de la dette des administrations publiques.

À la fin du premier trimestre 2018, la dette publique de Maastricht s'établit à 2 255,3 milliards d’euros, en hausse de 36,9 milliards d’euros par rapport au dernier trimestre 2017. Elle augmente ainsi de 0,8 point de PIB début 2018 et s'établit à 97,6 %.

Augmentation de la dette de l’État et des organismes divers d’administration centrale (ODAC)

Au premier trimestre 2018, la contribution de l'État à la dette croît de 40,7 milliards d’euros.

La contribution des organismes divers d'administration centrale (ODAC) à la dette augmente légèrement (+0,2 milliards d’euros). Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et les Universités s'endettent chacun à hauteur de 0,1 milliard d’euros.

Diminution de la dette des administrations publiques locales (APUL) et des administrations de sécurité sociale (ASSO)

Au premier trimestre 2018, la contribution des administrations publiques locales (APUL) à la dette diminue de 1,4 milliard d’euros : les communes se désendettent de 1,3 milliard d’euros, les départements de 0,8 milliard d’euros et les syndicats de 0,1 milliard d’euros. Au contraire, les régions s'endettent à hauteur de 0,4 milliard d’euros tout comme les organismes divers d'administration locale (ODAL).

La contribution des administrations de sécurité sociale (ASSO) à la dette diminue elle aussi (−2,6 milliards d’euros).